RMC Sport

Roland-Garros: les tribunes presque vides au début de Nadal-Federer ont choqué

L’affiche remportée par Rafael Nadal contre Roger Federer (6-3, 6-4, 6-2), en demi-finales de Roland-Garros ce vendredi, a été marquée par des tribunes très peu remplies en début de match. De quoi choquer certains observateurs.

Du gâchis... Voici peut-être ce que se penseront certains passionnés qui auraient rêvé d’assister à cette rencontre de légende ce vendredi en demi-finales de Roland-Garros entre Rafael Nadal et Roger Federer (6-3, 6-4, 6-2). Le remake du match épique de 2005, où Rafael Nadal avait disposé pour la première fois de Roger Federer, avant d’aller glaner son premier succès Porte d’Auteuil.

C'était le match le plus attendu de la quinzaine, avec peut-être les deux plus grands joueurs de tennis de tous les temps. Et pourtant... Au moment où Roger Federer et Rafael Nadal entrent sur le court, les loges sont à 80% vides. Images saisissantes et malheureusement peu étonnantes, car ce n'est pas la première fois que ça arrive. Si les tribunes hautes sont remplies et font du bruit, en bas, au bord du court, là où on peut pratiquement toucher les joueurs, il y a des chaises vides.

Et puis, scène encore plus ahurissante, alors que certaines loges (très peu) étaient remplies, les gens présents se sont levés pour leur laisser la place aux VIP arrivant. Demander à certains salariés de remplir les loges pour faire bonne figure, une pratique régulière à Roland-Garros. Ils se sont alors levés pour laisser place aux invités et ont donc quitté le court.

Il est 13h50 quand le 1er set entre Nadal et Federer se termine et là, enfin, les loges sont pleines pour admirer le spectacle et la qualification de l'Espagnol pour sa 12e finale à Roland-Garros.

Pouille n'aime vraiment pas

Le Français Lucas Pouille, éliminé au deuxième tour par Martin Klizan, s’en est lui aussi ému sur Twitter. "La dernière fois qu’une match Federer-Nadal a commencé avec aussi peu de monde ??", a-t-il questionné, smileys sceptiques à l’appui. Il s’était déjà plaint du manque d’entrain du public parisien lors de son retour sur les courts contre Klizan.

Cette fâcheuse tendance n'est malheureusement pas nouvelle. En 2018, une consigne avait été passée au village pour les repas soient servis plus rapidement afin que les invités soient poussés à aller voir les rencontres. Le vendredi, jour des demi-finales masculines, pour la première affiche à 13h, les loges étaient remplies par des personnes accréditées ou des salariés de la FFT...

Le vent a aussi gâché la fête

Ce retard de remplissage s’est ajouté à une météo capricieuse. Rafael Nadal n’a, en effet, pas non plus été aidé par le vent lors de son récital. Incroyablement fort lors du premier set, provoquant d’allègres bourrasques à même de gêner les deux légendes, il aura indéniablement pesé sur la qualité de cette rencontre tant attendue. "Difficile de jouer avec un tel vent. Aujourd’hui il y a eu un vent incroyable", a commenté le Majorquin après la rencontre.

L'ironie grinçante de Mauresmo 

Aux premières images, le début du match suivant, entre Novak Djokovic et Dominik Thiem, n'avait pas davantage fait venir les foules, alors qu'on promet des bourrasques encore plus violente à cette demi-finale... Une publicité de piètre qualité pour le Grand Chelem parisien que n'a pas manqué de relever Amélie Mauresmo, très ironique sur Twitter. "C'est plein", écrit l'ancienne joueuse française avec une photo des tribunes... presque vides.

dossier :

Roger Federer

PL avec ES et IG