RMC Sport

Nadal et Djokovic déclenchent la controverse en jouant au Kazakhstan

Rafael Nadal et Novak Djokovic ont disputé un match de charité au Kazakhstan, un pays peu recommandable, connu pour avoir sa propre conception de la démocratie.

"Nous sommes très heureux de contribuer au développement et à la promotion du tennis dans votre pays", s’est félicité Novak Djokovic sous les ors du palais Akorda, le palais présidentiel du Kazakhstan. Le tennis a été et reste un axe du développement international pour ce pays qui a été choisi par le n°1 mondial et Rafael Nadal pour accueillir le "Clash of the Titans". Ce match de charité qui sert les besoins de la Fondation du Majorquin. Djokovic et son acolyte ont aussi malgré eux servi la promotion d’un régime autoritaire.

Dans ce jeu des petites faveurs, Rafael Nadal est allé plus loin encore, en appelant l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos Ier, lequel s’est adressé en direct à Nursultan Nazarbayev. L’ancien président de cet ex-république d’Asie centrale, qui a démissionné après près de trente ans de règne autoritaire, où il a exercé un contrôle total sur le pays avec une opposition muselée et peu de presse libre (158e sur 180 pays pour la liberté de la presse dans le dernier classement de Reporters Sans Frontières), a conservé une grande influence.

Le directeur du tournoi de Vienne en colère

Kasim-Yomart Tokayev, l’actuel chef d’Etat, a fait en sorte de renommer la capitale du nom de son prédécesseur. Astana a ainsi été rebaptisée "Noursoultan" (qui signifie "Sultan de lumière") en hommage à son règne. Il bénéficie déjà au Kazakhstan de plusieurs musées en son honneur. Une trilogie de films a conté son ascension au pouvoir. Il pourra désormais se vanter d’avoir reçu deux des meilleurs joueurs de l’histoire du tennis. Sur le terrain, Rafael Nadal l’a emporté en trois manches (6-3 3-6 11-9). Les deux joueurs ont ensuite inauguré un centre de tennis.

Edwin Weindorfer, à la tête du tournoi ATP de Vienne, s’était emporté contre l’attitude des deux joueurs, plus tôt ce mois-ci: "Selon les règles érigées par l’ATP et Chris Kermode, son patron, il ne peut y avoir de matches d’exhibition alors qu’on joue des tournois ATP. Nous devons respecter cela. Je ne pense pas que cela soit une bonne chose d’organiser des exhibitions pendant les événements ATP. Les joueurs sont membres de l’ATP. Il y a une intersaison après le Masters de fin d’année et tout le monde peut jouer pendant cette période." Thomas Muster avait, lui aussi, peu goûté cette initiative, regrettant qu'ils décident de jouer "où et quand ils le souhaitent".

dossier :

Novak Djokovic

QM