RMC Sport

OM: déjà plusieurs dizaines de milliers de désabonnements sur les réseaux sociaux

Après l'appel au boycott des groupes de supporters marseillais mardi soir, les réseaux sociaux de l'Olympique de Marseille ont perdu des dizaines de milliers d'abonnés. Un geste de contestation symbolique qui vient acter la rupture entre la direction et les supporters.

Régulation de Twitter ou réel effet de masse après l'appel au boycott des groupes de supporters? Depuis la publication par six groupes de fans de l'Olympique de Marseille mardi soir d'une lettre ouverte à l'intention de Hugues Ouvrard et de la direction marseillaise, le club phocéen a perdu des dizaines de milliers d'abonnés sur les réseaux sociaux.

Mis en demeure par l'OM, qui les accuse de ne pas avoir empêché certains éléments perturbateurs de venir attaquer la Commanderie début février, certains groupes de supporters ont appelé mardi soir "tous les amoureux du club à se faire entendre, eux aussi, dans ce combat en se désabonnant massivement de tous les réseaux sociaux".

Déjà 20 000 abonnés en moins sur Twitter

Alors que l'OM comptait 3,592 millions d'abonnés sur Twitter mardi soir à la publication de la lettre ouverte, ce nombre est descendu à 3,571 millions et continue de dégringoler actuellement.

Ces milliers de désabonnements restent toutefois minces pour le moment par rapport aux millions d'abonnés du club sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, l'OM compte ainsi près de six millions de suiveurs. Ce geste symbolique devra être suivi par des centaines de milliers de supporters, bien au-delà des simples groupes impactés par la mise en demeure du club, pour réellement porter ses fruits.

Le match à Nice dans un contexte délétère

"On avait fait pareil avec le compte Girondins qui a beaucoup moins d’abonnés. C’est sympa au début. Le problème c’est que ça ne dure pas. C’est plus symbolique qu’autre chose. Sur autant d’abonnées il en faudrait des centaines de milles, ça me paraît délicat", a écrit Florian Brunet sur Twitter, membre des Ultramarines 1987 et leader de la contestation contre la direction des Girondins de Bordeaux.

Alors que plusieurs personnalités - anciens joueurs du clubs et représentants politiques - ont réagi à la mise en demeure et à la création de l'initiative Agora OM par l'Olympique de Marseille, la rupture semble définitivement consommée entre les supporters et la direction du club phocéen dirigé par Jacques-Henri Eyraud.

Dans ce contexte délétère, et alors que l'OM doit toujours se reposer sur l'entraîneur intérimaire Nasser Larguet après le départ d'André Villas-Boas, les joueurs marseillais affrontent Nice ce mercredi soir au Vélodrome (21h), en match en retard de la 11e journée de Ligue 1. L'occasion pour Steve Mandanda et ses coéquipiers de tenter de calmer le jeu entre la direction et les supporters en remportant un match alors que la dernière victoire du club remonte au 6 janvier dernier.

DM