RMC Sport

Portugal: "Il avait des poids aux pieds pour courir", la folle anecdote sur l’exigence de Cristiano Ronaldo dès l’adolescence

Cristiano Ronaldo reste l’un des meilleurs joueurs du monde à 36 ans. Une efficacité rendue possible par l’incroyable niveau d’exigence que l’attaquant de la Juventus et du Portugal se fixe depuis l’adolescence pour rester au top.

Cristiano Ronaldo possède un palmarès fabuleux avec cinq titres en Ligue des champions, un succès à l’Euro et de nombreux trophées nationaux. A 36 ans, le quintuple lauréat du Ballon d’or demeure au sommet de la planète foot et continue de briller sous le maillot la Juventus avec 32 buts en 37 apparitions cette saison. Des performances rendues possibles par un professionnalisme poussé à l’extrême depuis des années par le Portugais comme l’a décrit Régis Dupont ce jeudi lors de son passage dans l’After Foot sur RMC.

"Quand son parrain lui amène des cadeaux comme des voitures électriques, des supers cadeaux vraiment, cela ne l’intéresse pas, a raconté l’auteur de l’ouvrage 101 fois Ronaldo sur le phénomène lusitanien. Il pleure parce qu’il veut un ballon. Il n’a que le foot."

Le journaliste a même dévoilé une autre anecdote qui en dit long sur l’incroyable exigence de Cristiano Ronaldo. Depuis son adolescence, le gamin de Funchal a toujours travaillé d’arrache-pied pour s’améliorer, quitte à passer pour un fou.

"Très jeune, relativement jeune au début de l’adolescence, les gens du quartier le voient courir avec des trucs autour des chevilles et se disent: 'Mais qui c’est ce taré?' Il avait des poids aux pieds pour courir, a encore expliqué l’auteur. Il devait avoir onze, douze ou treize ans. Il a toujours voulu être plus fort. Certainement au départ parce que c’était un enfant maigre et chétif donc il voulait prendre du muscle. Mais il a toujours voulu être le meilleur."

Ronaldo a transformé son jeu après 2008

Une énorme charge de travail couplée à une capacité d’adaptation qui ont permis à Cristiano Ronaldo de faire évoluer son jeu et de rester au sommet du football mondial pendant plus de dix ans.

"Au début c’est un dribbleur qui est même très très énervant pour ses coéquipiers car il ne file jamais le ballon et préfère faire le beau qu’être efficace, a encore avancé Régis Dupont. On se dit que cela va avoir une limite. A partir de 2008 quand il est Ballon d’or, il s’est demandé comment être encore meilleur. […] Derrière c’est parti, il a arrêté de dribbler et n’a plus pensé qu’à marquer quand il est arrivé au Real."

>> La Ligue des champions est à retrouver en intégralité sur RMC Sport

JGL