RMC Sport
en direct

Incidents de Nice-OM en direct: l'UNFP remontée avant la commission de discipline

Benoît Bastien, arbitre du match Nice-OM, le 22 août 2021

Benoît Bastien, arbitre du match Nice-OM, le 22 août 2021 - Icon Sport

Le match entre Nice et l'OM a dégénéré dimanche soir et a été interrompu après des jets de projectiles sur les joueurs de Marseille et l'envahissement de la pelouse par des supporters niçois.

L'UNFP remontée avant la commission de discipline

INFO RMC SPORT - Demain à 17 heures, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) se réunira pour étudier les incidents survenus lors du match Nice-Marseille. Selon nos informations, l’UNFP est déjà en colère avant cette réunion. Une source interne précise: "Nous allons attendre la commission de demain, mais nous ne voulons pas que les joueurs soient les coupables". Le syndicat défendra coûte que coûte les acteurs niçois et marseillais puisque, selon lui, "leur sécurité n’a pas été assurée".

AP et LB

Valbuena comprend Payet, mais fustige les réactions de Gonzalez, Guendouzi et Sampaoli

Dans Rothen s'enflamme sur RMC, Mathieu Valbuena a commenté l'attitude des joueurs de l'OM durant les incidents: "Dimitri Payet a été victime dans tout ça, mais il n'a pas à avoir une réaction comme ça. Mais je peux comprendre. C'est une réaction humaine, mais il ne peut pas faire ça".

"Par contre, je n'ai pas aimé du tout le comportement d'Alvaro Gonzalez et de Guendouzi, qui ont attisé un peu plus les choses. Ce n'est pas normal, ce n'est pas possible. Au lieu d'aller voir Payet et de lui dire de rentrer au vestiaire, ils ont attisé. Et ce qui va aussi être un problème pour l'OM, c'est le comportement de Sampaoli. Tu ne peux pas être comme ça devant tes joueurs".

En attendant les filets, des pylônes déjà posés à l'Allianz Riviera

Nice Eco Stadium, l'exploitant qui gère l'Allianz Riviera, a effectué les premiers travaux d'aménagement cet après-midi suite aux demandes préfectorales d'hier soir. Les pylônes nécessaires au déploiement du filet anti-projectile ont été installés juste au-dessus de la tribune Populaire Sud, rapporte France Bleu Azur. Le filet sera installé 48h avant les rencontres (lorsque la tribune, fermée pour les 4 prochaines rencontres à domicile, sera à nouveau accessible). Il mesurera 70 mètres de large sur 16 mètres de haut, douze hommes seront nécessaires pour le mettre en place.

Comme annoncé par le média local, le prix de ces premiers travaux s'élève à 200 000 euros, une facture que l'OGC Nice devra régler.

Si tout semble prêt du côté de la Tribune Populaire Sud, cela pourrait prendre plus de temps au niveau du parcage visiteurs où l'installation du filet et des vitres en plexiglass nécessite plus de travaux.

Clément Brossard

L'arbitre soutenu par sa hiérarchie

Benoît Bastien, l'arbitre du match, a reçu le soutien public d'Éric Borghini, président de la Commission fédérale des arbitres. "Il a eu un comportement exemplaire, tant au niveau de l'application du règlement et des protocoles que de la gestion des incidents, avec courage et détermination", a déclaré le dirigeant dans une interview accordée à L'Équipe.

Éric Borghini confirme dans cet entretien que Benoît Bastien souhaitait dans un premier temps que le match ne reprenne pas: "Il a avancé deux arguments: la sécurité des joueurs et l'équité sportive car il nous a dit qu'il aurait été obligé de sanctionner Payet d'un carton rouge pour avoir jeté deux bouteilles dans le Kop Sud niçois alors qu'il avait lui-même été victime d'un jet de bouteille dans le dos".

Nice: Jim Ratcliffe ne prendra pas parole

Après la prise de parole dans un communiqué de Franck McCourt, propriétaire de l'Olympique de Marseille, celui de l'OGC Nice, Jim Ratcliff ne s'exprimera pas. Selon nos informations, l'état d'esprit du patron de l'OGC Nice" a été intégré au communiqué" précise-t-on en interne.

CB

La LFP en appelle au gouvernement

La LFP a fait partir au ministères concernés (ministre de l'Intérieur, ministre de la Justice, ministre de l'éducation nationale, de la Junesse et des sports et ministre délégué aux sports) une lettre pour réagir aux divers incidents qui ont émaillé les tribunes depuis la reprise du championnat de Ligue 1, au premier rang desquels les débordements de Nice-Marseille.

"Il est en effet essentiel que les fauteurs de troublent soient sanctionnés significativement et, cela nécessite une action commune des clubs, des instances, des pouvoirs publics locaux et nationaux mais aussi et surtout de la justice.

Je me tiens donc, ainsi que les équipes de la LFP, à votre disposition pour participer aux travaux que vous voudrez bien conduire pour lutter contre cette tendance inquiétante et apporter des solutions pérennes pour une meilleure sécurisation des matchs de football", explique notamment Vincent Labrune.

14h26 -le communiqué de Frank McCourt

Le propriétaire de l'OM, qui était resté muet sur les incidents, a publié un communiqué ce mardi midi. Il déplore évidemment les violences et soutient Pablo Longoria et sa décision d'avoir quitté le terrain " lorsqu'il est apparu clairement que la sécurité des joueurs et des supporters ne pouvait être garantie ".

Le communiqué:

"Le match de dimanche entre l'OM et l'OGC Nice aurait dû être un moment destiné à célébrer le beau jeu et le travail qui a été fait pour que joueurs et supporters se retrouvent dans de bonnes conditions de sécurité. Au lieu de cela, il s'est transformé en une démonstration de violence regrettable et déplorable.

J'ai soutenu la décision du président de l'OM, Pablo Longoria, de quitter le terrain lorsqu'il est apparu clairement que la sécurité des joueurs et des supporters ne pouvait être garantie. Je me tiens à ses côtés, ainsi qu'aux côtés des membres de notre équipe, de la communauté de l'OM et de tous ceux qui considèrent que le partage du sport que nous aimons n'est tout simplement pas possible si nous ne pouvons pas garantir la sécurité des personnes qui le rendent si spécial. Je m'engage à travailler avec la Ligue pour assurer la sécurité des joueurs et des supporters et pour faire en sorte que ce qui s'est passé dimanche à Nice ne se reproduise jamais. Nos joueurs, nos supporters et notre sport méritent mieux. "

10h51 - Estrosi estime que Payet aurait mérité le rouge

Présent dans les tribunes lors des incidents du match Nice-OM, Christian Estrosi a fustigé le geste d'humeur de Dimitri Payet. Selon le maire de Nice, le joueur marseillais n'aurait jamais dû réagir aux provocations et au comportement "inadmissible" des supporters azuréens. L'élu estime même que le milieu phocéen a été l'élément déclencheur des débordements.

"Si le geste des supporters qui ont lancé des bouteilles est inacceptable, celui de Payet l’est encore plus, dans la mesure où, dans une enceinte de 30.000 spectateurs, un pro ne doit pas faire prendre le risque d’un tel embrasement en renvoyant le projectile dans le public, a lancé Christian Estrosi auprès de Nice-Matin. C’est ce qui a mis le feu aux poudres. Je crois avoir lu dans le règlement que, lorsqu’un joueur a ce type d’attitude, c’est un carton rouge.

