RMC Sport

US Open: l'embrouille de Moutet avec Travaglia, son adversaire

Vainqueur de l’Italien Stefano Triviglia (6-4, 7-5, 7-6 [3]) mardi au premier tour de l'US Open, le Français Corentin Moutet a connu une fin de match houleuse, où le ton est monté avec son adversaire.

Il aurait sûrement aimé qu’on ne retienne que la victoire facile, qui lui permet de retrouver à nouveau le deuxième tour d’un Grand Chelem, à l'US Open, après des échecs à Roland-Garros et Wimbledon. Le Français Corentin Moutet (88e joueur mondial) a écarté tranquillement l’Italien Stefano Travaglia (100e) après un match serré mais maîtrisé (6-4, 7-5, 7-6 [3]). Mais sa fin de match a été entachée par une altercation avec son adversaire, un brin provocateur.

Les débats se sont envenimés dans le tie-break final. À 4-1 en sa faveur, Moutet a servi un service puissant qu’il pense gagnant mais qui est annoncé faute. Le Français a alors protesté auprès de l’arbitre, comme il le fait souvent, s’écriant "Vous êtes sérieux?", en s’approchant de sa chaise. De l’autre côté du filet, l’Italien lui a demandé de reprendre le jeu. Réponse cinglante du futur vainqueur: "Est-ce que je te parle? Je ne te parle pas." "Ne me parle pas comme ça. Va jouer, va jouer", rétorque son adversaire.

Prochain tour face à Berrettini

Le match terminé quelques points plus tard, les deux joueurs se sont expliqués après une poignée de main expédiée à la va-vite. "Ça a commencé parce que tu as dit 'Bravo' quand je t’ai envoyé une balle dessus, s’est emporté Moutet. Je t’ai dit désolé directement et tu me dis bravo. Tu l’as dit comme si je l’avais fait exprès." "Je t’ai dit bravo parce que t’avais fait le point!", a protesté Travaglia. "Quand vous gagnez, vous ne parlez pas, mais dès que vous perdez vous commencez à pleurer", a achevé le Francilien.

Son agacement ne s’est en tous cas pas fait ressentir au cours du match. Le Français, qui avait atteint le 3e tour l'an passé, a été plus consistant que son adversaire sur le court n°14, commettant moins de fautes directes (26 contre 35) et convertissant 6 de ses 9 balles de breaks. Il n'aura pas la tâche aisée au prochain tour contre Matteo Berrettini (8e), finaliste du dernier Wimbledon et tombeur un peu plus tôt de Jérémy Chardy.

CP avec AFP