RMC Sport

Roland-Garros: Djokovic et Nadal déroulent, les Français à la fête... ce qu'il faut retenir de la 2e journée

La deuxième journée de Roland Garros a permis à Novak Djokovic et Rafael Nadal de se qualifier sans problème en trois sets. Pierre-Hugues Herbert est l'auteur de la perf' du jour, façon remontada. Jo-Wilfried Tsonga a rassuré, comme Gilles Simon, Benoit Paire et Richard Gasquet.

Respectivement 1h59 et 1h37. C'est le temps qu'il a fallu à Rafael Nadal (n°2) et Novak Djokovic (n°3) pour se qualifier pour le deuxième tour de Roland Garros. 25 points gagnants et 16 fautes directes pour l'Espagnol. 27 points points gagnants et 14 fautes directes pour le Serbe. Yannick Hauffman (180e mondial) et Hubert Hurkacz (44e mondial) n'ont rien pu faire. Au prochain tour, Nadal affrontera Yannick Maden (114e) quand Djokovic fera face à Henri Laaksonen (104e).

Les Bleus régalent

L'exploit côté français est à mettre au crédit de Pierre-Hugues Herbert (43e). Mené deux sets à zéro face au Russe Daniil Medvedev (14e), comme Nicolas Mahut déjà auteur la veille d'une improbable remontada, PHH a copié son ex-partenaire de double et renversé la situation. 

Ils étaient 13 joueurs et joueuses tricolores à fouler les courts lundi. En attendant le résultat de Jérémy Chardy - dont le match a été interrompu interrompu par la nuit à 5-5 au cinquième set - sept se sont qualifiés pour le deuxième tour, dont Jo-Wilfried Tsonga (82e) et Richard Gasquet (39e), l'un à la poursuite de son meilleur niveau, l'autre à peine de retour sur le circuit après six mois d'absence et une opération. Gilles Simon et Benoit Paire ont aussi montré un très beau niveau de jeu se qualifiant en trois et quatre sets. 

Serena Williams, plus de peur que de mal

L'Américaine, venue à Paris pour tenter d'accrocher un incroyable record (Margaret Court et de ses 24 couronnes en Grand Chelem), n'a elle aussi pas connu une entame tranquille. Un léger vent de panique a même traversé le Central quand, après une demi-heure de jeu, elle était menée 6-2 par la 83e mondiale, la Russe Vitalia Datchenko.

Mais l'ex-N.1 mondiale s'est reprise. Et de façon radicale. Une fois remise dans le match, elle a aligné 12 jeux contre un seul pour son adversaire. C'est passé cette fois-ci mais le couperet n'est pas tombé loin. "Au début j'ai eu très peur. Ce n'était pas simple aujourd'hui. J'ai besoin d'entraînement", a-t-elle confié. Arrivée sans repère Porte d'Auteuil, avec neuf matchs cette année dont un seul sur terre battue, sa campagne ne s'annonce pas simple. 

JR avec AFP