10h49 - Christian Estrosi charge les dirigeants marseillais

Présent dans la tribune présidentielle lors de Nice-OM, Christian Estrosi a livré sa version de la soirée dans un entretien accordé mardi à Nice-Matin. Le maire de Nice a notamment regretté le comportement de Pablo Longoria et de la direction marseillaise dans le stade.

"Des choses se sont passées sur le terrain. D’autres, à la tribune où je me situais, avec mon épouse, notamment au côté du président Rivère et de sa femme. Sur la rangée de derrière, nous avions le président de l’OM et ses accompagnateurs, assortis de leurs gardes du corps. De la part du président de l’OM: des invectives à l’égard de l’arbitre, de nos joueurs, des invectives que nous pouvions prendre pour nous-mêmes, des hurlements permanents; une attitude agressive, violente, détestable. Vers la fin du match, nous avons senti une sorte de montée dans les tours avec, en bas, un coach qui semblait pousser ses joueurs à la provocation permanente."

Olive "espère qu'il y aura des sanctions draconiennes"

"J'espère qu'il y aura des sanctions draconiennes, sans quoi on pourra recommencer la semaine prochaine", clame Karl Olive ce mardi matin sur RMC. "Quand on est capable de venir bousculer, piétiner, insulter, prendre 20 canettes dans la gueule, à un moment donné, vous pouvez péter un boulard, comme Zidane en 2006", ajoute le membre du Conseil d'Administration de la Ligue. "C'était du kickboxing. Il faut protéger les joueurs, c'est le b.a-ba".

08h45 - Nice: le président Rivère met en doute la version de Guendouzi

Jean-Pierre Rivère, le président de Nice, a assuré ce mardi que Mattéo Guendouzi n'avait pas reçu de coups lors des incidents intervenus sur la pelouse de l'Allianz Riviera. Le dirigeant du club azuréen a ainsi expliqué que le milieu n'avait aucune trace avant de retourner au vestiaire.

"Au passage, Guendouzi, images à l’appui, n’a pas de traces dans le cou quand il est sur la pelouse", a lancé Jean-Pierre Rivère.

Des propos qui mettent en doute la version des événements de l'OM. Le club marseillais a de son côté fait constater les blessures de trois joueurs (Guendouzi, Payet et Luan Peres) par un médecin indépendant.

Olive attend des sanctions "pas avant 15 jours"

"Demain, il ne faut pas s'attendre à des sanctions immédiates, explique Karl Olive, membre du Conseil d'Administration de la Ligue ce mardi. Il y aura la nomination d'un référent instructeur de la LFP qui va instruire le dossier pendant 15 jours". Le maire de Poissy affirme que ce ne sera "pas avant 15 jours pour voir une décision et des sanctions fermes".

Karl Olive: "Aucune pression pour que le match reprenne"

Invité de RMC ce mardi matin, Karl Olive, maire de Poissy et membre du Conseil d'Administration de la LFP affirme que "l'arbitre a décidé d'arrêter la rencontre, mais il n'y a eu aucune pression pour que le match reprenne".

"J'ai parlé aux gens qui étaient sur place, je sais précisément ce qu'il s'est passé, raconte-t-il. Il y a eu une réunion en petit comité dans une salle de sécurité". Selon lui, la décision du préfet a été "de protéger l'ordre public. Si on ne reprend pas, potentiellement ça peut être un grand "bordel" dans le stade et en dehors du stade".

L'OM prêt à rejouer le match sur terrain neutre

Invité de BFMTV, Jacques Cardoze, le directeur de la communication de l'OM, a fait savoir que le club phocéen était prêt à rejouer son match contre Nice. Sur terrain neutre, si besoin.

Longoria : "Personne ne nous a dit que nous perdions si nous ne revenions pas sur le terrain."

Dans un entretien accordé à La Provence, Pablo Longoria a tenu à préciser la position de l'OM autour des incidents de Nice-OM. "Il y a eu d’abord une cellule de crise avec le délégué, l’arbitre, les deux présidents et le Préfet de police. Chacun s’est exprimé et le délégué a dit que le match devait reprendre, poursuit le président de l’OM. Je leur ai répondu que ma décision était de faire rentrer les joueurs aux vestiaires et à Marseille parce que leur sécurité n’était pas garantie. [...] L’arbitre a expliqué que sa décision était d’arrêter le match et qu’on lui imposait de le faire reprendre pour des questions d’ordre public. Personne ne nous a dit que nous perdions si nous ne revenions pas sur le terrain."

L'UNFP envisage de se porter partie civile

L'UNFP dénonce dans un communiqué "des comportements inadmissibles" lors des incidents du match Nice-OM. Le syndicat des joueurs professionnels envisage de se porter partie civile dans cette affaire, parce que "s'attaquer ainsi à l'intégrité physique des footballeurs dépasse les limites du supportable". L'UNFP précise ne pas vouloir faire d'amalgame entre les fautifs de l'Allianz Riviera et l'ensemble des supporters des clubs de L1.

Un supporter niçois soupçonné d'avoir frappé Payet en garde à vue,

Un supporter de Nice âgé de 28 ans, soupçonné d'avoir porté des coups à Dimitri Payet lors des incidents survenus dimanche lors du match Nice-Marseille, a été interpellé et placé en garde à vue ce lundi en fin de journée, a appris BFM TV.

L'homme a été interpellé à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes), a précisé à l'AFP le procureur de Nice, Xavier Bonhomme.

Nice: La Tribune Populaire fermée 4 matchs minimum

D'après nos informations, la Tribune Populaire, réservée en partie aux ultras de l'OGC Nice, va être fermée pour au moins 4 matchs. Cette décision intervient au lendemain des incidents survenus lors du match face à l'OM, stoppé à quinze minutes du terme. Une bouteille avait touché Dimitri Payet, provoquant la réaction du joueur puis des débordements avec les supporters adverses.

CB

Cardoze : "Jusqu'à quand peut-on accepter d'envoyer des bouteilles ? C'est une nouvelle mode ?"

"Que ce serait-il passé en cas d'action litigueuse ? De pénalty litigieux ? D'égalisation marseillaise litigieuse ? On constate, sur les 74 minutes qui ont été jouées, qu'il y a beaucoup de projectiles qui tombent sur la pelouse du stade. Il faut se souvenir du précédent de Valentin Rongier à Montpellier. Jusqu'à quand peut-on accepter d'envoyer des bouteilles ? C'est une nouvelle mode ?"

Cardoze : "L'argument du trouble à l'ordre public ne tient pas."

"Nice est le club qui reçoit et qui est censé assurer la sécurité de nos joueurs. Cela n'a pas été le cas hier soir. Il y a eu une polémique pour savoir si on aurait dû reprendre ou non ce match. On nous dit que c'est parce qu'il y a une possible menace à l'ordre public et des possibles troubles qu'il fallait reprendre le match. Le match n'a pas repris et à la suite de ces incidents, il ne s'est rien passé. L'argument du trouble à l'ordre public ne tient pas. Que ce serait-il passé si le match avait repris dans cette ambiance électrique ?"

