RMC Sport

Ligue 1, les tops et les flops Rennes-Caen : Gourcuff en forme, Ntep signe son retour

Stade Rennais

Stade Rennais - AFP

Irrégulier depuis le coup d’envoi de la saison, le Stade Rennais s’est imposé pour la deuxième fois sur ses terres face à Caen (2-0) et se replace tranquillement dans la course aux places européennes, notamment grâce à un bon Yoann Gourcuff et une animation offensive retrouvée.

Les TOPS

Yoann Gourcuff

Titulaire pour la quatrième fois d’affilée avec Rennes face aux Normands, le meneur de jeu breton replacé en attaque au côté de Giovanni Sio, a été plutôt très en jambes. Auteur d’une magnifique ouverture pour son binôme d’un jour à la 18e minute de jeu, lequel butera sur Rémy Vercoutre, il a pas mal travaillé dans l’animation offensive malgré une possession équilibrée. Plus discret en seconde période, il n’est pas impliqué directement sur le but de Saïd mais a apporté une touche technique et de la fluidité dans les transmissions côté rennais. Il remise bien sur Pedro Henrique dans le dernier quart d’heure (78e), sans succès pour le Portugais. S’il reste sur ce rythme, il sera l’un des grands atouts de son père Christian, qui lui a trouvé une place inattendue dans son traditionnel 4-4-2 préférentiel.

A lire aussi >> Ligue 1 : Rennes ne tremble pas et bat Caen

Benoît Costil

Il est aussi un des hommes de ce match. Le troisième gardien dans la hiérarchie de Didier Deschamps en équipe de France, a multiplié les interventions décisives, notamment face à un Ivan Santini toujours bien placé. Il bloque ainsi une frappe en pivot du Croate en début de rencontre (12e), avant de se montrer très actif en deuxième période. Solide dans son face-à-face avec Karamoh (53e), il réalise ensuite une claquette exceptionnelle sur une tête à bout portant de Santini encore lui (61e). En fin de match, il sort encore une tête

A lire aussi >> Ligue 1, les tops et flops de Nantes-Metz : Erding sur un nuage, Vizcarrondo dans le dur

Le retour de Georges Ntep

Il n’aura pas touché beaucoup de ballons à cause de son entrée en jeu tardive à la place de Sio (81e), mais il a signé son grand retour sur les pelouses de Ligue 1 après six mois d’indisponibilité par une passe décisive. Sur un corner caennais mal négocié, Rennes explose vite en contre-attaque et Ntep sert sur un plateau Prcic après un bon déboulé côté gauche. Il est peut-être la meilleure recrue du Stade Rennais finalement…

A lire aussi >> Nantes, René Girard en remet une couche : "On a un effectif assez maigre"

Les FLOPS

Steed Malbranque

C’est un peu sévère de le mettre au rayon des flops, étant donné que Caen ne fait pas un mauvais match, mais l’ancien lyonnais n’a pas montré grand-chose, il faut bien l’avouer. Il doit apporter davantage par son expérience et dans sa relation technique avec Julien Féret. Souvent dépassé par la vitesse d’exécution rennaise en contre-attaque, il a semblé manquer de jus, logiquement remplacé par Sané après l’heure de jeu.

A lire aussi >> PSG : passion, force mentale et traînières… sur les traces d'Unai Emery au Pays basque

L’efficacité offensive caennaise

A l’image de leurs homologues nantais, défaits un peu plus tôt dans la journée, les attaquants caennais n’ont pas su trouver la faille. Santini a buté à deux reprises sur Costil, alors que Rodelin a surtout failli dans la dernière passe. Karamoh a été transparent ou presque, remplacé par un Hervé Bazile pas mieux inspiré. Il y aura des jours meilleurs pour les attaquants normands, qui ont semblé baisser les bras en fin de match, mais il ne faut pas qu’ils oublient que la réussite, ça se provoque.

A lire aussi >> OM : on imagine le mercato de Leonardo

Syam Ben Youssef

A l’image de son équipe, il ne fait pas un match catastrophique, mais à l’arrivée, il est trop permissif avec Saïd sur le premier but rennais où il doit montrer plus de caractère dans son intervention. En fin de match, il subit également la contre-attaque bretonne et ne couvre pas la montée de Prcic. Un match à oublier pour lui et pour Caen, qui n’a pas su exploiter ses temps forts.

A lire aussi >> Nice-OM : les premières fois de Balotelli, ça donne quoi ?

Damien Chédeville