RMC Sport

Atletico de Madrid: Griezmann, la renaissance loin de Barcelone?

Unique buteur et auteur d’un doublé lors de la victoire de l’équipe de France face à la Finlande mardi soir (2-0), Antoine Griezmann démontre qu’il est toujours le patron de cette équipe de France, loin du FC Barcelone qu’il a quitté après un passage terne. Son retour à l’Atlético de Madrid pourrait relancer l’attaquant, à condition qu’il trouve sa place chez le champion d’Espagne.


Redevenu joueur de l’Atlético de Madrid il y a seulement huit jours, Antoine Griezmann s’est illustré avec un doublé mardi soir lors de la victoire 2-0 de l’équipe de France face à la Finlande. Six jours avant, il était déjà l’unique buteur des Bleus face à la Bosnie-Herzégovine (1-1). Après cette belle victoire, le numéro 7 français s’est envolé directement de Lyon pour rallier la capitale espagnole et retrouver l’Atléti, qu’il a quitté il n’y a que deux saisons. Après un bref passage peu flatteur au FC Barcelone, avec seulement 35 buts inscrits en 102 matchs, ‘Grizou’ retrouve le club qui l’a fait exploser au plus haut niveau. Entre 2014 et 2019, il a inscrit pas moins de 133 buts en 257 matchs toutes compétitions confondues avec les Colchoneros. Des stats que le Français souhaite sans doute retrouver lors de son "retour à la maison", comme l’a écrit le joueur sur Instagram.

Un retour à l’Atlético entre rancœurs et retrouvailles

Huit jour après sa signature dans les ultimes moments du mercato, Antoine Griezmann est arrivé à Madrid. Un vol entre Lyon et la capitale madrilène suivi en direct par les supporters de l’Atlético, encore partagés entre rancœur et espoir. S’il est certain que son retour à l’Atléti a été dans un premier temps accueilli comme une "bonne surprise" par l’aficion colchonero, nombreux sont ceux qui attendent des excuses de la part du joueur. Sa plaque devant le Wanda Metropolitano est en effet constamment salie par les supporters, qui le considèrent comme un traître d’avoir quitté l’Atlético de cette façon. Deux ans plus tard et après son échec au FC Barcelone, Griezmann revient dans le club qui l’a porté au plus haut niveau, à qui il doit beaucoup.

Le nouveau numéro 8 des Rouge et Blanc, en hommage à ses trois enfants nés un 8 avril, arrive dans un environnement qui lui est pourtant plutôt favorable, bien que différent. N’ayant jamais rompu ses liens avec les cadres de l’Atléti, Antoine Griezmann a souvent été aperçu en vacances avec eux durant son temps au Barça. L’été dernier, il était notamment parti avec Diego Simeone et sa famille. Les deux hommes ont toujours été très proches, et la presse madrilène rappelle souvent que ‘El Cholo’ aurait longtemps poussé en interne pour un retour de ‘Grizou’ au Wanda Metropolitano. Une volonté finalement réciproque puisque l’attaquant a accepté de baisser son salaire de 40% pour pouvoir revenir, passant de 26 millions bruts par an en Catalogne à 15,6 millions d'euros bruts.




Fred Hermel révélait d’ailleurs dans l’After que cela faisait «plusieurs mois» que l’attaquant appelait Koke "toutes les semaines"" pour demander à ce que Simeone le fasse revenir. Notre spécialiste du football espagnol saluait d’ailleurs le retour du Français dans la capitale espagnole: «Être repris en main par l’homme qui l’a amené au plus haut niveau, c’est une très bonne nouvelle pour Griezmann et pour l’équipe de France."


Entre ses efforts financiers et sa proximité avec le reste du groupe, le "petit prince" de l’Atlético a toutes les cartes en main pour un retour "en douceur", avant quelques performances sportives nécessaires pour faire taire définitivement les plus sceptiques. N’ayant rien perdu de son jeu physique développé lors de ses cinq saisons chez les Colchoneros, il devrait rapidement trouver les automatismes demandés par Simeone. Un jeu fait de courses et de participation aux taches défensives qui ont d’ailleurs freiné son intégration au sein du Barça qui prône davantage un jeu de position. Il n’a rien perdu non plus de son instinct de buteur, à l’image de ses belles performances sous le maillot bleu malgré sa traversée du désert en Catalogne, mais doit retrouver la confiance qui l’animait avant son départ au Barça.

Un nouveau système pour permettre à Griezmann de briller?

Arrivé avec le sourire et accueilli chaleureusement par Stefan Savić au centre d’entrainement de l’Atlético de Madrid, l'ancien Barcelonais a déjà retrouvé ses anciens coéquipiers et Diego Simeone, qui l’a pris dans ses bras. Pourtant si toute l’équipe semble ravie de son retour, l’intégration dans ce nouvel Atlético de Madrid devenu champion d’Espagne la saison passée risque d’être quelque peu compliquée pour "El Principito". L’équipe de Simeone évolue désormais dans un système en 4-4-2 voire 3-5-2 dans lequel le Français devra s’imbriquer, là où Angel Correa semble avoir pris son poste naturel : second attaquant aux côtés de Luis Suarez. A moins que l’entraîneur argentin ne revoit ses plans pour revenir aux systèmes dans lesquels son chouchou a brillé durant cinq saisons.


A l’époque, Griezmann était la star de l’équipe, évoluait en faux 9 ou au poste numéro 10 et était mis dans les meilleures dispositions pour briller. Après deux ans de disette au Barça, il doit désormais retrouver son sens du but s’il souhaite s’inscrire en tant que titulaire indiscutable. L’Atlético, qui a depuis gagné sans lui et s’affiche comme l’un des prétendants au titre cette saison, n’a plus autant besoin du Français pour briller. Dans un jeu plus offensif, Simeone peut désormais compter sur Joao Felix, Matheus Cunha, Yannick Carrasco, Luis Suarez et Angel Correa sur le front de l’attaque et devrait remettre en cause le système qui l’a fait gagner pour intégrer le Français. Antoine Griezmann conserve cependant un certain statut chez les Colchoneros, étant le cinquième meilleur buteur de l’histoire du club, mais aura fort à faire pour s’imposer face à tant de concurrents et pour peut-être signer sa renaissance.

Par Anna Carreau