RMC Sport

Sept choses à savoir sur le Clermont Foot, promu et novice en Ligue 1

Ce samedi, Clermont a validé une montée en Ligue 1 qui ne faisait plus aucun doute. Ce jeune club, créé en 1990, est encore inconnu du grand public alors qu’il s’apprête à disputer sa première saison dans l’élite.

Une grande première en Ligue 1

Le Clermont-Ferrand Football Club, né de la fusion entre l’ASM et le Stade Clermontois en 1984, repart de DH en 1990 sous le nom de Clermont Foot après un dépôt de bilan. Le club auvergnat monte une première fois en Ligue 2 en 2002, et, après une expérience rapide en National en 2006-2007, vient d’enchaîner 14 saisons de suite en Deuxième division.

Pendant ce long passage, Clermont termine souvent dans la première moitié du tableau et manque de peu la montée comme en 2007-2008 où le club termine 5e avec l’avant-dernier budget du championnat. La saison passée, les Auvergnats sont également 5es, à trois petits points du RC Lens, au moment de l’arrêt définitif de la compétition et du gel du classement.

En 2020-2021, avec 20 victoires sous la houlette de Pascal Gatien, élu meilleur entraîneur de la saison, et de Bayo, le meilleur buteurs (22 réalisations) le Clermont Foot ne manque pas la montée cette fois-ci. Pour son 30e anniversaire, le club jouera bien dans l’élite la saison prochaine, malgré une défaite dans le temps additionnel à Caen qui s’est sauvé dans le même temps.

Un club novateur, première mondiale en 2014

Le Clermont Foot fait parler de lui dans le monde entier à la fin de la saison 2013-2014. La raison ? Il s’agit de la première équipe professionnelle de football a être entraînée par une femme. L’élue, la Portugaise Helena Costa, n’officiera finalement jamais mais sera remplacée par une autre femme, Corinne Diacre. L’actuelle sélectionneuse de l’équipe de France féminine reste en poste trois saisons en Ligue 1 avec comme meilleure performance une 7 e place en 2015-2016.

Le 11eme budget de L2

Au moment d’entamer cette saison 2020-2021, le Clermont Foot 63 est le onzième budget de Ligue 2 selon le site Sportune. Avec 11 millions d’euros, le club est largement devancé par Toulouse, en tête avec 27 millions d’euros, mais qui terminera seulement troisième du championnat et devra passer par les barrages pour entrevoir une montée en Ligue 1. La saison prochaine, nul doute que le club clermontois devrait être le petit de l’élite du football français.

Un stade pas aux normes de la Ligue 1

Une question reste en suspens alors que la promotion en Ligue 1 est désormais officielle: où jouera Clermont ses matchs à domicile la saison prochaine? Son enceinte actuelle, le stade Gabriel-Montpied, compte une seule grande tribune, semi-fermée, et une capacité de 10.800 places. Avec le retour des supporters qui se précise, il devrait passer à 16.000 places à l’horizon 2023-2024, puis devrait accueillir à terme 30.000 spectateurs, selon le club. En attendant, le stade de Geoffroy-Guichard serait en pôle pour les rencontres à domicile de Clermont la saison prochaine.

Un palmarès presque vierge

Au cours de sa courte histoire, le Clermont Foot n’a pas encore eu l’occasion d’accrocher beaucoup de trophées à son palmarès. En 30 ans d’histoire, il a connu des montées et seuls deux titres de champions de France de National en 2002 et 2007. Les Clermontois ont également disputé deux quarts de finale de Coupe de France, en 2005, en éliminant l’OL de Juninho, Wiltord Cris ou Govou, mais surtout en 1997.

Une incroyable remontada face au PSG de Rai

Alors présent en quatrième division, Clermont se qualifie pour son premier quart de finale de Coupe de France en 1997, en sortant notamment des équipes de Deuxième division. En huitièmes de finale, le petit poucet a désormais une montagne devant lui appelée le Paris Saint-Germain. Face à Lama, Ngotty, Le Guen, Guérin, Loko ou Raï, il est peu de dire que Clermont s’avance dans la peau du David contre Goliath.

Et tout se passe initialement comme prévu avec un PSG qui mène 4 buts à 1 après 68 minutes de jeu. Quelques secondes après le quatrième but de Loko, le volcan clermontois se réveille et entre en éruption. Chastang, Le Bellec puis Ngotty contre son camp en toute fin de partie enflamment le stade Gabriel-Montpied. Clermont poussera Paris jusqu’aux tirs au but et la magie se poursuivra jusqu’au terme de la séance, remportée 4 à 3. L’épopée prendra fin en quarts de finale et une sortie par la grande porte en prolongations par l’OGC Nice, autre pensionnaire de D1.

Des joueurs emblématiques: Benatia, Brahimi, Diomède...

Plusieurs éléments forts d’hier et d’aujourd’hui ont évolué au Clermont Foot. Parmi les plus célèbres, nous pouvons citer pêle-mêle Mehdi Benatia, Sylvain Armand, Yacine Brahimi, Romain Alessandrini, Adrien Hunou, Jocelyn Gourvennec, Bernard Diomède ou Paul Bernardoni, mais aussi Michel Der Zakarian sur le banc. Le Clermont Foot a aussi eu dans ses rangs un certain Messi… Enguene Junior de son prénom.

Jules Aublanc Journaliste RMC Sport