Cardoze : "Mandanda nous a dit que c'était une situation qui n'était pas de nature à les rassurer."

"On a revu ces images et c'est inconstestable, on voit beaucoup de bouteilles qui tombent dans la surface. Il n'y a pas de filet de sécurité devant cette tribune, est-ce qu'il y a un nombre suffisant de stadiers ? De Policiers ? A la 25e minute, lorsque Mandanda fait son double arrêt, vous voyez que des spectateurs basculent des affiches publicitaires et sont prêts à arriver sur le terrain. C'est un contexte compliqué. Steve Mandanda nous a dit que c'était une situation qui n'était pas de nature à les rassurer."

Le communiqué des South Winners

Dans un communiqué ce lundi, le groupe des supporters de l'OM des South Winners 1987 a tenu à réagir après le "guet-apens orchestré" à l'Allianz Riviera ce dimanche. Si le jet d'une bouteille sur Dimitri Payet a été l'élément déclencheur pour l'arrêt du match, les South Winners indiquent que "les hostilités ont débuté avec des lancers répétés" dès l'échauffement. "Il faut aussi et surtout avoir à l'esprit tout ce qui s'est produit avant cet énième et insupportable débordement", indique les South Winners. Le groupe dénonce aussi le comprotement de certains dirigeants niçois et du président de la ville, Christian Estrosi. Les South Winners dénoncent aussi "des relais fascites et racistes" dans les tribunes sud et nord du stade.

Cardoze : "Cela offre une mauvaise image du football"

"La sécurité de nos joueurs n'était pas garantie. Cela offre une mauvaise image du football. Ce n'est pas du tout ce qu'on a envie de voir. On était sincèrement inquiets. Depuis le début de la rencontre, on avait remarqué qu'il y avait beaucoup de bouteilles d'eau en plastique qui étaient jetées sur nos joueurs."

Cardoze : "On parle de supporters qui agressent des joueurs, mais où est-on ?"

"Nos joueurs n'étaient pas en condition physique et psychologique de reprendre le match. On parle de supporters qui agressent des joueurs, mais où est-on ? C'est extrêmement grave !"

Cardoze : "On a fait constater les blessures par un médecin indépendant aujourd'hui à Marseille"

Invité de Rothen s'enflamme sur RMC, Jacques Cardoze, le directeur de la communication de l'OM s'est exprimé sur les incidents de Nice-OM, où trois joueurs marseillais ont été blessés.

"J'étais avec eux, ils sont blessés. Il y a des entailles. On a fait constaté cela par un médecin indépendant aujourd'hui à Marseille. Il y aura des certificats médicaux. Ce sont des éléments qui permettront d'instruire l'enquête de la Ligue et de la Commission de discipline."

Nice dénonce "l'attitude irresponsable" de certains membres de l'OM

L'OGC Nice y va également de son communiqué pour revenir sur les incidents d'hier soir. Le Gym dénonce les jets de bouteille de "pseudos-supporters", qui "méritent des sanctions lourdes et ciblées". Mais le club présidé par Jean-Pierre Rivère pointe également du doigt "l'attitude irresponsable de plusieurs membres du club marseillais". Et notamment l'adjoint de Jorge Sampaoli qui a asséné un coup de poing à un supporter entré sur la pelouse. Ce dernier serait d'ailleurs "toujours hospitalisé".

La LFP condamne des incidents "extrêmement graves"

La Ligue de football professionnel publie un communiqué pour condamner "des incidents extrêmement graves". La Ligue explique s'être alignée sur la décision du Préfet des Alpes Maritimes de reprendre la rencontre, malgré la situation et le refus des Marseillais de revenir sur le terrain. La commission de discipline est désormais en charge du dossier. L'OGC Nice et l'OM ont été convoqués ce mercredi pour s'expliquer.

Rivère raconte son altercation avec Longoria en tribune

Invité de l'émission Rotehn s'enflamme ce lundi sur RMC, Jean-Pierre Rivère a raconté son altercation avec Pablo Longoria, le président de l'OM. "Au moment du jet sur Dimitri Payet, qui est évidemment déplorable, il y a eu une réaction extrêmement virulente des dirigeants marseillais, qui étaient derrière nous. Je n'ai même pas vu ce qu'il s'est passé sur le terrain pendant 3 ou 4 minutes. C'est vite monté dans les tours, très haut et c'est parti très loin. J'avais ma femme à côté et mes deux enfants, qui sont petits. Quand je vois le président de l'OM qui était à deux doigts de faire des actes à ne pas faire par rapport à ma femme... Je lui ai dit: 'Pablo, tu es complètement fou, il te prend quoi'. Et il m'a répondu: 'ta femme m'a posé la main sur le bras'. C'est parti en vrille. Cela n'excuse rien mais franchement, quelle image on donne aux gens? J'ai honte de ce qui s'est passé. On se demande ce qu'on fait dans le football. On a passé des années à essayer de modifier des choses et en une minute, tout s'effondre, c'est très dur. On va se relever."

Rivère annonce la pose d'un filet de sécurité devant la tribune des ultras

Invité de l'émission Rotehn s'enflamme ce lundi sur RMC, Jean-Pierre Rivère, le président de l'OGC Nice, a indiqué la pose prochaine d'un filet de protection devant la Tribune Populaire de l'Allianz Riviera, celle des ultras.:"C'est un stade qui ne nous appartient pas et ça fait au moins deux ans qu'on demande la pose d'un filet. Je n'ose même pas espérer, je pense que c'est une certitude désormais, ce filet sera posé à nos frais. Mais pour des raisons que j'ignore, ça n'a pas pu être fait avant. S'il faut bien attendre des événements pareils pour qu'un filet se pose, c'est bien regrettable."

Di Meco : "Je pense qu'il faudra taper des deux côtés."

"Si on ne prend pas les bonnes décisions, la gangrène va prospérer dans le foot. Je pense qu'il faudra taper des deux côtés. Il y a des composantes, avec un Préfet et des délégués de la Ligue. Il y a une décision à prendre parce qu'il faut lâcher tout le monde dans la nature. Il y a une autre composante à prendre en compte. Le président de la Ligue est un ancien président de l'OM."

Di Meco : "Il y a des politiques qui sont là pour gérer les problèmes de la société"

"Si c'est très laxiste, c'est portes ouvertes dans tous les stades. On est qui nous, pour parler de la société ? On est des citoyens, on donne notre avis. Il y a des politiques qui sont là pour gérer les problèmes de la société. On va découvrir, au fil des mois qui passent, des effets après deux ans sans public."

Di Meco : "ça va permettre au football d'avancer ou de foncer droit dans un mur."

"Ce qu'il va ressortir de cette histoire-là va permettre au football d'avancer ou de foncer droit dans un mur. Les gens vont devoir prendre une décision et ils vont sûrement punir des deux côtés. Très fort, ou peut-être pas d'ailleurs. Ce seront eux qui prendront leurs responsabilités. On peut tout imaginer."

