RMC Sport

Juventus: Agnelli défend encore la Super League et tacle l’UEFA

Andrea Agnelli a profité des adieux de Fabio Paratici à la Juventus ce vendredi pour régler ses comptes avec l'UEFA et réaffirmer l'importance du projet de Super League.

Eliminée par Porto en Ligue des champions, largement devancée par l'Inter pour le titre en Serie A, la Juventus s'est contentée d'une victoire en Coupe d'Italie cette saison. Un exercice qui a entraîné une profonde restructuration au sein du club turinois. En marge des adieux de Fabio Paratici ce vendredi, après onze ans comme directeur sportif, Andrea Agnelli a également défendu le projet de Super League, qui a bouleversé la fin de saison des Bianconeri. Acteur majeur de la fronde menée par douze cadors européens, le dirigeant transalpin a réaffirmé le besoin de changement à l'UEFA.

"Pendant des années, j’ai essayé de changer les compétitions européennes de l’intérieur, parce que les signes de crise étaient évidents, même avant la pandémie, a expliqué Andrea Agnelli en conférence de presse. [...] La Super League n’est pas un coup d’Etat, mais un cri d’alarme désespéré pour un système qui, sciemment ou non, se dirige vers l’insolvabilité."

Agnelli choqué par la réponse de l'UEFA

Ancien président de l'Association européenne des clubs (ECA) et intime d'Aleksander Ceferin, patron de l'UEFA, Andrea Agnelli est également devenu l'un des leaders de la Super League. Membre fondateur, vice-président de la nouvelle entité, le dirigeant de la Juve a rappelé l'importance des réformes pour assurer la survie du football continental et regretté la violence de la réponse par l'instance européenne.

"L’accord entre les clubs fondateurs était conditionné à la reconnaissance préalable de la compétition par l’UEFA. La réponse était assourdissante, avec des termes offensants et des méthodes arrogantes, puis cela s'est dirigé contre trois clubs. [...] Ce n’est pas avec ce type de comportement que le football sera réformé face à la crise. Heureusement, je sais que tous les membres de l’UEFA ne pensent pas la même chose. Cependant, le désir de dialogue demeure inchangé."

Agnelli maintient l'envie d'une réforme

Officialisé le 18 avril, le projet de Super League s'est écroulé en l'espace de 48 heures et notamment après le retrait des six clubs anglais. Face à la pression populaire et à la vive opposition des supporters, les géants de Premier League ont fait machine arrière et condamné le projet. Pas de quoi effrayer le patron de la Juve.

"La Juventus, Barcelone et le Real Madrid sont déterminés à réaliser une réforme complète des compétitions, a encore assuré le dirigeant de la Vieille Dame face à la presse. Et surtout, réaliser une réforme dans l’intérêt des clubs qui nous ont montré leur peur face à la situation actuelle."

Après l'échec de la Super League, une terrible bataille judiciaire s'est engagée entre ses membres et l'UEFA. L'instance dirigée par Aleksander Ceferin pourrait même décider d'exclure le Real Madrid, la Juventus et le FC Barcelone de toutes compétitions européennes des clubs pour deux ans, s’ils n’abandonnent pas officiellement leur compétition concurrente.

JGL