RMC Sport

XV de France: pas d'enflammade, Galthié veut "de la constance"

Fabien Galthié s’est présenté face à la presse ce vendredi afin de communiquer la composition de l’équipe qui affrontera l’Italie dans le Tournoi des VI Nations ce dimanche. Le sélectionneur tricolore a demandé à ses joueurs de continuer leur travail et leur progression pour atteindre les objectifs à court et long terme.

Cinq jours après la première de l'ère Galthié et la superbe victoire du XV de France contre l’Angleterre (24-17), le staff tricolore se veut toujours aussi ambitieux. Et avant d’affronter l’Italie, ce dimanche au stade de France, Fabien Galthié a tenu à rappeler à son groupe l’importance du travail et de l’état d’esprit dans leur réussite. 

Un moyen de désamorcer tout relâchement et d’éviter une terrible désillusion face à la Squadra Azzurra, surtout avec une équipe tricolore aussi inexpérimentée au niveau international. "Nous voulons de la constance et de l'engagement, a d’abord lancé le technicien en conférence de presse. Il nous faut un sentiment de sincérité dans le vestiaire avant et après les matchs. Le reste, on l'analysera en temps voulu."

Galthié : "Le 2 février était une étape"

Si la prestation des Bleus lors du crunch du 2 février se veut satisfaisante au niveau du résultat, le sélectionneur ainsi que Raphaël Ibanez ont martelé que la marge de progression du XV de France restait importante et notamment dans le domaine de la conquête. Du mieux est attendu face à l’Italie ce dimanche.

Avec seulement "35 matchs encore à jouer avant la Coupe du monde 2023", Fabien Galthié ne veut plus perdre de temps et chaque rencontre doit permettre de poursuivre la progression du groupe France afin de préparer au mieux l’échéance planétaire dans un peu plus de trois ans.

"La constance, la vision, la flèche du temps que nous avons construite et projetée aux joueurs ne s’arrêtait pas au 2 février. Elle va jusqu'en 2023. Et sur la saison, cette compétition va jusqu'au 14 mars, a encore insisté le nouveau patron du XV de France. Le 2 février était une étape. Une étape essentielle et d’importance mais celle du 9 février est aussi importante. Nous avons même monté le curseur en terme de précision, de justesse, d’attentes et de vigilance."

Jean-Guy Lebreton avec JFP et WT