Di Meco : "On a besoin d'une thérapie nationale"

Notre consultant Eric Di Meco a réagi ce lundi aux incidents de Nice-OM sur RMC :

"Notre société post-covid est malade. On a besoin d'une thérapie nationale. Un an et demi sans supporters et dès la première journée de championnat, un mec se prend une bouteille. Il y a une métastase dans le football de ce qu'on vit dans la société."

Bientôt un filet de protection devant la Tribune Populaire de l'Allianz Riviera ?

Un filet de protection anti-projectiles pourrait faire son apparition devant la Tribune Populaire, les Ultras de la Populaire Sud ne se sont pas opposé dans un communiqué publié cet après-midi "Hier soir, nous voulions surtout la protection de la population" reprend le préfet des Alpes-Martimes "C'est inacceptable de balancer des bouteilles sur les joueurs. Il faut une prise de conscience, aller en tribune ne veut pas dire aller à la guerre. Nous allons nous appuyer sur les vidéos des caméras de surveillance, la technologie est là pour nous aider." 

A cette heure, seuls trois jeunes hommes ont été interpellés avant d'être rendus aux familles. Ils ne faisaient pas partie de la Tribune Populaire. 

INFO RMC SPORT : le sort des tribunes de l'Allianz Riviera discuté, le préfet est actuellement en réunion

Plusieurs enquêtes préliminaires ont été ouvertes par le parquet de Nice, ces dernières seront confiées ensuite aux services de la Sûreté départementale des Alpes Maritimes. 

Contacté par RMC SPORT, le préfet Bernard Gonzalez a souhaité réagir avant d'entrer en réunion avec les services de police, de sécurité et le Président de l'OGC Nice Jean-Pierre Rivère.

"Nous allons voir quelles mesures peuvent être prises sur le plan administratif. Il fallait poursuivre le match pour préserver l'ordre public et éviter l'émeute générale. Il y a souvent des incidents dans ce genre de match, il y en a eu sur la pelouse mais cela aurait pu être pire si les tribunes latérales s'y étaient mises. En sortie de stade, les supporteurs marseillais ont pu correctement être escortés. Il n'y a pas eu de désordre hors pelouse ou, peut-être, proche des vestiaires ce que je n'ai pas vu. C'est triste pour le sport, je suis un préfet sportif et ce n'est pas ce que l'on veut voir. Maintenant, il faut se demander quel sort réserver à ces tribunes, il y a matériellement des choses à envisager."

Le préfet des Alpes-Maritimes a tout fait pour que la rencontre reprenne

Alors que l'Olympique de Marseille avait déjà pris la décision de ne pas reprendre la rencontre dimanche soir, suite aux incidents survenus à la 75e minute de l'affiche Nice-OM, le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez enchaînait les coups de téléphone dans le but d'obtenir un avis favorable sur la reprise du match et a eu gain de cause. 

CB

17h07: Le communiqué des Ultras niçois

Les Ultras niçois de la Populaire sud, la tribune où s'est déroulée les incidents ont finalement pris la parole dans un communiqué posté sur Facebook. Le texte du communiqué:

"Suite aux événements survenus lors de Nice-OM, la Populaire Sud tient à clarifier les choses.

Nous condamnons fermement les jets de projectiles ainsi que l’envahissement du terrain.

A l’avenir, toute personne membre du groupe dont le comportement pourrait porter préjudice au groupe et au club, sera exclue.

Pour information, suite aux échanges avec le club, la nécessité de la pose d’un filet anti-projectiles a été une nouvelle fois évoquée, comme depuis le début nous n’y sommes pas opposés."

Communiqué ultras populaire sud Nice
Communiqué ultras populaire sud Nice © RMC SPORT

15h08: la ligne de défense de Nice est prête

A l'image de l'OM qui se prépare à plaider sa cause devant les instances du foot français, l'OGC Nice a également déjà tracé les contours de sa défense. Le club azuréen entend notamment montré le comportement de certains membres du club marseillais pendant les incidents.

CB

15h04: les arguments de l’OM sur le terrain juridique

Une bataille juridique a commencé entre Niçois et Marseillais après les incidents de l'Allianz Riviera. Les deux clubs se rejettent la responsabilité des incidents de dimanche soir. Du côté de l’OM, l’un des arguments principaux est le fait que Benoît Bastien, l’arbitre de la rencontre, ne voulait pas reprendre la partie. Le club phocéen affirme en avoir la preuve. Certaines sources olympiennes indiquent en effet que l'arbitre central a fait part, dans son rapport, de ses réticences à continuer le match car selon lui les conditions de sécurité n’était pas garanties.

Les dirigeants olympiens affirment d’ailleurs que la décision de ne pas signifier rapidement que le match ne reprendrait pas était avant tout un choix du préfet des Alpes-Maritimes pour éviter d’autres échauffourées à la sortie du stade. Il s’agissait donc d’un enjeu de sécurité publique. Dans cette bataille juridique, l'OM va chercher à savoir si le match est bel et bien perdu ou si la possibilité de récupérer trois points sur tapis vert existe.

FGe

14h57: Sampaoli sort du silence sur son compte Instagram

"Inacceptable." C'est avec ce message aussi clair que laconique que Jorge Sampaoli a réagi ce lundi après-midi, au lendemain des graves incidents survenus sur la pelouse de l'Allianz Riviera.

Le message du coach marseillais, qui est entré dans colère noire dimanche soir sur la pelouse, accompagne une photo de l'évènement, au coeur du chaos.

14h14: le député Eric Ciotti charge à son tour les Marseillais

Le député (LR) des Alpes-Martimes Eric Ciotti a réagi sur Twitter aux incidents survenus dimanche soir. Il accuse notamment Pablo Longoria : "Soutien au président Jean-Pierre Rivère, agressé hier soir en tribune par le président de l’Olympique de Marseille ainsi qu’au coach Galtier. La violence et la surenchère physique n’ont pas leur place dans un stade de foot."

13h40: Le résultat n'est pas entériné

Si le match s'est terminé de façon ubuesque avec uen seule équipe sur le terrain (Nice) et uns score de 1-0, rien ne dit que c'est le résultat qui comptera pourla 3e journée de Ligue 1. Car, c'est une info RMC Sport, le résultat n'est pas entériné. Outre les sanctions pour les clubs et les différents individus pris dans les altercations, la LFP va aussi devoir trancher sur le résultat du match. En ce lundi matin, le score est de 1-0 pour Nice mais ce résultat n’est pas officiellement entériné. La commission va devoir prendre une lourde décision pour trancher le sort du match. Et tout est possible : rejouer le match (en entier pas seulement 15min), maintenir ce score, donner la victoire à Marseille… toutes les options existent.

12h38: OM: les mots fort de Steve Mandanda après les incidents à Nice

Capitaine de l’OM lors du déplacement à Nice, Steve Mandanda a pris la parole dans une vidéo diffusée ce lundi matin sur le site du club marseillais. Le gardien de but a justifié le refus des joueurs de reprendre la rencontre après l’envahissement du terrain par une partie des supporters azuréens. Le vétéran de 36 ans et ses coéquipiers ont craint pour leur sécurité.

