RMC Sport

Euro 2016 - Di Meco: "Je suis séduis par le 4-2-3-1, mais étonné par Deschamps"

-

- - DR

Le choix de Didier Deschamps de passer en 4-2-3-1 pour défier l’Islande ce dimanche (21h) en quarts de finale de l’Euro 2016, plaît à Eric Di Meco. Le membre de la Dream Team RMC Sport s’étonne toutefois de voir le sélectionneur des Bleus innover en pleine compétition.

Après une longue réflexion, Didier Deschamps a décidé de délaisser son traditionnel 4-3-3 au profit d’un 4-2-3-1 pour le quart de finale de l’Euro 2016, ce dimanche (21h au Stade de France) contre l’Islande. Une option qui séduit Eric Di Meco.

A lire aussi >> les Bleus en 4-2-3-1 contre l’Islande

« Je militais pour ça »

« Je militais justement pour ce changement de dispositif avec deus sentinelles et un garçon de plus devant par rapport à son système préféré, lance le membre de la Dream Team RMC Sport. Ça ne sert à rien de trop verrouiller contre une équipe qui joue en 4-4-2, avec deux joueurs devant la défense, personne en n°10 et avec un jeu très direct. La sentinelle aurait vu passer des ballons au-dessus de sa tête tout le match. Il vaut mieux mettre des garçons dans les couloirs. Il va vraisemblablement mettre Mousa Sissoko. J’aurais préféré Kingsley Coman parce que je pense que la solution peut venir des couloirs dans ce match-là. Sissoko est aussi capable de le faire mais ce n’est pas sa qualité première. »

« Ce système, c’est pour Griezmann »

Pour Di Meco, ce système s’adapte mieux à l’adversaire du soir mais doit permettre à Antoine Griezmann d’exprimer tout son talent : « S’il opte pour ce système, c’est pour mettre Griezmann dans sa meilleure position, aux côtés d’Olivier Giroud. Et je trouve que c’est une bonne chose. C’est un garçon qui peut nous faire gagner l’Euro. C’est pour ça que je trouve que le 4-2-3-1 convient mieux à l’équipe de France. »

« Bizarre de chercher encore la meilleure formule »

Toutefois, l’ancien défenseur de l’OM et des Bleus regrette ces nombreux chambardements en plein Euro : « Je trouve bizarre qu’après deux ans de matches amicaux, Deschamps cherche encore la meilleure formule. Si pendant deux ans, tu bosses bien, tu dois avoir tout prévu. On a quand même mis Blaise Matuidi à droite et Paul Pogba à gauche contre l’Irlande (2-1 dimanche dernier). On savait tous que ça ne marcherait pas même les anciens entraîneurs de Matuidi. Si en face, ce n’était pas l’Irlande, c’était fini. »

A lire aussi >> le baptême à très hauts risques pour Umtiti ?

A lire aussi >> trois dangers qui guettent les Bleus en début de match

dossier :

Euro 2016

la rédaction