RMC Sport

Ligue 1: comment la défense brestoise a explosé en encaissant 7 buts contre Montpellier

Humilié 7-0 à domicile par Montpellier, le Stade Brestois a subi un revers historique. Qui peut s'expliquer par une défense absente, un gardien en grande difficulté et la classe de son adversaire.

"Tout le monde a pris du plaisir. On ne s'est pas contenté d’avoir un ou deux buts d’avance. C'est un plaisir d'avoir marqué et fait marqué les autres". Selon les mots de Valère Germain après la rencontre, le MHSC s'est véritablement amusé ce dimanche à Brest, s'imposant sur le score impressionnant de 7-0.

>> Ligue 1: revivez le multiplex

Les choses n’ont pas traîné à Francis-Le Blé puisque Maouassa débloque le compteur de son équipe très rapidement, au terme d’un contre en solitaire (4e). La défense bretonne ne peut alors pas se reprocher grand-chose, contrairement au but de Khazri où le Tunisien se promène dans le camp adverse, quelques secondes seulement après un coup d’envoi, pour marquer le troisième d’une frappe lointaine (11e). Cela faisait 3-0 après 11 minutes, car Wahi venait de doubler la mise d’une reprise au premier poteau (10e).

Un calvaire pour Bizot, les attaquants héraultais se régalent

Jamais Brest n’avait encaissé autant de buts en si peu de temps en Ligue 1, idem pour le MHSC qui n’avait jamais connu une entame aussi explosive. Mais le calvaire était loin d’être terminé pour les Pirates, pas aidés par leur gardien sur les deux buts suivants. Marco Bizot se trouait dans sa sortie sur corner, laissant le ballon jusqu’à Cozza qui marquait dans le but vide au second poteau. L’international néerlandais (1 sélection) était ensuite devancé par Wahi qui s’offrait un doublé après un long ballon dans le dos d’une défense particulièrement passive (30e).

À la demi-heure de jeu, Montpellier menait donc 5-0 et boucle la première période avec 7 tirs dont 5 cadrés. L’efficacité était donc maximale mais l’arrière-bretonne s'était montrée très fébrile, pendant que l’attaque ne se sera presque pas montrée de son côté. Les choses ne s’arrangaient pas dans le second acte puisque Lees-Melou était exclu pour un pied haut (50e), une nouvelle maladresse dans ce match.

Si Bizot signait son premier arrêt à la 55e minute devant Wahi, ce sera aussi son dernier et son équipe continuait de prendre l’eau en infériorité numérique et devait encore s’incliner devant la classe de Germain, d’abord auteur d’une splendide Madjer (63e) avant de surprendre le gardien breton, qui couvrait mal son poteau (84e). L’ancien avant-centre marseillais semblait même consoler Honorat après son doublé. Le MHSC filait vers le plus large succès de son histoire en Ligue 1 et le plus large à l’extérieur toutes compétitions confondues.

La colère de Belkebla après un match "honteux"

Le Stade Brestois avait connu un début de championnat pourtant correct avec notamment un très bon match contre l’OM qui aurait pu lui rapporter plus qu’un point (1-1) avant une victoire contre Angers en supériorité numérique la semaine dernière (3-1). De son coté, Montpellier n’avait rien pas grand-chose de quoi rassurer après ses trois petits points en trois matchs.

"Il n’y a rien à dire, juste à regarder le tableau d’affichage, peste à chaud Belkebla au micro de Prime Video. Aujourd’hui, c’est honteux. Le match est terminé, il faut tous se remettre en question. On s’est peut-être vu beaux après le début de saison. Il faut se remettre la tête à l’endroit, continuer à bosser parce qu’on va nulle part. Il n’y a rien à ajouter, il faut se mettre au travail et vite oublier ce match-là".

Troyes décolle, Lorient plane

Dans les autres rencontres, outre la victoire large et rassurante de l’OM à Nice grâce à un doublé de Sanchez et un nouveau but de Clauss (3-0), Troyes est parvenu à se défaire d’un SCO encore réduit à dix (3-1) pour signer sa première victoire de sa saison après trois revers initiaux. Un énième carton rouge dans cette Ligue 1 a émaillé la rencontre entre Lorient et Clermont et profité aux Merlus (2-1), qui restent invaincus et pointent à une excellente quatrième place provisoire.

Jules Aublanc Journaliste RMC Sport