"On est très clairement choqués par ce qu’il s’est passé. C’est pour nous quelque chose d’inadmissible que les supporters puissent rentrer comme cela sur le terrain, a indiqué le gardien et capitaine de l’OM. Il y avait déjà eu pas mal de choses au début avec beaucoup de jets de bouteilles. Ensuite on s’est retrouvés, déjà à Montpellier avec Val (Rongier) qui a été grièvement touché, aujourd’hui j’ai été souvent visé depuis le début du match. Ensuite c’est arrivé sur Dim (Payet)."

Et Mandanda de préciser: "Après les supportes qui rentrent c’est complètement inadmissible. C’est ce que j’ai dit au délégué. Tout simplement, pour nous les joueurs, notre sécurité n’était plus assurée. On s’est retrouvés en danger. Pas mal de nos joueurs ont été visés ou touchés. Quand on voit qu’il y a entre 500 et 1.000 supporters qui se permettent comme cela de rentrer sur le terrain afin de venir nous agresser, c’est quelque chose que l’on ne peut pas tolérer. Pour toute ces raisons-là, on ne peut pas retourner sur le terrain car on ne se sent pas en sécurité."

Steve Mandanda a conclu sa prise de parole en rappelant que l’arbitre Benoît Bastien partageait l’avis de l’OM sur la non-reprise du match.

"Les arbitres étaient d’accord avec nous pour pouvoir interrompre le match, tout simplement. Ils estimaient que la sécurité n’y était pas. Le délégué a répondu que par rapport à la discussion avec le préfet et le service de police ils estimaient que c’était possible, a encore expliqué le gardien marseillais. Mais comme je leur ai dit, ils n’ont pas vécu ce que nous avons vécu sur le terrain. Le préfet n’était pas non plus là pour voir ce qu’il se passait. Pour nous, notre sécurité c’était le plus important. Sur cet aspect-là, on ne se sentait pas en sécurité."

12h03 - OM: Rubirola, ancienne maire de Marseille, en appelle à la FFF

Ancienne maire de Marseille et actuelle première adjointe de Benoît Payan, Michèle Rubirola a regretté les incidents lors du match entre Nice et l'OM. L'élue marseillaise a notamment demandé à la Fédération française de football d'intervenir pour éviter de tels débordements dans le futur.

"La sécurité des joueurs doit être assurée. La fédération française de football doit réagir afin que des incidents aussi graves ne se reproduisent pas, a estimé Michèle Rubirola dans un message posté lundi sur les réseaux sociaux. Le soutient d'un club ne doit pas se transformer en combat."

11h33: "Encore heureux qu'ils se soient défendus", Maracineanu soutient les joueurs de l'OM

Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports, au micro de BFM: 

"Encore heureux qu’ils se soient défendus. Sur un match où on s’en prend aux joueurs et aux arbitres, c’est normal qu’on réagisse. On va laisser les joueurs se faire insulter, se faire jeter des bouteilles pleines d’eau ? Non, ce n’est pas possible. Ils sont là pour faire du jeu, c’est aux forces de sécurité, au club qui reçoit et aux supporters d’être responsables et aux dirigeants de ces clubs de faire en sorte que ça se passe bien. Ils ne signent pas dans les clubs pour se faire insulter et se faire taper dessus.

Je pense que l’enquête va déterminer si le match devait reprendre ou pas. Ce que je peux vous dire, c’est que si les joueurs se sont sentis en danger et qu’ils ne pouvaient pas rentrer à nouveau sur le terrain, ils ont bien fait de rester dans les vestiaires et que le match ne reprenne pas. Ce n’est pas entendable que leur intégrité physique soit remise en question."

11h30: Maracineanu dénonce des incidents "intolérables"

Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports, au micro de BFM:

"C’est évidemment regrettable, étant donné le temps que nous avons passé à suivre des matchs sans spectateurs, sans encouragements. Voir ça dès les premiers matchs de football, ça fait de la peine. C’est intolérable parce que la première condition pour qu’un match se déroule, c’est que la sécurité des acteurs sur le terrain soit assurée. Ça n’a pas été fait hier à Nice et j’espère que l’enquête qui en suivra, qu’elle soit disciplinaire ou pénale, permettra de désigner les coupables et de les sanctionner comme il le faut.

La bagarre n’aurait jamais dû avoir lieu, les gens n’auraient jamais dî pouvoir rentrer sur un terrain. Il faut qu’il y ait des pénalités pour le club en question, pour que ça touche les passionnés de l’équipe. Lesquelles ? Le huis clos, on a connu ça pendant des mois. Les interdictions de stade, je suis prêt à rouvrir ce dossier, si on trouve les responsables, ceux qui sont rentrés sur le terrain et ont lancé des projectiles."

10h58: Nice et l'OM convoqués par la commission de discipline

"Suite aux graves incidents de la rencontre OGC Nice – Olympique de Marseille (3e journée de Ligue 1 Uber Eats), la Commission de Discipline de la LFP convoque les deux clubs pour la séance du mercredi 25 août 2021", explique la LFP dans un communiqué.

10h22: Estrosi s'en prend à l'OM

Maire de Nice, l'ancien ministre Christian Estrosi a réagit aux incidents de la soirée. Et même s'il n'épargne pas ses supporters, il n'est pas tendre avec les dirigeants marseillais: " Si le comportement de certains supporters est inqualifiable celui du président de l’OM l’a été aussi en tribune et celui de l’entraîneur sur le terrain."

9h38: Une enquête ouverte

Une enquête a été ouverte après les incidents qui ont conduit à l'interruption du match de football de Ligue 1 Nice-Marseille dimanche soir, a indiqué lundi à l'AFP le parquet de Nice. "Une enquête est en cours, mais il n'y a pas de garde à vue" à ce stade, a précisé le parquet.

9h33 - Trois mineurs interpellés pendant le match

Au cours de l’envahissement de terrain, aux alentours de 22h30, trois mineurs ont été interpellés, d’après une source policière. Les intéressés ne sont actuellement plus en garde à vue et ont été remis à leurs parents.

Les médias étrangers sous le choc

De l’Italie à l’Angleterre en passant par l’Espagne, la fin de soirée surréaliste de Nice-OM a fait le tour de l’Europe. Des incidents qui n’ont pas manqué de choquer hors de nos frontières, où ce match de clôture de la 3e journée de Ligue 1 a largement fait parler.

>> La revue de presse à retrouver par ici

Vive altercation entre José Cobos et Pablo Longoria en tribune

Après l’interruption du match suite à l’envahissement du terrain par des supporters niçois, la tension a également été palpable en tribune présidentielle. Alors que le chaos régnait un peu plus bas, le président de l’OM, Pablo Longoria, et José Cobos, ancien joueur de Nice désormais adjoint aux Sports à la mairie de Nice, ont eu une vive altercation dans les hauteurs des gradins de l’Allianz Riviera.

>> Plus d'infos ici

Le récit d'une triste et folle soirée à l'Allianz Riviera

Des supporters marseillais à la Commanderie cette nuit

Plusieurs dizaines de supporters de l'Olympique de Marseille étaient présents à la Commanderie pour l’arrivée du bus marseillais, cette nuit vers 3h30, afin de soutenir leurs joueurs après les incidents de Nice-OM.

