RMC Sport

Tournoi de Monte-Carlo : Nadal comme à ses plus belles heures

Pour la 9e fois de sa carrière, Rafael Nadal a remporté le  Masters 1000 de Monte-Carlo en dominant un excellent Gaël Monfils (7-5, 5-7, 6-0), ce dimanche. L’Espagnol revient au plus haut niveau à un endroit où il a construit une partie de sa légende sur terre battue.

Cela faisait neuf mois qu’il attendait de retrouver l’ivresse d’un titre après celui à Hambourg en août dernier. Et Rafael Nadal ne l’a pas fait n’importe où. Il a en effet remporté le Master 1000 de Monte-Carlo pour la neuvième fois de sa carrière, ce dimanche face à Gaël Monfils (7-5, 5-7, 6-0). Une manière symbolique de renouer avec ses grandes heures de gloire, symbolisées par son règne sans partage de 2005 à 2012 en Principauté. Pour remonter sur le podium en vainqueur quatre ans après son dernier titre sur l’ocre de Monte-Carlo, il a dû batailler face à un Gaël Monfils séduisant et énorme d’intensité, à l’exception du troisième set qu’il a complètement lâché, à bout de souffle.

La lutte a duré 2h46 et fut difficile à décrypter entre deux joueurs très fébriles sur leur service avec 13 breaks au total et 34 balles de break durant le match. Un ratio inhabituel qui a tenu en haleine le public, autant que la faculté de Monfils à ne jamais lâcher en envoyant des missiles depuis le fond de court pour répondre aux longues manœuvres de l’Espagnol. Mené de deux points à deux reprises dans le premier set, le Parisien a recollé à chaque fois après avoir sauvé quatre balles de set. Une fâcheuse double faute a finalement eu raison de son engagement en offrant la première manche à Nadal (7-5).

Pitkowski : « Une récompense de l’abnégation de Nadal »

La suite lui a davantage souri. Et son jeu harassant a porté ses fruits face à un Nadal bousculé mais qui n’a jamais rompu. Monfils aurait d’ailleurs pu se faciliter la tâche quand il menait 3-1 avec une balle de break en faveur. Même critiqué et remis en question, Nadal reste Nadal. Et le Majorquin est revenu à chaque fois avant de céder sur un nouveau break de Monfils, qui a offert un troisième set mérité à cette finale indécise. Un dernier acte qui a fait pschitt pour Monfils, à bout de force et sans ressource avec neuf petits points inscrits.

« C’est une récompense de l’abnégation de Nadal, se réjouit Sarah Pitkowski, membre de la Dream Team RMC. Il vit des moments terribles depuis un an et demi. On lui tombe dessus en disant qu’il doit changer son jeu et son staff. On a beaucoup de tendresse pour le champion Rafael Nadal. Ça doit être tellement bon de gagner enfin. Beaucoup de confiance revient pour lui. Que Roland-Garros arrive vite parce qu’on va avoir de belles choses ! »