RMC Sport

Mercato: le point complet sur l'énorme valse des bancs en Europe

PSG, Real Madrid, Juventus Turin, OL, Tottenham, Bayern Munich… Nombreuses sont les grosses écuries européennes à avoir déjà enclenché les grandes manœuvres ou à subir le flot incessant de rumeurs envoyant leur entraîneur aux quatre coins du continent. On fait le point.

Le mois de juin n’est pas encore arrivé, que l’on connaît déjà le tube de l’été: le jeu des chaises musicales sur lequel dansent les entraîneurs des grands championnats européens. Si les difficultés économiques liées à la crise sanitaire auraient pu laisser penser à un mercato des coachs plutôt prudents, c’est finalement la folie qui est en train de rythmer ces derniers jours, avec leurs lots de départs spectaculaires ou de rumeurs spectaculaires. Tour d’Europe.

Italie: Allegri est de retour, Conte est parti

Avec huit des dix premiers qui ont décidé de renouveler leur banc, c’est peut-être le pays où les plus grandes manœuvres ont été lancées dès la fin des championnats sifflée. Tout avait même débuté avant alors que l’AS Roma se séparait de Paulo Fonseca et rapatriait par-delà les Alpes José Mourinho pour entraîner la saison prochaine. Cela s’est poursuivi du côté de Naples qui s’est séparé de Gennaro Gattuso – Sérgio Conceição était pisté un temps mais devrait prolonger avec Porto –, parti quarante-huit heures plus tard rejoindre la Fiorentina et qui pourrait être remplacé par Luciano Spalletti. D’autres ont suivi ensuite: Antonio Conte a souhaité quitter le navire financièrement en péril de l’Inter Milan malgré le titre de champion glané, et pourrait être remplacé par Simone Inzaghi, qui a dit ciao à la Lazio Rome. Vous suivez?

Ce vendredi, l’histoire d’un autre monument du football transalpin s’est également terminée, alors qu’Andrea Pirlo a été licencié par la Juventus Turin, Massimiliano Allegri arrive. Un temps pisté par l’OL, le coach à la belle cote Roberto De Zerbi a lui mis un terme à son contrat à Sassuolo pour s’engager avec le Shakhtar Donetsk (Ukraine). Seuls Stephano Pioli (AC Milan) et Gian Piero Gasperini (Atalanta Bergame) peuvent souffler parmi les cadors.

>> Toutes les infos et rumeurs mercato du 28 mai

Angleterre: Tottenham cherche

Les Anglais se montrent globalement plus calmes sur ce marché, probablement rassurés par des performances européennes convaincantes – Manchester City et Chelsea en finale de Ligue des champions (samedi à 21 heures, en direct sur RMC Sport 1), Manchester United en finale de la Ligue Europa. Pep Guardiola, Thomas Tuchel, Ole Gunnar Solskjær ou Jürgen Klopp avec Liverpool resteront à coup sûr en poste, tout comme Marcelo Bielsa à Leeds. Ce n’est pas le cas de Nuno Espirito Santo, qui se sépare à l’amiable de Wolverhamton où il aura passé quatre belles saisons, passant du Championship aux quarts de finale de la Ligue Europa. Pour cultiver la filière portugaise, Bruno Lage, libre depuis son départ l’été dernier de Benfica, devrait diriger les Wolves la saison prochaine.

On attend des nouvelles du futur de Mikel Arteta, qui a dû se résoudre à une insuffisante neuvième place de Premier League qui n’offre pas la moindre Coupe d’Europe à disputer pour Arsenal lors de la prochaine saison. Septième de PL et éliminé en huitièmes de finale de C3, Tottenham s’était séparé de Mourinho quelques semaines auparavant, et l’intérim de Ryan Mason ne durera pas au-delà. Pour récupérer le poste, une piste étonnante a été révélée jeudi par la presse anglaise, misant sur un possible retour de Mauricio Pochettino.

Espagne: le Real est libre, le Barça peut-être

Si le nom de l’actuel coach du Paris Saint-Germain se murmure en Angleterre, il revient également avec insistance en Espagne, où a été lâché jeudi LA bombazo: Zinedine Zidane quitte le Real Madrid – pour la seconde fois – qu’il avait guidé vers trois succès d’affilée en Ligue des champions (2016, 2017, 2018), un record. Si l’entraîneur français ne devrait pas manquer d’options, rien n’a encore vraiment filtré sur ses intentions. Peut-être prendra-t-il un peu de repos, ou bien se relancera-t-il dans le grand bain chez un autre cador? Ce mercato des entraîneurs ne semblent pas avoir dévoilé toutes ses surprises. Pendant ce temps-là, plusieurs noms ont été lâchés pour diriger la Maison blanche (Joachim Löw, Raúl, Xabi Alonso).