F.Ge

Commanderie
Commanderie © RMC Sport

Cissé tacle Rivère

Djibril Cissé sur Twitter: "Mais quelle audace M. Rivière. Vous êtes carrément à côtés de la plaque. C'est bien de défendre votre club et vos supporters Mais là vous allez trop loin."

Rivère ne comprend pas la décision marseillaise de ne pas reprendre

Jean-Pierre Rivère, président de Nice, en conférence de presse: "C'est une déception que cela se termine comme ça. Les choses sont assez claires. On a eu des jets de bouteilles d'eau, malheureusement ce qui a mis le feu aux poudres, c'est la réaction des joueurs marseillais de rejeter les bouteilles dans la tribune. La sécurité de Marseille n'a pas à intervenir sur le terrain et à frapper nos joueurs.

L'arbitre était hésitant sur la reprise du match, les services du sécurité lui ont affirmé qu'il n'y avait pas de problèmes. Tout le monde a décidé de reprendre le match, le Préfet, les responsables du service d'ordre. Je n'ai pas très bien compris la décision de nos confrères marseillais de ne pas reprendre. Je suis allé en tribunes, ils m'ont garanti qu'il n'y aurait pas de problème. Tout le monde a dit que tout irait bien. Les Marseillais n'ont pas voulu."

Le maire de Marseille scandalisé

Benoît Payan, maire de Marseille, sur Twitter: "Des joueurs blessés, une sécurité défaillante: le match Nice-OM n'aurait jamais dû reprendre. Triste décision. Fier de mon équipe qui ne s'est pas prêtée à cette mascarade."

>> Plus d'infos ici

EXCLU - La réaction de Pablo Longoria

Pablo Longoria pour RMC Sport : "On a décidé de ne pas reprendre le match pour la sécurité de nos joueurs. C'est déjà la deuxième fois, on a vécu ça à Montpellier, on a décidé de reprendre là-bas. Ce qu'il s'est passé aujourd'hui est complètement inacceptable. On doit faire des précédents pour le football français. L'arbitre était avec nous, il nous a confirmé, à Jorge Sampaoli et moi, que la sécurité n'était pas garantie. Sa décision était d'arrêter le match. La Ligue a décidé, pour une question d'ordre public, de faire reprendre le match. Ce n'est pas acceptable pour nous, c'est pour cela qu'on a décidé de ne pas reprendre le match et de retourner à Marseille ce soir."

F.Germain

L'arbitre siffle la reprise sans l'OM : forfait marseillais

Les joueurs de Nice sont sur la pelouse et l'arbitre se place sur la pelouse, il siffle la reprise. Les joueurs de Marseille ne sont pas là. C'est donc forfait de la part de l'OM.

Les arbitres entrent sur le terrain

Benoît Bastien va siffler la reprise... sans les joueurs marseillais sur le terrain

Galtier: "Je pense que Marseille ne va pas reprendre"

Christophe Galtier sur Amazon: "Je pense que Marseille ne va pas reprendre. On vient de me dire que les joueurs s'étaient douchés. On va se présenter sur le terrain, on verra ce qu'il va se passer."

Vers un forfait marseillais?

"La décision a été prise par les autorités de reprendre le match, l'arbitre va reprendre le match mais je ne suis pas sûr que les Marseillais reprennent", explique Jean-Pierre Rivère à Amazon.

Le staff de l'OM prêt à partir?

Les membres du staff de l'OM, dont l'entraîneur Jorge Sampaoli, sont sortis dans le couloir. Tous ont leurs sacs à dos et sont prêts à partir

Un adjoint de Sampaoli a frappé un supporter

Une vidéo circule sur les réseaux sociaux montrant un adjoint de Jorge Sampaoli en train de frapper un supporter de Nice entré sur le bord de la pelouse

Le dos de Payet

Luan Peres, Matteo Guendouzi et Dimitri Payet ont été touchés

Todibo et Kluivert ont pris des coups par la sécurité de l'OM

Jean-Clair Todibo et Justin Kluivert ont pris des coups par la sécurité de l'OM, lors des incidents, assure Nice.

F.Ge

Nice-OM incidents
Nice-OM incidents © AFP

Le délégué assure que le match va reprendre

Mais il manque les joueurs de l'OM, qui ne sont toujours pas sortis du vestiaire

Les joueurs niçois reviennent

Les joueurs de Nice sont revenus dans le couloir et s'apprêtent à entrer sur le terrain. Pas encore de nouvelles des joueurs de l'OM

Altercation entre Cobos et Longoria en tribune

José Cobos, ancien joueur de Nice, et Pablo Longoria, président de l'OM, ont eu une altercation en tribune

F.Ge et C.B

Rivère veut reprendre pour ne pas que ça dégénère plus

JP Rivère sur Amazon: "Il s'est passé beaucoup de choses. J'ai dit à l'OM que ce n'était pas un problème de football mais d'ordre public et de responsabilités. Il y a le sport, l'ordre public, et il faut reprendre le jeu. Vous reprenez, la trubune ne bougera plus. L'ordre public est au delà du football et la sagesse, tout le monde en a convenu avec la Préfecture, c'est de reprendre le match."

L'OM ne veut pas reprendre

Le board marseillais ne souhaite pas reprendre la rencontre alors que plusieurs marseillais ont été touchés par les échauffourés.

Rivère annonce que le match peut reprendre

C'est ce qu'a annoncé le président de Nice Jean-Pierre Rivère aux supporters

Rivère va voir ses supporters

Le président niçois se dirigent vers la tribune niçoise et demande le micro pour s'adresser à ses supporters.

La colère de la direction marseillaise

L’OM se dit atterré par le manque de sécurité: "On fait ça au vélodrome on prend 10 matchs à huis clos", déplore un haut dirigeant. L’OM ne veut pas reprendre et attend la décision de l'arbitre

Trois joueurs blessés dans l'effectif marseillais

Selon nos informations, il y a trois joueurs blessés dans l'effectif marseillais. Luan Peres a notamment été blessé au cou. L'OM déplore un manque de sécurité qui a abouti à cette situation.

Luan Peres est ouvert et Matteo Guendouzi marqué au cou. Dimitri Payet a été touché après un jet de bouteille et est choqué

Luan Peres blessé lors des incidents Nice-OM
Luan Peres blessé lors des incidents Nice-OM © OM
Matteo Guendouzi après les incidents de Nice-OM
Matteo Guendouzi après les incidents de Nice-OM © OM

Avec F.Ge

45 minutes d'interruption

Cela fait désormais trois quarts d'heure que le match a été arrêté. À noter que la rencontre pourrait toujours reprendre puisque l'interruption concerne un envahissement de terrain et non pas un élément extérieur (panne de courant, conditions météo...).

L'arbitre décidera de la reprise ou non du match

Julien Fournier, directeur du football, dit à Amazon que le préfet accepte de reprendre et que la responsabilité revient à l'arbitre

Des spectateurs ont quitté le stade

Une partie des tribunes latérales s'est légèrement vidé alors qu'une décision est toujours attendue quant à la reprise ou non de la rencontre.

Les ultras marseillais débâchent

Le kop de supporters de l'OM présent à l'Allianz a retiré une de ses bâches, comme si la rencontre n'allait pas reprendre...

La police dit oui pour une reprise

La police a dit ok pour la reprise du match, selon Amazon Prime Video. Des CRS ont pris position sur le bord de la pelouse. Rien n'est encore décidé.

