RMC Sport

Manchester City: Guardiola soulagé par la réaction de ses joueurs

Manchester City s'est imposé difficilement face à Southampton (2-1), ce samedi à l'Etihad Stadium. Rapidement menés au score, les Cityzens ont réussi à inverser la tendance en fin de match. Une victoire synonyme de soulagement pour Pep Guardiola.

Manchester City s'accroche à Liverpool. Les Cityzens se sont imposés sur leur pelouse (2-1) face à Southampton, ce samedi pour le compte de la 11e journée de Premier League. Une victoire difficilement acquise par les hommes de Pep Guardiola. 

City s'est rapidement retrouvé à courir après le score, après un but de James Ward-Prowse (13e) en début de match. "Il y a deux saisons, le but était arrivé plus tard. C'est pratiquement la même situation. Et comme il y a deux ans, ils ont marqués sur leur seul tir cadré", se souvient Pep Guardiola

>>> Abonnez-vous à RMC Sport pour suivre la Premier League et les matchs de City

Après l'ouverture du score des Saints, Manchester City s'est retrouvé dans une situation difficile face à une défense regroupée. "Ils ont défendu à 11 et n'ont laissé aucun espace. On avait besoin de monde dans la surface, mais c'était presque impossible car ils étaient trop resserrés", tire comme bilan le technicien espagnol. 

La lumière est venue de Kyle Walker

Durant plus d'une heure, les Cityzens ont semblé sans réponse. Mais la pression était trop compliquée à subir pour Southampton. Un centre de Kyle Walker et Kun Aguero remet les siens dans le match (70e). Loin d'être rassasiés, les champions en titre ont continué de pousser et ont été récompensés à la 86e minute. 

Après une passe décisive, Kyle Walker s'est muté en buteur, en reprenant un centre venu de la gauche. "On est resté patient, agressif. Le rythme était intense dès la première minute du match. Bravo à l'équipe, ce n'était pas facile aujourd'hui mais on l'a fait", conclut Pep Guardiola. Manchester City reste deuxième de Premier League, avec six points de retard sur Liverpool, qui s'est également imposé en toute fin de match à Aston Villa (1-2).

Maxime Abolin