RMC Sport

France-Suisse: Courbis vote pour un 3-4-2-1 avec Coman à droite et Pavard dans l’axe

Rolland Courbis, membre de la Dream Team RMC Sport, aimerait une composition un peu plus audacieuse de l’équipe de France face à la Suisse (21h), ce lundi en 8es de finale de l’Euro 2021. Avec Kinglsey Coman à droite et Benjamin Pavard plutôt que Clément Lenglet dans le trio défensif.

Après le 4-3-3 et le 4-2-3-1, l’équipe de France devrait adopter un nouveau système, ce lundi face à la Suisse (21h) en huitièmes de finale de l’Euro avec trois défenseurs centraux. Rolland Courbis, membre de la Dream team RMC Sport, note quelques dangers notamment dans l’association Varane-Lenglet-Kimpembe qui va séparer l’habituelle paire Varane-Kimpembe. "C’est une organisation prudente, note Courbis. A la place de Pavard, ça pourrait être Coman. A gauche, ça pourrait être Mbappé. Ils auraient des profils différents."

Trois attaquants pour étirer la défense adverse

"Il faut regarder l’organisation de l’équipe d’en face, souligne Courbis. Si l’adversaire a trois défenseurs centraux, on ne va pas leur mettre deux numéros neuf, c’est ce qu’ils espéreraient. On va essayer de faire les choses différemment et de penser à la largeur. Dans l’axe, au milieu de leurs trois arrières centraux, on mettra Benzema avec Mbappé qui se baladera dans l'axe et côté gauche et Griezmann qui pourra se balader dans l'axe et côté droit. Si on parle de 3-4-2-1, les deux sont Griezmann et Mbappé avec Benzema à la pointe de cette organisation. Si on la dessine, ça ressemble à la pointe d’une flèche."

Un trio défensif qui chamboule les automatismes

"Trois arrières centraux, ce n’est pas trois pions dans une organisation, il y a un rôle différent entre l’arrière central axial, celui sur le côté droit et l’autre sur le côté gauche. C’est comme dans une première ligne au rugby. On ne peut pas passer de talonneur à pilier doit comme ça. Varane, dans une organisation à trois, ça doit être l’arrière central axial, le libéro de l’époque. L’arrière central côté droit est le poste qui va comme un gant à Pavard et l’arrière central gauche va comme un gant à Kimpembe. Dans ce schéma, on ne se sépare pas les relations et habitudes de Kimpembre avec Varane. Ce sera le cas si on met Lenglet au milieu de Kimpembe et de Varane."

Un doute sur Lenglet

"C’est un gaucher et il y a une énorme différence entre un gaucher et un droitier. S’il y a trois arrières centraux dans notre effectif, pour moi, l’arrière central droit, c’est Pavard avec les habitudes qu’il a. Il pourra coulisser derrière le couloir droit, de la même façon que Kimpembe pourra coulisser derrière le couloir gauche. Entre Pavard et Coman couloir droit, c’est comme si tu me faisais choisir entre un canif et un sabre pour aller à la guerre. Je préfère Coman, le sabre. Il y aurait en plus une certaine logique avec l’entrée de Coman lors du dernier match (très incisif contre le Portugal). On peut penser qu’il a gagné ses galons de titulaire pour le match d’après. L’axe droit, c’est vraiment le poste rêvé pour Pavard. Chacun son idée mais faisons confiance à Didier, ça marche pratiquement toujours."

>> Toutes les infos sur l'Euro EN DIRECT

Avec Rabiot à gauche, un 4-3-2-1 déguisé

"C’est une astuce de présentation. Si Rabiot joue dans le couloir, derrière lui, il y aura Lenglet qui coulissera et Kimpembe qui en fera de même avec Lenglet. Nous aurons tout simplement notre organisation à quatre (défenseurs), déguisée dans une organisation à cinq avec trois arrières centraux. A partir du moment où Tolisso n’a pas été bon dans le rôle de Sissoko d’une certaine époque, nous aurons Rabiot qui sera le Matuidi d’une certaine époque. Rabiot sera devant Lenglet qui coulissera derrière lui. Et Lenglet sera tout simplement arrière gauche d’une organisation à quatre."

Mbappé, la clé

"Si Benzema décroche pour aspirer l’un des trois arrières centraux suisses, Griezmann et Mbappé pourront plonger en oblique vers l’intérieur pour profiter du décrochage de Benzema. Mbappé est un joueur qui monopolise deux adversaires. Sans trop exagérer, quand on a la chance d’avoir Mbappé à l’intérieur d’une équipe, c’est comme si nous jouions avec un adversaire qui a un joueur de moins. A ses coéquipiers d’en profiter. Si nous ne pouvions pas avoir un Coman en plus – ce qui ne déséquilibrerait pas l’équipe de France. Avec deux adversaire monopolisés pour prendre Mbappé en sandwich, ça ferait trois joueurs, Coman, Griezmann et Benzema qui profiteraient de l’attention des adversaires pour Mbappé."

Plus de liberté pour le duo Pogba-Kanté

"Ça change surtout que l’un et l’autre (Pogba et Kanté) sont sur la même ligne avec l’un qui monte d’un cran et l’autre qui couvre. Ça évite d’avoir ce milieu axial pointe basse. Il y aura deux milieux devant les trois arrières centraux."

Nicolas Couet Journaliste RMC Sport