Longoria : "On ne joue pas"

Le président de l'OM a dit il y a quelques minutes de cela dans le tunnel aux officiels que le match ne reprendrait pas, pour lui, comme le montrent des images d'Amazon Prime. "On ne joue pas", a-t-il répété plusieurs fois.

Les incidents avec les commentaires RMC

Les débordements du match avec les commentaires RMC

La furie de Sampaoli

Payet a dû lui-même calmer son entraîneur Sampaoli, qui était en furie sur la pelouse après l'interruption. Le coach argentin a remis ça dans les couloirs, en disant que les Marseillais ne retourneraient pas jouer la fin du match

Jorge Sampaoli et Dimitri Payet lors de Nice-OM
Jorge Sampaoli et Dimitri Payet lors de Nice-OM © Capture écran Amazon

Les CRS à la sortie du tunnel

La confusion demeure dans le stade alors que quelques chants descendent à nouveau des tribunes. Un blessé en bas de la tribune sud est évacué sur civière.

Les stadiers encore débordés

L'ambiance reste hyper électrique sur le terrain avec des échauffourés qui se relancent régulièrement, dans la confusion la plus totale. Mais les joueurs marseillais semblent être de retour dans le tunnel... et s'expliquent avec Christophe Galtier.

Le terrain envahi lors de Nice-OM
Le terrain envahi lors de Nice-OM © Capture écran Amazon

Retour dans les vestiaires

Comme à Montpellier il y a deux semaines, l'arbitre interrompt le match. Les joueurs doivent rentrer dans les vestiaires.

75’

Débordement dans les tribunes et sur la pelouse...

Tout se passait bien jusque-là, sur la pelouse, avec un match intense mais correct. Mais après un énième jet de bouteilles depuis les tribunes, Payet craque et renvoie le projectile. Les supporters répondent, le ton monte entre les joueurs, les stadiers tentent de retenir tout le monde...

74’

Dolberg en pivot !

Incroyable occasion pour le Danois, qui reçoit le ballon par miracle en plein cœur de la surface de réparation. Tout en se retournant après son contrôle, il frappe fort vers le but... sans trouver les filets. L'OM peut respirer.

71’

Entrée de Thuram

Képhren Thuram va apporter un peu de fraîcheur au milieu de terrain du Gym à la place de Lemina.

69’

Boudaoui... au-dessus !

Il y a de la place pour l'international algérien. Mais un peu trop court physiquement, il préfère frapper avant d'aller provoquer Luan Pérès. Son tir des 20 mètres ne trouve pas le cadre.

67’

Frappe sèche de Kamara

Le milieu de terrain joue de l'extérieur du pied pour effectuer un centre-tir qui vient jouer avec le cadre pour mieux lui échapper.

64’
Carton jaune

Dolberg averti

Le Danois va tellement haut dans les airs qu'il se retrouve avec les pieds au niveau de la hanche d'Alvaro. M. Bastien estime que c'était trop, ce sera un carton jaune pour l'attaquant.

63’

Alvaro trouvé de la tête

Le défenseur espagnol est sur le centre de Payet, au premier poteau, et prolonge vers Kamara... un peu court. Le ballon passe devant lui et s'en va mourir de l'autre côté du but.

61’

Payet pour Ünder

Aux seize mètres, face au but, le Turc veut tenter sa chance. Lemina se jette à sa rencontre et dévie la frappe. C'est sans danger pour Benitez, mais corner à suivre pour l'OM.

59’

240 minutes sans but encaissé

Les joueurs de Christophe Galtier sont toujours les seuls du championnat de France à ne pas avoir encaissé le moindre but depuis le début de la saison. Soit bientôt 240 minutes. Et malgré quelques tirs concédés ce soir : 6 dont 3 cadrés.

57’
Changement tactique

Double changement de l'OM

Rongier et De la Fuente font leur entrée en jeu pour terminer ce match à la place de Luis Henrique et Gueye.

55’

Gouiri s'emmène le ballon

L'ancien de l'OL efface Alvaro avec une feinte de frappe et tente de prendre le meilleur sur Saliba. Le défenseur de l'OM gagne le duel et dégage en touche.

53’

MANDANDA ! LA MAIN FERME !

Quel arrêt incroyable du gardien de l'OM. Sur sa ligne, sur une tête à bout portant de Lemina, Steve Mandanda s'envole et repousse avec une main parfaitement ferme. Il y avait hors-jeu, mais pour la photo c'était très beau.

52’

Dolberg intenable

Le Danois joue dos au but pour contrôler le ballon, se retourne et prend de vitesse Gueye. Le milieu de terrain marseillais fait faute. Coup-franc plein axe offert aux Niçois.

48’
but!!!

OOOOH LE BUT ! NICE FRAPPE EN PREMIER !

DOOOOLBERG À LA CONCLUSION ! 1-0 POUR LE GYM !

Quelle instinct de Kasper Dolberg dans les six mètres ! Alors que l'OM semblait repartir du bon pied, sur une attaque placée, c'est Lotomba qui fait la différence. Son centre est coupé au premier poteau par Dolberg... de la poitrine. Mandanda est surpris. Nice prend l'avantage !

46’

Le jeu reprend !

Les attaquants vont-ils prendre le dessus sur les gardiens dans cette seconde période ?

Les réactions à la pause

Gueye : "On savait que cela n'allait pas être facile, ici à Nice. On savait qu'on allait jouer contre une équipe compacte et qu'il fallait mettre de l'intensité pour ne pas se faire piéger. Ce sera à nouveau de jouer sur leurs failles pour mettre le premier but."

Lemina : "C'est un match avec beaucoup d'intensité. Ils ont une bonne possession. On essaye de jouer sur nos fondamentaux. On a vu qu'il y avait des occasions des deux côtés. Le premier qui marquera aura l'avantage."

45+2’
Mi-temps

La pause à l'Allianz Riviera !

C'est la fin des 45 premières minutes à Nice : pas de but, 0-0 toujours entre l'OGCN et l'OM. Malgré deux équipes qui ont tenté des choses et ont mis du coeur l'attaque, les deux gardiens Benitez et Mandanda se sont employés pour tenir le match nul jusqu'à présent.

44’

Lotomba trouvé côté droit

Sur une longue transversale bien sentie, le piston droit parvient à contrôler son ballon dans les airs, entre dans la surface et choisit de frapper rapidement vers le but. Son tir est dévissé et termine dans les tribunes.

41’

Frappe de Boudaoui !

Sur une perte de balle de Guendouzi, les Aiglons attaquent encore une fois très vite, sans se poser de questions. Gouiri provoque et décale Boudaoui, qui arme et frappe en force... Mandanda se couche et met en corner.

39’

Saliba de la tête !

Dans la foulée, c'est un autre défenseur qui prend de vitesse son vis-à-vis, Saliba devant Lemina. Il est un peu court cependant pour placer sa reprise, qui passe à côté du poteau.

38’

Ünder au coup-franc

Alvaro est trouvé dans la boîte, pour une tête... contrée par un Niçois. Ce sera un corner pour l'OM.

