RMC Sport

XV de France: "Galthié n’est pas à l’origine du dysfonctionnement", assure le professeur Caumes

Joint par RMC Sport, le Professeur Eric Caumes, qui a participé à la rédaction du rapport sur la bulle sanitaire du XV de France, dédouane Fabien Gathié et assure que le protocole sanitaire a été respecté par l'équipe de France malgré le cluster de contaminations.

Fabien Galthié n’est pas le responsable des contaminations au coronavirus ayant touché le XV de France, selon la FFR. Le rapport interne de la Fédération française de rugby (FFR) remis au ministère des Sports après le cluster des Bleus en est arrivé à cette conclusion. Joint par RMC Sport, le Professeur Eric Caumes, qui a participé à la rédaction du rapport sur la bulle sanitaire, l’assure.

>> Le sport face au coronavirus, les infos en direct

"La demande du rapport était d’essayer d’établir où il y avait eu un dysfonctionnement et s’il y en avait eu un, rappelle l’infectiologue. La question a été de savoir si Fabien Galthié était à l’origine de ce dysfonctionnement et non, ce n’est pas lui qui en est l’origine. C’est par le rugby à 7."

Le sélectionneur français se retrouvait dans l’œil du cyclone après avoir percé la bulle sanitaire à plusieurs reprises, notamment pour assister au match de son fils avec les Espoirs de Colomiers face au Stade Français. Mais pour le Professeur Caumes, il n’a pas fauté et n’est pas le patient-zéro. Ce dernier serait donc un joueur de l’équipe de France à 7, invitée lors des oppositions à l’entraînement. "On sait comment il (Galthié) s’est contaminé, annonce-t-il. Il s’est révélé positif en même temps qu’un préparateur physique. Ça évoque une source de contamination extérieure puisqu’ils ont été testés positifs en même temps et ont, a priori, été contaminés en même temps. On a retrouvé la trace d’une possibilité de contamination en lieu clos avec un joueur de l’équipe de France à 7, où il a il y a une épidémie en cours. C’est comme ça que c’est passé au XV de France."

"Le protocole sanitaire a été respecté"

Il absout aussi les comportements des joueurs ou du président de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte, aperçus dans les rues de Rome avant le match contre l’Italie. "Le protocole sanitaire a été respecté et les conditions d’entrée et de sortie dans la bulle ont également été respectées, insiste Caumes. Malheureusement, la bulle n’est pas infaillible. Le fait d’être testé négatif avant d’entrer dans la bulle n’est pas une garantie d’efficacité à 100%, comme on a pu le constater au cours de cet épisode du XV de France, mais aussi dans d’autres circonstances et d’autres sports. Si vous voulez avoir une bulle sanitaire la plus étanche possible, il n’y a pas d’autres possibilités que de faire respecter une quarantaine de quatorze jours avant d’y entrer."

Pour lui, cette mesure était inenvisageable à appliquer sur la durée du tournoi, à l’inverse de compétitions sur une durée plus courte comme l’Open d’Australie, les championnats du monde de handball ou les Jeux olympiques, qu’il cite en exemple. "Selon le protocole sanitaire (du tournoi des VI Nations, ndlr), les joueurs ne sont pas dans une prison, poursuit-il. Ils ne peuvent pas rester deux mois et demi enfermés dans une bulle sanitaire parfaitement étanche, sans voir leurs familles ou leurs proches, ce qui apparaît complètement logique."

"Je me demande pourquoi ce rapport a été diligenté"

Le Professeur Caumes estime que de petites améliorations auraient pu être apporté, tout en estimant le protocole solide. "On aurait pu, par exemple, interdire aux joueurs et à l’entraîneur de sortir, consent-il. Dans ces cas, vous leur interdisez aussi de sortir pour voir leurs familles ou leur conjointe et ça devient compliqué de laisser des gens dans une bulle pendant la compétition. Le tournoi dure deux mois. Si vous leur imposez une quarantaine avant d’entrer dans la bulle, ça veut dire qu’ils sont deux mois et demi sans sortir, c’est quasiment impossible."

Il conclut enfin par un tacle au ministère des Sports, qui a commandé ce rapport pour déterminer d’éventuels manquements dans les rangs du XV de France. "On ne voit pas ce qui pourrait se passer, s’interroge-t-il sur les conséquences de cette enquête. Je me demande même pourquoi ce rapport a été diligenté. Il n’y a pas eu d'enquête pour savoir comment Emmanuel Macron avait attrapé le Covid. Là ça fait partie des choses infaillibles, très difficiles à contrôler. Ça servira de leçon. Si vous voulez une bulle complétement étanche, il faut imposer une quarantaine de 14 jours avant d'y rentrer et une fois que vous y êtes, vous n’en sortez pas. Mais encore ce n’est possible que pour les compétitions de courte durée, ce n’est pas jouable pour des compétitions longue durée."

NC avec Ilias Grandjean