RMC Sport

Bordeaux: défaite, pluie de sifflets, joueurs repoussés par les supporters... Le dimanche cauchemar des Girondins

Battus à domicile par Troyes dimanche (2-0) dans un match décisif pour le maintien en Ligue 1, les Girondins de Bordeaux ont été copieusement sifflés par leurs supporters en fin de rencontre. Guilavogui et Poussin ont tenté de dialoguer, sans résultat.

Après-midi cauchemardesque pour les Girondins au Matmut Atlantique. Alors qu’ils comptaient beaucoup sur la venue de Troyes, concurrent direct dans la course au maintien, pour aller vers l’avant, les Bordelais ont complètement sombré. Depuis l’arrivée de David Guion, ils semblaient pourtant avoir retrouvé un peu d’allant. Mais cette fois, les Girondins ont livré une prestation désastreuse: deux penalty encaissés, une nouvelle défaite (2-0) et un avant-goût de Ligue 2. De quoi déclencher la colère des supporters.

Les ultras repoussent Guilavogui et Poussin

Les tribunes s’étaient largement vidées avant la fin de la rencontre, le deuxième penalty marqué par Mothiba mettant fin à tous les espoirs bordelais. Le Virage sud est alors devenu silencieux jusqu’à la fin du match puis les joueurs ont été copieusement sifflés au coup de sifflet final. Quelques instants plus tard, seuls Josuha Guilavogui et Gaëtan Poussin se sont approchés du virage occupé par les ultras. Mais les deux joueurs n’ont pas été bien reçus. Ils ont plutôt vu les supporters refuser le dialogue et leur faire signe de s’en aller.

"C’est mieux de fermer sa bouche et de rentrer"

"Je préfère ne rien dire, honnêtement… C’est terrible de se faire conspuer à domicile, mais les supporters ont raison. Je suis énervé, frustré, déçu… il n’y a pas de mots. On devait gagner pour faire un pas en avant et on fait trois pas en arrière. Ça commence à être compliqué. Je croyais qu’on allait gagner aujourd’hui. Il nous faut une victoire. On peut parler, se dire de belles choses, se charmer, mais quand il n’y pas de victoire à la fin, ça ne reste que des mots. Quand on fait un match comme ça, c’est mieux de fermer sa bouche et de rentrer", a confié Guilavogui au micro d’Amazon Prime.

Toute la semaine, le club bordelais avait appelé ses supporters à l’unité et à la mobilisation générale, et le message avait été reçu. Mais la défaite contre Troyes et la triste prestation des Bordelais ont douché tous les espoirs bordelais, pour laisser place à la colère.

LL