35’

L'OM de mieux en mieux

Alors que les Niçois semblaient un peu plus à l'aise en début de rencontre, avec de bonnes percussions rapides pour aller porter le danger, c'est désormais Marseille qui domine nettement et se montre dangereux.

31’

Payet encore à la frappe

Cette fois-ci, le Réunionnais enroule sa frappe au-dessus du mur. Walter Benitez est sur la trajectoire et ne prend aucun risque. Il dégage la balle avec ses poings.

29’

Payet gagne un coup-franc

Alors que Gerson se fait soigner sur le bord du terrain, le numéro 10 de l'OM refait ses lacets avant de se présenter pour frapper... Son long centre est remisé par Kamara, la frappe qui suit par Saliba est contrée. Nice pense se dégager mais Guendouzi provoque une nouvelle faute, plein axe.

25’

Frappe de Gouiri !

C'est le joueur le plus en vue du côté de Nice. Après une percussion de Rosario, pour revenir vers l'axe, Amine Gouiri lui prend le ballon pour frapper sans contrôle... C'est loin du cadre.

21’

Benitez solide encore !

Sur un long centre, Cengiz Ünder est trouvé au second poteau et peut tenter une reprise de volée... que Benitez repousse une fois de plus, devant sa ligne de but.

19’

Ünder face à Benitez

Le Turc en solitaire dans la profondeur ! Benitez vient à la rencontre de l'ailier droit de l'OM... et gagne parfaitement son duel. La défense de Nice tient toujours.

17’

OOOOH MANDANDA ! LE REFLEXE !

La double parade du gardien de l'OM ! Sur un centre de Boudaoui, Luan Peres frôle encore le but contre son camp. Mais Mandanda réagit bien avec son pied et renvoie le ballon sur... Dolberg. La frappe du Danois est repoussée par Mandanda, encore là. Quelle occasion !

15’
Carton jaune

Lemina voit jaune aussi

Très gros contact du milieu de terrain formé à Lorient sur... Guendouzi, un autre ancien Merlu. M. Bastien met encore la main à la poche pour essayer de calmer les esprits.

13’

Marseille face à un mur

Les Olympiens se heurtent déjà à un bloc hyper bien organisé et aggressif, malgré 70 % de possession de balle. Une spécialité de Galtier, qui multiplie les matchs sans prendre de but en L1 cette année : 15 sur 23. Et parfois même sans concéder de tir cadré, comme lors de la 1re journée cette saison contre Reims.

10’

Gouiri lancé vers la surface

Sur une attaque rapide des Aiglons, Dolberg décale Boudaoui qui n'hésite à aller chercher son attaquant vers la profondeur. Gouiri tente ensuite une passe compliquée, interceptée... et le drapeau se lève.

8’

M. Bastien intervient encore

L'arbitre se dirige cette fois-ci vers le banc de l'OM pour une explication de texte avec l'entraîneur argentin Sampaoli. La nervosité est là, sur le terrain et en-dehors.

6’
Changement sur blessure

Entrée de Lotomba

Changement immédiatement opéré par Christophe Galtier après ce coup du sort. Lotomba va prendre la place d'Atal.

5’

Gouiri le frappe

La tentative de l'ancien de l'OL est dans le mur. Les Niçois récupèrent le ballon et temporisent... Mais Atal est resté au sol et semble touché. Le latéral va devoir céder sa place.

3’
Carton jaune

Kamara averti

Première offensive des Niçois et déjà une défense de l'OM surprise et piegée. Kamara est obligé de stopper Kluivert, parti dans son dos. Le premier carton de la soirée est sorti.

1’
Coup d'envoi

C'est parti !

Cette belle affiche de Ligue 1 est lancée et promet du spectacle, de l'ambiance et du suspense. Nice a montré un très beau visage contre Lille, entre réalisme offensif et solidité extrême. En face, l'OM a alterné les bonnes mi-temps et les mauvaises mi-temps, mais avec une envie de toujours jouer vers l'avant.

Le coup d'envoi fictif par Kévin Anin

L'ancien joueur est sur la pelouse pour donner ce coup d'envoi, sous les applaudissements de tout le stade. Anin s'est confié sur ce moment fort au micro d'Amazon :

"Les supporters m'ont apporté leur soutien. J'ai pu les remercier pour toutes ces années. C'est la première fois que je viens dans ce stade, que j'assiste à un match. C'est une nouvelle ère. Cela me donne envie de jouer, mais malheureusement je ne peux pas. Je vais les soutenir."

Les équipes sur la pelouse !

Coup d'envoi dans quelques secondes désormais, après l'entrée des joueurs et l'échange des fanions.

Sampaoli méfiant

Avant le match, sur Amazon Prime Ligue 1, l'entraîneur de l'OM a semblé vouloir donner l'avantage aux Aiglons sur le papier. "Les deux équipes sont similaires, mais Nice a eu le temps pour faire une équipe. Ils ont un super entraîneur qui a été champion de France l'année dernière."

Ambiance toujours forte

Alors que l'aigle du club a fait son envol traditionnel avant le match, les supporters donnent de la voix du côté de la tribune populaire sud. L'Allianz Riviera devrait s'approcher de son record d'affluence ce soir.

Une place sur le podium en jeu

Ce soir, le vainqueur (s'il y en a un) ne pourra pas être leader du championnat. Le PSG, vainqueur de 3 matchs sur 3, est assuré de terminer le week-end devant. Mais avec 7 points, Nice ou Marseille peut revenir à hauteur de Clermont et Angers, au niveau du podium.

L'ambiance monte à Nice

Grosse ambiance dans le public déjà à 30 minutes du coup d'envoi, alors que les deux équipes sont à l'échauffement.

Le beau retour de Kévin Anin

L'ancien milieu de terrain du Gym, paraplégique depuis un accident de la route, avait promis de revenir voir les supporters niçois à l'occasion du match contre l'OM, ce qu'il a fait en avant-match.

Il donnera également le coup d'envoi fictif de la rencontre, dans un stade archiplein.

De la Fuente sur le banc de l'OM !

Mandanda - Saliba, Alvaro, Luan Peres - Kamara, Guendouzi, Gueye - Ünder, Gerson, Luis Henrique - Payet

Le virevoltant étatsunien est laissé sur le banc aujourd'hui par Sampaoli, qui lui a préféré Luis Henrique pour commencer ce match.

Le onze de l'OGC Nice

Benitez - Atal, Todibo, Dante, Bard - Boudaoui, Rosario, Lemina, Kluivert - Dolberg, Gouiri

Sans grande surprise, Christophe Galtier a choisi de reconduire le onze de départ qui a brillé sur le terrain de Lille le week-end dernier.

Les Niçois de Galtier sur leur lancée ?

Après deux matchs parfaitement maîtrisés défensivement, dont une leçon infligée au champion sortant Lille (0-4), l'OGC Nice de Christophie Galtier affronte ce dimanche l'Olympique de Marseille. Du côté de l'OM, malgré des débuts spectaculaires (victoire 3-2 sur Montpellier et nul 2-2 contre Bordeaux), les doutes demeurent malgré une explosivité offensive retrouvée.

Qui prendra le meilleur ce soir sur la Côte d'Azur ?

Côme Tessier Journaliste RMC Sport