RMC Sport

Top 14: Woki quittera bien l'UBB pour le Racing

Le deuxième ou troisième ligne international français Cameron Woki, sous contrat jusqu’en 2023, s’en ira au Racing 92 cet été. Baptiste Pesenti, lui, quitte les Ciel et Blanc pour rejoindre le Stade Français.

Le dossier est désormais bouclé. Un an avant la fin de son contrat, Cameron Woki va faire ses valises et quitter l’Union Bordeaux-Bègles. Plusieurs clubs s’étaient positionnés, mais pour 2023, c’est finalement dès cet été que le deuxième ou troisième ligne international (23 ans, 16 sélections), s’en ira. Direction la région parisienne d’où il est issu et où réside ses proches.

Woki, qui a découvert le rugby à Bobigny avant de passer par Massy, s’est bel et bien engagé au Racing 92 comme révélé par Midi Olympique jeudi. C’est un renfort de taille pour le club présidé par Jacky Lorenzetti qui devra évidemment s’acquitter d’une grosse indemnité. Le départ anticipé du deuxième ligne Baptiste Pesenti au Stade Français a permis d’obtenir des liquidités et de la masse salariale. L’ancien Palois, arrivé l’été dernier, portera les couleurs du Stade Français alors que le départ de l’Australien Luke Jones était également à l’étude ces dernières heures, avec un possible retour aux pays, plus précisément aux Reds.

Alors que la période des mutations s’est achevée ce jeudi soir, Woki rejoindra le Racing, a priori comme joueur supplémentaire, sur les bases d’un contrat de quatre ans selon les informations de RMC Sport. Si un accord a bien été trouvé entre les différentes parties, Woki n’avait visiblement pas encore signé son contrat ces dernières heures. Et il faudra attendre encore quelques jours pour l’officialisation de son arrivée et une prise de parole du joueur. Le polyvalent Woki est devenu, depuis un an, un élément incontournable du XV de France. Depuis la tournée en Australie, où il s’était révélé, puis le Grand Chelem cet hiver lors du Tournoi des VI Nations disputé dans la peau d’un titulaire indiscutable, le Bordelais a clairement changé de statut et de dimension.

Un départ qui pourrait laisser des traces à l’UBB

En club, les semaines passées ont, en revanche, été bien plus agitées, avec des relations devenues parfois tendues avec Christophe Urios en fin de saison. Pointé du doigt par son manager après la défaite à Perpignan lors de la dernière journée de la saison régulière, comme son ami Matthieu Jalibert, il avait répondu sur le terrain et dans les médias lors du barrage remporté contre…le Racing une semaine plus tard. Avant d’être éliminé en demi-finale à Nice par Montpellier, futur champion de France.

En coulisses, sa prolongation était au point mort. Pire, comme indiqué par RMC Sport le 19 juin dernier, Woki n’avait n’entendait pas rempiler après 2023. "Cameron a exprimé deux fois le fait de ne pas être sûr de vouloir continuer à Bordeaux, avait reconnu le président Laurent Marti dans les colonnes de Sud Ouest au début du mois. C’est honnête de sa part. Il est hésitant dans sa motivation. Il ne faut pas essayer de passer en force mais le laisser mûrir son choix. Nous lui avons fait une belle proposition avant le Tournoi." Cette fois, Woki a tranché, et plus vite que prévu, pour le plus grand bonheur du Racing en quête d’un rebond après une saison mitigée.

En revanche, à l’UBB, où son remplacement n’est visiblement pas bouclé, ce départ pourrait laisser des traces. Il se dit d’ailleurs que son ami Matthieu Jalibert, que Woki (actuellement en vacances au soleil) aurait prévenu directement en milieu de semaine, vivrait mal la situation. L’ouvreur international, retenu au Japon pour la tournée du XV de France, prolongé en octobre dernier jusqu’en 2025, pourrait se sentir isolé à Bordeaux-Bègles.

Jean-François Paturaud