RMC Sport

Ligue des champions: surprise, la Juve de Ronaldo chute à Porto

Impuissante et bien trop imprécise pour espérer repartir avec un bon résultat, la Juventus Turin s'est inclinée ce mercredi soir sur le terrain du FC Porto (2-1) en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Mais rien n'est joué.

C'est la première (grosse) surprise des huitièmes de finale de la Ligue des champions. Très décevante, plombée d'entrée par une énorme erreur de Rodrigo Bentancur et longtemps incapable de réagir, la Juventus s'est inclinée ce mercredi sur la pelouse du FC Porto (2-1).

Des Turinois décevants

Capable d’écraser le FC Barcelone au Camp Nou cette saison, de s’imposer sur le terrain de l’AC Milan en Serie A et d’éliminer l’Inter Milan en Coupe d’Italie, capable aussi de lâcher des points à Benevento ou face à l’Hellas Vérone, cette Juventus version 2020-2021 est toujours aussi illisible. C’est son moins beau visage qu’elle a présenté à Porto. Trop lente, fragile derrière, imprécise à la construction et en panne d’inspiration sur le plan offensif, elle a logiquement été dominée par le deuxième du championnat portugais. Il a manqué aux Turinois à peu près tous les ingrédients nécessaires pour espérer remporter un tel match de Ligue des champions.

>> La Ligue des champions est à suivre sur RMC Sport, cliquez ici pour vous abonner à nos offres

De la justesse et de l’envie, entre autres. Porto n’a presque jamais été inquiété pendant 80 minutes, hormis sur une tête de Merih Demiral (39e) ou un retourné d’Adrien Rabiot signalé hors-jeu (41e). Certes, Andrea Pirlo était privé de plusieurs éléments (Leonardo Bonucci, Arthur, Paulo Dybala) et il a rapidement perdu Georgio Chiellini, mais il ne peut pas se cacher derrière ça.

Bentancur fautif, une défense larguée

Il n’a fallu qu’une minute aux locaux pour ouvrir le score et déjouer les pronostics. Visiblement gêné par le pressing adverse, Rodrigo Bentancur a voulu s’appuyer sur Wojciech Szczesny au lieu de dégager loin devant. Mais sa passe trop molle a permis à Mehdi Taremi de surgir dans la surface pour envoyer le ballon au fond des filets (1e). Arrivé en septembre dernier en provenance de Rio Ave, l’avant-centre iranien de 28 ans réalise une très bonne première saison sous ses nouvelles couleurs avec 15 buts au compteur toutes compétitions confondues.

Après cette énorme erreur individuelle de Bentancur, c’est toute la défense turinoise qui a sombré pour offrir un deuxième but à Porto. Wilson Manafa a profité de la passivité adverse pour trouver dans la surface Moussa Marega, qui a su très vite enchaîner pour surprendre Szczesny (46e).

Le but très important de Chiesa

On le sait, marquer à l’extérieur est essentiel en Ligue des champions à partir des huitièmes de finale. Voilà pourquoi Pirlo a dû quelque peu respirer quand il a vu Federico Chiesa trouver la faille d’une belle frappe du droit en première intention sur un service tout aussi bon de Rabiot (82e). Un but qui a soudainement donner un coup de boost à la Juve, qui a alors décidé de se projeter vers l’avant et de poser (enfin) plus de problèmes aux joueurs de Sergio Conceição. C'est ce qu'ils devront faire lors du match retour à Turin (le 9 mars, à suivre sur RMC Sport) s'ils veulent éviter de prendre la porte en huitièmes, comme l'an dernier face à Lyon.

Cristiano Ronaldo a réclamé un penalty, en vain

Idole dans son pays, Cristiano Ronaldo était très attendu au Stade du Dragon, lui l’ancien chouchou du Sporting CP. Mais son retour au Portugal ne s’est pas franchement passé comme il l’aurait espéré. Pourtant en forme cette saison, avec 16 buts inscrits en championnat, il n’est jamais parvenu à faire la différence. Trop peu servi, pas assez mobile et souvent à contretemps. Une grosse déception pour celui qui a été recruté en 2018 pour aider la Juve à décrocher la Ligue des champions.

Ses soutiens diront qu’Andrea Pirlo s’est trompé en titularisant à ses côtés Dejan Kulusevski et non Alvaro Morata. Même sans l’Espagnol pour lui donner de bons ballons, Ronaldo aurait pu et dû faire beaucoup plus. Il a parfois tenté de décrocher pour aider ses coéquipiers ou se décaler sur un côté, mais a multiplié les mauvais choix face à une défense qui n’a eu aucun mal à l’éteindre. Il a réclamé, en vain, un penalty au bout du suspense après un contact dans la surface avec Zaidu Sanusi (90e+4). "Pour moi, il y a penalty. Il court et on lui rentre dedans. Il y a faute", a réagi sur RMC Sport notre consultant Louis Saha. L'arbitre en a décidé autrement.

RR