RMC Sport

Mondiaux de natation: Gilot et Stravius se ratent sur 100m NL

Fabien Gilot

Fabien Gilot - AFP

Journée blanche pour la natation française avec aucune qualification pour les finales, ce mercredi aux Mondiaux de natation à Kazan (Russie). La déception la plus importante est sur le 100m nage libre, où Fabien Gilot et Jérémy Stravius ont manqué le coche.Votre chapo ici

Pour la première fois depuis les championnats du monde 2007 à Melbourne, aucun Français ne sera présent en finale du 100m nage libre. Fabien Gilot et Jérémy Stravius ont en effet échoué en demi-finales, ce mercredi à Kazan (Russie). Et les regrets sont réels. Notamment pour Gilot, capitaine exemplaire du relais français encore sacré dimanche sur 4x100m. Mais le Marseillais peine en individuel, où il n’a jamais été sacré en compétition internationale. Sur la lancée de son départ canon en relais (temps de réaction de 0’00’’), il est de nouveau parti fort pour surprendre la concurrence. Deuxième aux 50 mètres, il a totalement craqué par la suite avant de finir septième de sa série (48’’56).

« Je suis déçu parce que ce n’étaient pas des demies qui allaient vite, c’était ouvert, peste-t-il. Je ne fais pas une course suicidaire. Sur le relais, j’ai un départ naturel qui me fait prendre beaucoup de vitesse sans forcer. Ce que je n’ai pas en individuel sur un départ normal. C’est ce qu’on bosse depuis un an. Jusqu’aux 75m, ça va, puis la douleur arrive nette dans les jambes. Je suis déçu, tu bosses et ça ne sourit pas exactement comme tu veux. Ce sont pourtant des championnats pas très rapides sur 100m. » Déçu mais pas amer, Gilot se projette déjà sur les Jeux Olympiques de Rio dans un an. Mais avant cela, il lui reste une mission à mener, sur le relais 4x100m 4 nages.

Stravius : « La fatigue commence à s’installer »

Jérémy Stravius pourrait aussi y participer. L’Amiénois s’est essayé sur le 100m NL pour la première fois. Avec le même résultat que son compatriote, puisqu’il s’est également fait sortir en demi-finales avec le sixième temps de sa série (48’’65). Une contre-performance. « Je pense que c’était à ma portée et je n’ai pas su me qualifier pour la finale, enrage le champion du monde du 100m dos en 2011. Ça se joue à pas grand-chose. Normalement, je suis l’un des meilleurs sur la deuxième partie de course du 100m et là, je n’arrive pas à m’exprimer. C’était une première pour moi donc j’ai appris. Mais j’aurais aimé apprendre un peu plus dans des conditions de finale. C’était largement faisable mais la fatigue commence à s’installer. J’ai du mal à savoir comment bien récupérer et revenir à la forme de dimanche dernier. »

Il a désormais deux jours pour retrouver la forme avant le 50m dos et surtout un an pour se perfectionner sur 100m libre avant les JO de Rio. Le message vaut également pour les Françaises. Des trois représentantes engagées ce mercredi, aucune n’a atteint la finale. Sur 50m brasse, Mathilde Cini, 4e de sa série (28’’16), n’est pas passée loin. Béryl Gastaldello n’a, elle, jamais été dans le coup (28’’30). Cinquième de sa série (2’08’’67), Lara Grangeon a également échoué à se qualifier en finale sur 200m papillon. Une journée blanche.

Ledecky poursuit sa moisson d’or

La jeune Américaine Katie Ledecky (18 ans) a poursuivi sa moisson d’or à Kazan en décrochant son troisième titre. Après le 400m et le 1 500m, l’Américaine a remporté le 200m (1’55’’16) devant l’Italienne Federica Pellegrini (1’55’’32) et sa compatriote Missy Franklin (1’55’’49). Une quatrième breloque dorée est promise à Ledecky sur 800m samedi. Chez les hommes, le Hongrois Laszlo Csesh a détrôné le Sud-Africain Chad Le Clos sur 200m papillon. Le Chinois Sun Yang est, lui, resté le maitre sur 800m en décrochant son troisième titre consécutif sur la distance après ceux de 2011 et de 2015.