RMC Sport

Portugal-France: un penalty aurait-il dû être sifflé sur Coman?

Victime d’une grosse semelle à l’entrée de la surface de réparation, Kinglsey Coman aurait pu bénéficier d’un penalty dans le temps additionnel de France-Portugal (2-2), mercredi. Mais l’assistance vidéo a décidé le contraire.

Les joueurs de l’équipe de France ont traversé plusieurs sentiments avec l’arbitrage lors de la phase de groupe de l’Euro. Désavantagés face à l’Allemagne (pas de rouge sur Gosens et penalty non-sifflé sur Mbappé), ils ont bénéficié de décisions plus heureuses contre le Portugal (2-2), mercredi avec la clémence accordée à Hugo Lloris et un penalty généreux pour Kylian Mbappé. Ils peuvent aussi s’estimer lésés sur une dernière décision de l’arbitre espagnol, Antonio Mateu Lahoz.

La semelle de Bruno Fernandes sur le mollet droit de Kingsley Coman
La semelle de Bruno Fernandes sur le mollet droit de Kingsley Coman © Capture TF1

>> Toutes les infos sur l'Euro EN DIRECT

La semelle de Bruno Fernandes sur le mollet droit de Kingsley Coman vue de face
La semelle de Bruno Fernandes sur le mollet droit de Kingsley Coman vue de face © Capture TF1

Dans le temps additionnel (92e), Kingsley Coman a lancé un débordement sur le côté gauche face à Bruno Fernandes. Quelques secondes plus tard, l’ailier - entré en jeu à la 66e minute à la place de Corentin Tolisso - s’est effondré dans la surface de réparation provoquant la colère du milieu de terrain portugais et du défenseur Pepe, l’accusant visiblement de simuler. Les ralentis ont pourtant mis en évidence une vilaine semelle de Fernandes sur le mollet gauche du joueur du Bayern Munich, qui s’est tordu de douleur au sol.

Le pied droit dans la surface, le pied gauche en dehors

Les joueurs français se sont alors approchés de l’arbitre pour lui demander des éclaircissements sur cette action, visionnée par l’assistance-vidéo. Mais M.Mateu Lahoz n’a même pas attendu la fin de cette vérification pour ordonner la reprise du jeu sans accorder de penalty. La faute était pourtant nette et Coman, au moment de l’intervention de Fernandes, avait entré son pied gauche dans la surface adverse. Le pied droit - celui touché par le Portugais – était lui en dehors. Est-ce pour cette raison qu’aucune sanction n’a été décidée?

Personne n’a apporté de réponse et aucun des acteurs n’est revenu sur cette action à l’issue du match. Si les assistants vidéos ont estimé que la faute avait été commise à l’extérieur de la surface de la réparation, ils n’ont alors pas pu la corriger. Le recours au VAR n’est seulement possible que dans quatre situations: valider ou non un but, accorder ou non un penalty, corriger une identité erronée et attribuer ou non un carton rouge. Ils auraient ainsi pu intervenir pour sanctionner le geste de Fernandes, douloureux mais involontaire. Ils ont aussi décidé qu’il n’y avait pas penalty. Et ne pouvaient pas accorder un coup franc, ceci n'entrant pas dans leur champ de compétence.

NC