Chez le rival intime, l’avenir au Barça de Ronald Koeman semble être en train de se décider, alors que le président du club blaugrana Joan Laporta rencontrera le coach néerlandais la semaine prochaine au sujet de son avenir – et d’un possible remplacement par Xavi? Pour le reste, s’il a pu par le passé avoir des envies d’ailleurs, le champion en titre Diego Simeone semble plus que jamais attaché à l’Atlético de Madrid, avec qui l’Argentin pourrait prolonger rapidement selon ESPN en Espagne. La place d’Unai Emery, tout juste vainqueur de la Ligue Europa, est sécurisée à Villarreal, tout comme celles de Julen Lopetegui (Séville). José Bordalás a récupéré le banc qu’occupait Marcelino à Valence.

France: Bosz vers l'OL

Dans notre championnat, une véritable révolution est en marche, où plus de la moitié des clubs pourraient changer de coach durant ce mercato. Celui dont le choix créé le plus d’attente est sans aucun doute Christophe Galtier, qui après un fabuleux titre arraché avec le LOSC, quitte les Dogues. La piste OL a été évacuée jeudi, et s’est plutôt vers Nice que se dirige l’entraîneur convoité, alors qu’Adrian Ursea a été poussé vers la sortie. Lyon justement en avait fait sa priorité pour remplacer Rudi Garcia mais devrait devoir se rabattre sur le Néerlandais Peter Bosz, sa cible prioritaire désormais. Malgré les intérêts (Real Madrid, Tottenham), Mauricio Pochettino ne devrait pas quitter le PSG cet été, selon nos informations.

Institution à lui tout seul en France où il était le technicien en poste depuis le plus longtemps (dix ans), Stéphane Moulin a souhaité mettre fin à sa longue aventure avec le SCO, remplacé par Gérald Baticle, entraîneur-adjoint à Lyon depuis 2011. Présent sur le banc de Strasbourg depuis cinq saisons, Thierry Laurey arrivait en fin de contrat et n’est pas reconduit pour laisser la place depuis ce vendredi à Julien Stéphan, tout comme Michel Der Zakarian et David Guion avec Montpellier et Reims, alors que le second sera remplacé par Oscar Garcia. Jean-Louis Gasset (Bordeaux), Olivier Dall’Oglio (Brest) – voire Antoine Kombouaré (Nantes) selon le résultat du barrage de Ligue1/Ligue 2 – ne sont pas encore certains de rester. Une vraie révolution, on vous dit.

Allemagne: le grand défi de Nagelsmann

La Bundesliga n’est pas en reste, elle aussi déjà embarquée dans un petit manège. On peut noter le choix surprenant d’Oliver Glasner, qui a quitté le quatrième Wolfsburg pour le cinquième Eintracht Francfort – il renonce à la Ligue des champions pour disputer la Ligue Europa… – afin de compenser le départ déjà acté d’Adi Hütter au Borussia Mönchegladbach. L’ancien international néerlandais Mark van Bommel récupère lui le banc des Loups. Malgré un intérim satisfaisant et une qualif’ en C1 obtenue in extremis, Edin Terzić cède son poste à Marco Rose pour la saison prochaine au Borussia Dortmund. Champion de Suisse avec les Young Boys Berne, Gerardo Seoane a été officialisé au Bayer Leverkusen après la fin de l’intérim d’Hannes Wolf.

Surtout, c’est le mouvement du jeune entraîneur allemand le plus prometteur, Julian Nagelsmann, qui sera scruté. Lui qui, à 33 ans seulement (Manuel Neuer sera plus vieux que lui), a franchi un palier énorme en s’engageant pour un géant, le Bayern Munich, qui a laissé filer Hans-Dieter Flick vers la sélection. Ces deux années pleines passées du côté du RB Leipzig, qui l’a d’ores-et-déjà remplacé par Jesse Marsch, parlent pour lui: il a guidé le club propriété de Red Bull à sa première demi-finale de C1 de son histoire, tout en devenant le coach le plus jeune à atteindre ce stade de la compétition reine.

Romain Daveau Journaliste RMC Sport