RMC Sport

Super League: la somme déjà perdue par les clubs impliqués

Selon le Daily Mail, les clubs anglais pourraient faire face à des sanctions financières pour ne pas avoir respecté leur contrat les liant au projet de Super League. Les clubs dissidents ont dans tous les cas perdu plusieurs millions dans cette affaire.

C'est désormais l'heure des comptes pour les clubs dissidents. Officialisé ce dimanche, le projet de Super League n'aura même pas tenu une semaine, avec l'annonce ce mardi du désistement des six clubs anglais. Ce mercredi matin, l'Inter Milan, l'AC Milan et l'Atlético de Madrid ont officialisé aussi leur départ de ce projet.

>> La crise de la Super League en direct

Les clubs anglais sanctionnés?

Selon le Daily Mail, des dizaines de millions d'euros ont déjà été perdus dans cette affaire au total pour les clubs. Chaque club aurait dépensé chacun un peu plus de 9 millions pour que ce projet puisse voir le jour, entre aspects juridiques, créations des infrastructures et communications. Et en plus de cet argent qui ne sera logiquement pas remboursé, d'importantes sanctions financières pourraient être prises dans la mesure où le contrat avec cette Super League européenne a été rompu par ces clubs. Le Daily Mail affirme que les avocats avaient structuré les contrats pour que les équipes puissent résister face à la controverse, dans la mesure où ces différents acteurs s'attendaient à des ripostes.

Finalement, la gronde populaire et les menaces des fédérations internationales et nationales ont été trop fortes, obligeant les clubs anglais à se retirer. Le projet initialement prévu pour l'Europe, aurait pu se développer sur d'autres continents. Mais la première étape a grandement capoté, remettant évidemment tout en cause, comme l'a confirmé son vice-président Andrea Agnelli ce mercredi, entérinant le projet pour l'heure face au retrait des clubs anglais.

L'argent aligné pour la création de ce projet provenait aussi de la banque JP Morgan, qui promettait une somme totale supérieure à 3 milliards d'euros pour cette Super League. L'argent investi jusqu'ici a servi à créer les infrastructures de cette nouvelle compétition et financer les frais juridiques ou trouver les partenaires commerciaux. Les six clubs anglais pourraient par conséquent payer les autres clubs pour avoir rompu ce contrat, même si l'Inter Milan, l'AC Milan et l'Atlético de Madrid se sont retirés depuis. Une clause stipulait qu'aucun des clubs ne pouvait rompre ce contrat au cours des trois premières années.

dossier :

La Super League

GL