RMC Sport

Incidents Nice-OM: Valbuena fustige les comportements d'Alvaro, Guendouzi et Sampaoli

Mathieu Valbuena a estimé sur RMC que le comportement d'Alvaro Gonzalez et de Mattéo Guendouzi lors de Nice-OM n'était "pas normal". L'ancien Marseillais s'en est également pris à Jorge Sampaoli.

L'ancien Marseillais Mathieu Valbuena a vu des comportements qui l'ont choqué lors des graves incidents survenus sur la pelouse de l'Allianz Riviera dimanche, et notamment du côté de l'OM. Dans l'émission Rothen s'enflamme, ce mardi soir, le membre de la Dream Team RMC Sport n'a pas caché son agacement à l'encontre de plusieurs Phocéens.

"Dimitri Payet n'a pas à avoir une réaction comme ça, mais on peut comprendre, c'est une réaction humaine", a d'abord estimé Mathieu Valbuena sur RMC. "Par contre, le comportement d'Alvaro Gonzalez et de Mattéo Guendouzi, qui sont partis encore plus attiser les choses, ce n'est pas normal. Au lieu d'aller voir Dimitri Payet et de lui dire 'viens, on retourne aux vestiaires', ils ont attisé les choses."

"Ils sont à l'image de leur entraîneur: trop excités"

"L'autre chose que je n'ai pas comprise, et ça va être un problème pendant toute la saison, c'est le comportement de l'entraîneur de l'OM, Jorge Sampaoli", poursuit notre consultant. "Tu ne peux pas montrer ça devant tes joueurs. Aujourd'hui, ils sont à l'image de leur entraîne: trop excités. Tu peux avoir du caractère, et il faut qu'ils en aient. Mais il ne faut pas tout mélanger. Voir Sampaoli comme ça, ce n'est pas acceptable."

À la 75e minute du match entre Nice et l'OM, Dimitri Payet avait perdu ses nerfs après avoir reçu une bouteille remplie d'eau dans le dos. Le meneur de jeu olympien, furieux, avait alors renvoyé ladite bouteille ainsi que d'autres projectiles lancés sur la pelouse auparavant vers les tribunes de l'Allianz Riviera.

Alvaro Gonzalez et Mattéo Guendouzi avaient quant à eux été les premiers à se présenter en bas des travées pour dire tout le bien qu'ils pensaient du comportement des supporters niçois, le tout dans le chaos le plus total. Le volcanique Jorge Sampaoli était de son côté rentré dans une colère noire près de son banc de touche et avait dû etre retenu par plusieurs joueurs et membres de son staff.

Felix Gabory Journaliste RMC Sport