RMC Sport

OL: "C'est la mort de l'émotion du football", dénonce Garcia à propos de la Super League

Rudi Garcia a fustigé le projet de Super League. L'entraîneur de l'OL, en conférence de presse avant son quart de finale de Coupe de France contre Monaco, a estimé qu'une telle compétition serait dénuée "d'intérêt sportif et émotionnel".

"Je ne vois pas vraiment où est l'intérêt sportif et émotionnel de la chose. Par contre, je vois bien l'intérêt économique". En conférence de presse à la veille du quart de finale de Coupe de France de l'Olympique Lyonnais face à l'AS Monaco, Rudi Garcia s'est publiquement rangé du côté des détracteurs de la Super League. "Le terme projet est capital. Qui dit projet, dit que ça peut éventuellement ne pas se faire. Et j'espère que ça ne se fera pas", a-t-il assené mardi.

"C'est très impopulaire, à juste titre. C'est la mort de l'émotion du football, a aussi déclaré Rudi Garcia. Or, si on joue à ce jeu depuis tout petit, c'est pour avoir des émotions, jouer des grands matchs. Avec cette formule, il y aurait quoi qu'il arrive des grands matchs chaque année avec les mêmes. Ça perdrait de son charme".

"J'ai beau chercher le drapeau français, je ne l'ai pas vu"

Rudi Garcia a aussi souligné l'absence de clubs français parmi les douze fondateurs de la Super League. L'occasion pour lui de faire un parallèle avec ce qu'il considère être un manque de considération du football français par rapport aux voisins européens.

"Ce que je constate, c'est qu'on est déjà en France les parents pauvres de la Ligue des champions sur les championnats majeurs européens, a-t-il lancé. On est champions du monde, mais on n'a que deux équipes qualifiées directement, alors que quatre nations en ont quatre directement. Sur le projet de la Super League, j'ai beau chercher le drapeau français, je ne l'ai pas vu. Donc j'ai l'impression qu'on reste tout le temps les parents pauvres de tout ce qui est prévu. Il faudrait que ça change".

Avant Rudi Garcia, Jean-Michel Aulas avait déjà réagi lundi. Le président de l'OL avait déploré "les vertus de l'argent contre l'esprit de fair-play" de cette Super League. "Nous devons construire des ponts, pas des murs. Construire (...) l’avenir d’un football où la méritocratie sportive et l’émotion ne sont pas oubliées", avait-il conclu.

dossier :

La Super League

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport