RMC Sport

Riolo: Les chantiers de Leonardo après l'élimination du PSG en Ligue des champions

Neymar, Mbappé, Pochettino... Après la défaite du PSG à Manchester City et son élimination de ligue des champions, Daniel Riolo, pilier de l'After Foot sur RMC, liste les décisions que Leonardo doit prendre maintenant.

Le PSG a tellement buté sur les huitièmes de finale, quatre ans de suite, qui plus est en étant souvent grotesque, qu’on ne peut que commencer par souligner la progression des deux dernières années. A l’heure du bilan qu’il convient de dresser à chaque fin d’aventure européenne, il est juste que derrière la déception, voire la colère, provoquées par l’élimination, apparaissent la constance à figurer deux années de suite dans le dernier carré.

Le PSG a enfin offert à ses supporters des belles soirées, riches en émotions, de celles qui marquent les esprits. Dortmund et Atalanta la saison dernière. Old Trafford, Barcelone, Munich cette année. Après les années noires marquées par des humiliations répétées, il est bon de constater qu’enfin le PSG sort de l’Europe la tête haute. A défaut d’être totalement respecté voire aimé, on se moque un peu moins de lui sur le continent.

"Faire changer Neymar? Je n'y crois plus"

Chacun sera libre de juger le rôle de Leonardo dans cette affaire, mais depuis qu’il est revenu, Paris s’est hissé deux fois en demi-finale. Et puisqu’il est en charge du sportif, c’est à lui que revient la charge de trouver les moyens de faire avancer encore le club. 

Les chantiers sont nombreux et certains problèmes récurrents. Je veux bien qu’on tape sur les Parisiens pour l’attitude affichée en fin de match, mais n’en faisons pas trop non plus. Déçus, frustrés, ils ont mis quelques coups, certes. Mais de là à tomber dans un procès à charge… On exagère toujours beaucoup quand il s’agit du PSG. Quand Sergio Ramos met des coups, se comporte comme une garce et affiche son vice, c’est de la classe, de l’intelligence et de l’expérience ? Pourquoi pas. Le foot de très haut niveau demande une part de vice. Et le PSG affiche malheureusement et trop souvent l'image d'une bande de types capricieux, ce qui nuit à l’image du club.

L’incarnation du problème, c’est bien sûr Neymar. Premier chantier de Leonardo. Le faire changer? Je n’y crois plus. Il va signer un nouveau contrat qui sera comme un piège pour Paris. A tous les niveaux, son apport est loin d’être satisfaisant.

Incapable de se fondre dans un collectif, il oblige l’équipe à une tactique s’articulant autour de lui. Aucune grande équipe ne fait ça. Ça n’existe pas. Le joueur libre, c’est un mythe. Un fantasme des années 80.

Neymar c’est le souci "politique" dont parlait Tuchel récemment à Chelsea. Le casse-tête de l’entraîneur. Des coéquipiers aussi qui ne savent pas quoi faire avec et pour lui. Leonardo ne lui a pas fait entendre raison et il ne le fera jamais. Personne ne le fera. C’est trop tard. Et à chaque fois que Neymar fera un beau geste, marquera un beau but, livrera un grand match, il reprendra une dose d’immunité. Le problème c’est qu’il y a beaucoup plus de matches anecdotiques que de matches importants dans le foot. Et face à Manchester City, Neymar a très largement failli. 

Mbappé, ca sent le râteau

Autour de la star, Leonardo va devoir régler le problème avec l’autre star : Mbappé. Le PSG continue de tourner autour de lui. La drague est insistante et sent de plus en plus le râteau. Cette façon de faire est exaspérante. Proposition, deadline, réponse sinon ciao, voilà ce qu’il fallait faire.

On l’a vu contre le Bayern, contre City, à beaucoup de postes, le PSG est dépassé. Oui j’insiste, le PSG a éliminé le Bayern tout en étant bien inférieur. On peut gagner en étant moins fort en foot. Ce n’est pas la découverte du siècle.

A part Bernat, le PSG n’a pas de latéraux. C’est pourtant un poste clef dans le foot contemporain. Au milieu, la zone est pauvre. Il n’y a pas de relayeur. Si Pochettino poursuit avec l’idée d’un 4-2-3-1, il ne compte pas sur Verratti dans les "2". Il ne le fait jamais jouer à ce poste. Si ça bouge en 433, l’idole des jeunes supporters parisiens ne sait plus où se placer à cause de Neymar. Et autre souci, la ligne de 3 de devant devient flou. Qui joue 9?

Paris doit recruter deux milieux de haut niveau. Des joueurs techniques et capable d’être "intenses" 90 minutes. Verratti deviendra alors un joueur de la rotation en L1.

Pochettino, les mêmes soucis qu'Emery ou Tuchel

Enfin devant, Di Maria pose question. Très souvent excellent, surtout dans les gros matches, il vieillit et doit être mis en concurrence.

Pour l’instant, l’apport tactique de Pochettino n’est pas visible. Il semble se heurter aux mêmes soucis qu’Emery ou Tuchel avant lui.

Leonardo a donc beaucoup de travail et il ne va pas longtemps se gargariser de cette demi finale. Le titre de champion pourrait bien échapper au club et il ne restera que la Coupe à décrocher. On peut ranger le champagne.

En attendant, le directeur sportif parisien pourra suivre à la télévision la suite des aventures de Tuchel en Ligue des champions. En Ligue Europa celles de Cavani, qu’évidemment il ne fallait pas laisser partir. Et oui, après l’élimination à Manchester, le PSG risque bien de prendre deux ou trois autres gifles d’ici la fin du printemps.

Par Daniel Riolo