RMC Sport

OL: pas de départ cet hiver pour Cherki mais des questions sur son avenir à Lyon

Les résultats sportifs mis de côté, ce devrait être un enjeu majeur des prochains mois à l’Olympique Lyonnais. À 18 mois de la fin de son contrat, Rayan Cherki s’interroge sur la place qui lui est accordée dans l’effectif de l’Olympique Lyonnais. Le journal L’Equipe en fait mention ce mardi. RMC Sport a pu contacter son entourage.

Avec 13 matchs disputés en Ligue 1, le jeune Rayan Cherki (18 ans) pourrait se montrer satisfait de son temps de jeu cette saison. Mais en y regardant de plus près, le milieu offensif n’a démarré que deux rencontres de championnat. Surtout, il est né une forme d’incompréhension chez l’international Espoirs ces dernières semaines envers les choix de Peter Bosz. Lors des trois dernières rencontres, Rayan Cherki est entré à la mi-temps face à Metz (1-1, une passe décisive), 19 minutes contre le PSG (1-1) et pas du tout contre Troyes (1-0) son entraîneur préférant le latéral droit Malo Gusto dans une position de milieu offensif.

"Rayan a pu être affecté de ne pas rentrer à Troyes, explique l’un de ses conseillers auprès de RMC Sport. C’est le choix du coach qu’on respecte qu’on soit en accord ou non avec celui-ci. Sur le plan sportif, on n’a jamais exprimé la moindre exigence à l’attention du club même s’il avait été imaginé par tous qu’il bénéficie d’une opportunité de s’affirmer en janvier avec l’absence des trois attaquants engagés à la CAN."

Cherki est "conscient qu’il devait adapter son travail pour passer un cap"

Des décisions qui ont créé un flou dans l’esprit de Rayan Cherki. Depuis le début de la saison, le Français a pourtant souhaité ouvrir le dialogue à plusieurs reprises avec Peter Bosz. À chaque fois, le Gone a tenté de comprendre ce que le Néerlandais attendait de lui pour tenter de travailler sur certains aspects de son jeu avec l’aide de son entourage.

"Il y a de très bonnes relations avec Vincent Ponsot et Jean-Michel Aulas, poursuit le conseiller. Dans nos échanges, on a constamment été en recherche des éléments à apporter à Rayan pour l’inciter à aller dans le sens des exigences du coach."

Rayan Cherki avec l'OL face aux Rangers
Rayan Cherki avec l'OL face aux Rangers © Icon Sport

C’est d’ailleurs pour cette raison que le joueur s’est astreint, l’été dernier, les services de deux préparateurs physiques individuels et d’un analyste vidéo, dans le but notamment de s’adapter à un poste d’ailier qu’il a découvert en professionnel. "Rayan était conscient qu’il devait adapter son travail pour passer un cap et répondre aux attentes du coach à ce poste", avance ce proche du joueur de 18 ans. Cela sera-t-il suffisant pour que Peter Bosz lui accorde une confiance plus marquée?

"Rayan est le premier à estimer qu’il peut et doit apporter plus à l’OL, enchaîne encore son conseiller. Reste à savoir quelles conditions peuvent être réunies, en termes de confiance et de rythme, pour qu’il puisse pleinement exprimer ses qualités. Cette saison, la seule fois où il a pu enchaîner deux titularisations consécutives, c’est en Espoirs (3 buts en 4 matchs)…"

Pas de départ lors du mercato hivernal mais...

Cette situation peut-elle pousser Rayan Cherki et l’OL à trouver une solution avant le 31 janvier? Sauf retournement de situation, la réponse est non. Les deux parties ayant convenu, en fin d’année dernière, qu’un départ n’était pas une solution en même temps qu’ils ont fermé la porte à toutes les sollicitations.

En revanche, si la place du milieu n’a pas évolué l’été prochain, des discussions plus poussées sur le sujet d’un départ démarreront inéluctablement entre l’OL et son entourage. Il restera ainsi alors un an de contrat à Rayan Cherki et plusieurs clubs français (Nice notamment) et européens commencent déjà à flairer la bonne affaire.

"La seule chose à laquelle on incite Rayan, c’est de s’accrocher et de se réfugier dans le travail, conclut son conseiller auprès de RMC Sport. En ce qui concerne le projet sportif qui lui est imaginé ou non à Lyon, seul le coach peut y répondre. Du côté de Rayan, au rang des priorités, ce qui importe le plus cette semaine, c’est une victoire dans le derby."

Loïc Tanzi