RMC Sport

UFC: "Je méritais de me faire éclater la jambe", le mea culpa de McGregor après sa défaite

Battu par Dustin Poirier sur TKO au deuxième round à l'UFC 257, fin janvier, Conor McGregor est revenu en longueur sur sa défaite sur les réseaux sociaux. La superstar irlandaise reconnaît une erreur dans son approche du combat, trop tournée vers la boxe en raison de la possibilité d'affronter Manny Pacquiao par la suite.

A chaque fois, c’est le même rituel. Quand Conor McGregor perd un combat, que ce soit en MMA ou en boxe, l’Irlandais prend toujours le temps de revenir sur sa défaite sur les réseaux sociaux. Pour l’expliquer diront ses fans, pour se chercher des excuses diront ses détracteurs… Le revers sur TKO – le premier subi dans sa carrière – au deuxième round face à Dustin Poirier, fin janvier à l’UFC 257, ne déroge pas à la règle avec un long post publié ces dernières heures sur Instagram dans lequel il revient sur les bons et les mauvais aspects de sa prestation.

>> L'UFC revient sur RMC Sport, abonnez-vous ici pour ne rien manquer de toutes les soirées de l'année!

Après avoir souligné qu’il était dans "la meilleure condition physique" de sa carrière et n’avait "pas eu besoin de (s)’asseoir entre les rounds", ce qui lui permet en bon businessman de faire la promotion d’un produit de récupération auquel il est associé, "The Notorious" reconnaît une erreur visible sur le moment à sa position de combattant: avoir trop pensé boxe et pas assez MMA, ce qui a laissé l'homme à la gauche caviar à la merci de ces coups de pied du "Diamond" qui lui ont fait si mal, en raison de la possibilité d’un choc lucratif dans le ring contre un certain Manny Pacquiao.

"J’ai été un peu trop concentré sur une chose, la boxe, dans mon approche et ma position, reconnaît la superstar irlandaise. C’est ce que j’ai récolté pour avoir choisi ce combat et cet adversaire comme précurseurs d’un combat de boxe contre Pacman. Je méritais de me faire éclater la jambe en venant combattre avec cet état d’esprit. Ce n’est pas un jeu avec lequel on peut s’amuser."

McGregor, qui a "savouré" le temps passé dans l’octogone contre Poirier (il n’y était monté que pour sa victoire en quarante secondes sur Donald Cerrone en janvier 2020 depuis la défaite contre Khabib Nurmagomedov en octobre 2018) et se dit "sur le bon chemin malgré la défaite", a pris une leçon. Mais celui qui avait d'abord avancé le manque d'activité comme raison à sa défaite compte bien la retenir et s’en servir pour mieux gérer cette arme et "retrouver le plaisir" dans l’octogone dans le futur.

"A part ça, mes coups étaient tranchants et j’étais en contrôle, explique celui à qui beaucoup ont accordé le premier round contre Poirier. Mais ces attaques à la jambe se sont accumulées sur moi tout au long du combat. Dix-huit m’ont été envoyées, et la dernière a fait que ma jambe s’est dérobée complétement. Le nerf péronier a été affaibli. C’est fascinant! C’est la première fois que j’expérimente cela."

Poirier chaud pour la trilogie

Mais peut-être pas la dernière. Car un troisième combat contre Poirier, qu’il avait battu par TKO au premier round en 2014 et à qui il "tire (s)on chapeau" pour sa victoire et "sa formidable rafale de coups" pour finir le combat, semble inévitable dans un futur plus ou moins proche. "J’ai dans les mains une trilogie excitante, confirme-t-il. Je ne l’attendais pas et je ne m’attendais pas à ça sur le plan tactique mais je mentirais si je disais que ce n’était pas destiné à être comme ça. Ça a toujours été destiné à être exactement comme ça." Si d’autres possibilités existent pour McGregor – une autre trilogie contre Nate Diaz, par exemple, ou encore... Pacquiao – comme pour Poirier, la réussite populaire et financière de leur deuxième combat laisse à penser que l’UFC ne serait pas contre remettre ça très vite.

L’Américain non plus, a priori: "The Diamond" a posté un tweet juste après la publication du "Notorious" pour lui lancer un "Tu sais qu’on va le faire une troisième fois" qui laisse peu de doute sur sa volonté de voir cette trilogie qui lui rapporterait gros se matérialiser, même s'il est idéalement placé pour que son prochain combat soit pour la ceinture des légers (ce qu'il aimerait également). A moins que Dana White et l’UFC ne poussent lé délire jusqu’au bout en mettant le titre en jeu pour McGregor-Poirier III. Une telle décision ne serait pas juste pour le Brésilien Charles Oliveira, qui a mérité de combattre pour la ceinture après huit victoires consécutives. Mais dans les sports de combat, la méritocratie ne l’emporte pas toujours sur le business. 

Alexandre HERBINET (@LexaB)