RMC Sport

PSG-Nice: Paris fébrile, Kean décisif... Ce qu'il faut retenir de la victoire parisienne avant le Barça

Julian Draxler avec Moise Kean lors du match PSG-Nice, à Paris le 13 février 2021

Julian Draxler avec Moise Kean lors du match PSG-Nice, à Paris le 13 février 2021 - Icon Sport

Sans Neymar ni Angel Di Maria, samedi, le PSG s'en est remis à un but tardif de Moise Kean pour s'imposer 2-1 contre l'OGC Nice en Ligue 1. Une victoire qui donne des indices sur ce que Mauricio Pochettino pourrait faire contre le Barça, mardi soir en Ligue des champions.

Avant le déplacement au Camp Nou, le PSG n'a pas brillé et s'est fait peur. Il s'en sort finalement avec un résultat très positif sur le plan comptable et sans nouveau patient à l'infirmerie. À trois jours du huitième de finale aller de Ligue des champions contre le FC Barcelone, que les blessés Neymar et Angel Di Maria ne pourront disputer, le Paris Saint-Germain s'est imposé 2-1 samedi soir face à l'OGC Nice au Parc des Princes. Si l'échéance européenne occupe une bonne partie des esprits parisiens, cette victoire comptant pour la 25e journée de Ligue 1 permet au club de la capitale de récupérer provisoirement la première place du championnat. Et donc de mettre la pression sur le Losc, à égalité de points, et l'Olympique Lyonnais, à deux longueurs.

Avec son nouveau quatrième maillot rose-violet fluo, le PSG a pu prendre l'avantage à la 21e minute, grâce à Julian Draxler. Profitant des blessures pour regagner du temps de jeu, le milieu offensif allemand a marqué son troisième but de la saison en reprenant un tir de Kylian Mbappé repoussé par le poteau gauche de Walter Benitez. L'attaquant français avait été parfaitement servi par un centre de Thilo Kehrer, lancé sur le flanc droit par Moise Kean.

Dominé et globalement dépourvu d'occasions, l'OGC Nice a pu égaliser peu après la pause grâce à un cadeau de Marquinhos. Peu coutumier du fait, le capitaine brésilien s'est rendu coupable d'une énorme erreur de relance dans ses derniers mètres. À la réception de cette passe ratée, Rony Lopes, en plein confiance après son doublé en Coupe de France, n'a pas tergiversé avant d'envoyer une mine dans la cage de Keylor Navas (50e). Le score a ensuite faili évouler très vite, d'abord avec une très belle frappe enroulée de Kylian Mbappé, pas en réussite dans ce match, puis un boulet de canon d'Amine Gouiri sur la barre transversale parisienne. Moise Kean, servi par une remise de Mauro Icardi, a finalement offert la victoire au PSG à la 76e minute.

Le 4-2-3-1 à Barcelone?

Même si l'intensité était sans surprise bien loin de ce qui sera attendu en Catalogne, la prestation parisienne a peut-être livré quelques indices sur ce que Mauricio Pochettino réserve tactiquement pour le Barça. Confronté aux absences de Neymar et d'Angel Di Maria, ses deux ailiers titulaires, mais aussi celle de Marco Verratti, laissé au repos, l'entraîneur argentin a tout de même déployé un 4-2-3-1.

Le poste de numéro 10 a été occupé par Julian Draxler, à l'aise dans ce rôle en première période. "Je suis meilleur au milieu", a-t-il d'ailleurs admis à la mi-temps sur Canal+, lui qui est souvent baladé sur les côtés. Au point de lui confier encore les clés à Barcelone, en faisant redescendre Marco Verratti? En tout cas, dans la paire de milieux axiaux, Leandro Paredes, accompagné par Idrissa Gueye, a rayonné dans la distribution.

Pas de nouvelle blessure à déplorer

Sur les ailes, Kylian Mbappé a sans surprise remplacé Neymar à gauche, où le jeu parisien a largement penché. À droite, Pablo Sarabia n'a pas débuté. Pour mieux le préserver, en vue d'une titularisation? Qu'importe la raison, Moise Kean lui a été préféré à droite, laissant l'axe à Mauro Icardi. Le jeune attaquant italien a marqué des points, pas seulement en marquant, mais en montrant sur l'ouverture du score que ses qualités physiques pouvaient aussi servir à ce poste. Le PSG a aussi joué en 4-4-2, avec des changements en seconde période faisant notamment passer Moise Kean à gauche et Kylian Mbappé au centre. Ce qui suppose que le casse-tête de Mauricio Pochettino est encore loin d'être résolu.

En attendant de faire ses derniers choix pour affronter le Barça, l'ancien technicien des Spurs peut se satisfaire d'avoir pu aligner Keylor Navas, absent ces derniers temps. Il peut surtout être heureux de ne pas avoir a priori déploré de nouvelle blessure. Il y a pourtant eu une alerte concernant Idrissa Gueye, en première période. À la suite d'un choc dans son camp, l'international sénégalais est resté à terre et a donné l'impression d'être victime d'un souci musculaire. Brièvement sorti du terrain, il est finalement vite revenu sur la pelouse et a même disputé l'intégralité de la rencontre.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport