RMC Sport

JO 2021 (badminton) : "Une compétition comme une autre" pour Brice Leverdez

A 35 ans, Brice Leverdez va disputer ses troisièmes Jeux olympiques, en débutant ce mardi (6h20) avec un match de poule contre l'Ukrainien Artem Pochtarov. Avec un contexte particulier en raison de la crise sanitaire, le joueur français est moins enthousiaste à l’idée d’évoluer sans public et dans une bulle sanitaire. Mais son objectif reste le même: revenir avec une médaille.

Brice Leverdez n'est pas un novice en matière de Jeux olympiques. A Londres en 2012 comme à Rio en 2016, le natif de la Garennes-Colombes s’était incliné dès les poules. Alors cette année, il espère forcément faire mieux: "C’est bien sûr une fierté de participer une nouvelle fois aux JO. Mais la fierté de les avoir faits est passée. Maintenant , j'aimerais y performer." La France n’a encore jamais ramené une médaille olympique en simple. Et à 35 ans, le temps lui est compté s’il veut devenir le premier à en ramener une.

"Quand je participe à une compétition, le but est de gagner et les JO sont dans la même logique, poursuit-il. Je sais que ça va être dur, les statistiques ne sont pas pour moi. Ce sera sans doute mes derniers JO en simple et je vais tout faire pour avoir le meilleur résultat." Betrand Gallet, son entraineur depuis 2005, le voit comme un adversaire redoutable. "Si vous faites jouer le Brice de maintenant à la place du Brice d’il y a dix ans, il est beaucoup plus fort. C’est comme au tennis, le Nadal d’aujourd’hui est bien plus fort. Ce sont des joueurs qui progressent tout le temps, qui se remettent en cause et sans cesse apprennent."

Mais pour ces JO de Tokyo, Brice sait que l’expérience sera bien différente. Avec la crise du Covid-19, les règles sanitaires sont drastiques et ne permettront pas aux athlètes de profiter pleinement d’une telle compétition. "Ça ne sera pas des JO agréables dans le sens profiter de la fête et du moment, appuie-t-il. Ce sera une compétition comme une autre mais avec les anneaux olympiques sur le terrain. L’enfermement et les tests à effectuer régulièrement vont chambouler l’expérience."

"Les yeux qui brillent"

Surtout que Brice, a vécu une année supplémentaire compliquée, notamment en l’absence de compétitions: "Ç’a été dur, pas forcément sur le doute de participer, j’ai toujours eu l’envie, mais plutôt mentalement de se dire encore un an d’entrainement, un an sans compétition. Cette période difficile mentalement pour tout le monde a joué sur beaucoup de paramètres. Mon âge a pu jouer et des petites blessures sont arrivées, ce qui n’était pas courant pour moi."

Justement, gêné par une petite blessure au pied avant son départ, Brice a tout mis en œuvre pour se soigner et être en forme. "Je donnerai tout, quoi qu’il arrive. De toute façon ce n’est pas une blessure trop grave." Et même si l’ambiance dans la salle sera spéciale, sans public, le joueur tricolore le sait, ce sont des moments uniques dans une vie malgré tout: "On a les yeux qui brillent, la chair de poule, un stress et une adrénaline quand on entre dans la salle. Et spectateurs ou non, on vivra des émotions que l’on vit une ou deux fois dans sa vie. C'est tellement rare." A lui d'en profiter à fond.

Léna Marjak