RMC Sport

Top 14: Pau maintenu, Bayonne jouera sa survie contre Biarritz

Grâce à sa victoire bonifiée sur Montpellier lors de la 26e et dernière journée (41-25), la Section Paloise se maintient in extremis en Top 14. Battu dans les derniers instants par le Stade Français (12-9), Bayonne disputera un barrages face à son voisin, Biarritz.

Bayonne, après sa défaite face au Stade Français (12-9) à domicile, termine la saison régulière de Top 14 à l'avant-dernière place, à l'issue de la 26e journée samedi, et jouera un match de barrages à Biarritz samedi prochain pour assurer son maintien.

L’Aviron Bayonnais avait son destin en main avant cette dernière journée de la saison régulière de Top 14. Avec quatre points d'avance au classement, les Basques pouvaient se contenter d'un nul pour se maintenir. Mais les Bayonnais n'ont empoché que le point de bonus défensif alors que Pau a dominé Montpellier (41-25) avec le bonus offensif à la clé. Les deux clubs terminent avec le même nombre de points (46) mais Pau passe devant Bayonne et se maintient à la faveur de ses deux succès contre Bayonne.

Pau arrache le bonus sur le gong

À domicile, les Palois démarrent en puissance face à Montpellier. Après une belle chevauchée collée à la ligne, Tuimaba donne l’avantage aux siens d’entrée de jeu (2e). Manu, à l’affût après une mauvaise relance au pied du MHR (11e), puis Philip, profitant d’une nouvelle percée de Tuimaba (30e), aplatissent et donnent une première fois le point de bonus à Pau.

Malgré Fumat (48e), le réveil de Montpellier est terrible, qui pense même passer devant après un essai de Devergie finalement refusé pour une obstruction au départ de l'action (61e). Quelques minutes plus tôt, Tisseron (39e), Reinach (54e) et Guirado (59e) avaient permis au MHR de revenir à portée des Palois, bien aidés par le carton jaune de Habel-Kuffner (54e).

Une fois la tête remise à l’endroit, Pau se redonne de l’air par l’intermédiaire de Tuimaba, auteur d’un doublé (65e), et termine même par marquer l'essai du maintien, inespéré, après la sirène, par l'intermédiaire de Philip (82e). Au stade du Hameau, tout le monde, joueurs, supporters et dirigeants, tremble derrière son écran juste qu'au coup de sifflet final entre Bayonne et le Stade Français et la délivrance.

Bayonne craque au plus mauvais moment

Dans un début de match marqué par la sortie de Ruru sur civière, touché aux cervicales (14e), Seconds manque de réussite pour le Stade Français, à l’image d’un incroyable manqué en face des poteaux juste avant la pause. En face, le buteur bayonnais Germain est plus à l’aise au pied et réussit un 3 sur 3 pour permettra à l'Aviron de virer en tête à la pause (9-3). Seconds règle la mise en deuxième période et permet aux Parisiens de revenir rapidement à hauteur.

Et puis Naivalu sème une première fois le doute dans les esprits bayonnais, avec un essai refusé pour avoir marché sur la ligne juste avant d’aplatir (61e). L’Aviron Bayonnais pense tenir bon, poussé par ses quelques centaines de privilégiés en tribunes. Mais Germain manque sa première tentative au moins bon moment (70e) puisque Secongs ne tremble pas sous les poteaux pour permettre au Stade Français de virer en tête (74e). Bayonne ne revient pas et, malgré ce point de bonus défensif, se fait dépasser par Pau pour la 13e place.

Un derby Biarritz-Bayonne en barrage

Rien n’est encore totalement perdu pour Bayonne , qui aura une dernière chance de se sauver à l’occasion du barrage contre le perdant de la finale de Pro D2, en l’occurrence Biarritz, défait à Perpignan ce samedi (33-14). Les Bayonnais devront gagner pour se maintenir samedi prochain sur le terrain du BO dans un derby qui s'annonce bouillant.

Agen, un historique 26/26

Il n’y avait plus de suspense pour la place de lanterne rouge depuis mi-avril, avec la relégation officielle du SU Agen. Le club sudiste a achevé sa saison catastrophique par une nouvelle défaite, la 26e en 26 rencontres de Top 14. Les Agenais terminent donc avec un terrible bilan: 2 petits points de bonus pris au total.

Mais leur calvaire est enfin terminé avec cette ultime claque reçue à Lyon (52-7), et ils vont enfin pouvoir se tourner complètement vers la Pro D2. La large revue d’effectif n’y aura rien fait et n’aura donc pas empêché "d’améliorer" ce triste record historique de défaites.

► Clermont-La Rochelle: 25-20
► Bayonne-Stade Français: 9-12
► Bordeaux-Toulouse: 10-21
► Castres-Toulon: 46-24
► Lyon-Agen: 52-7
► Racing-Brive: 55-12
► Pau-Montpellier: 41-25

Qualifiés directement pour les demi-finales : Toulouse, La Rochelle

Qualifiés pour les barrages : Racing 92, Bordeaux-Bègles, Clermont, Stade français

Barragiste face au finaliste de Pro D2 : Bayonne

Relégué en Pro D2 : Agen

Jules Aublanc Journaliste RMC Sport