RMC Sport

Mondiaux de cyclisme: énorme Alaphilippe, qui conserve son titre de champion du monde

Julian Alaphilippe a décroché un deuxième titre de champion du monde de rang, ce dimanche, en Belgique. Le Français s'est imposé en solitaire, après être sorti à 17 kilomètres de l'arrivée, devant van Baarle et Valgren.

Julien Alaphilippe a remis ça. Un an après son premier titre de champion du monde à Imola, le coureur de 29 ans a de nouveau décroché le maillot arc-en-ciel, dans les Flandres, sur les terres de Wout van Aert. C'est une ultime attaque à 17 kilomètres de la ligne, en solitaire, qui a permis de faire la différence, laissant sur place le Belge et son meilleur ennemi, Mathieu van der Poel. Van Baarle et Valgren complètent le podium. Alaphilippe devient le septième coureur à réussir le doublé et le premier Français doublement sacré aux Mondiaux.

"L'an dernier, c'était déjà un rêve, explique le nouveau double champion du monde au micro de France 3. Je sais ce que c'est d'avoir le maillot arc-en-ciel. J'avais envie de bien faire pour l'équipe. (...) Je n'ai pas de mots, je me suis fait violence. Le public belge me disait quelques mots déplacés mais cela m'a donné plus de force. Comme on dit, jamais deux sans trois !".

Après une échappée matinale rapidement reprise et une multitude de mouvements au sein du peloton, les favoris se sont détachés à 50 kilomètres du but avec un groupe de 17 dont faisaient partie trois Français: Madouas, Sénéchal et bien sûr le tenant du titre Alaphilippe, très remuant en deuxième partie de course. Ce groupe a perdu une unité de choix à 26 kilomètres de l’arrivée, en la personne de Remco Evenepoel. Le jeune coureur belge avait réalisé un superbe travail tout au long de la journée pour le grand favori de la course, van Aert, devant un public déchaîné.

Dans le Wijnpers, Alaphilippe a profité de la rampe de lancement Madouas pour placer une offensive marquante et prendre quelques longueurs sur ce groupe de favoris. Mais c'est dans la côte de Saint-Antoine que l'écart s'est créé après une nouvelle attaque encore plus tranchante. Derrière un groupe d’intercalés (Powless, Stuyven, van Baarle, et Valgren), van Aert et van der Poel n'ont pas suivi et ont laissé filer le bon coup.

van Aert et van der Poel n'ont pas pesé sur le final

Au moment d’aborder la dernière boucle de 15 kilomètres, Julian Alaphilippe comptait 10 petites secondes d’avance sur le quatuor et 25 sur le groupe van der Poel-van Aert. Dans le Keizesberg, le Français est parvenu à tenir bon et garder une dizaine de secondes d'avance au sommet. Les quatres hommes derrière se sont peu à peu regardés et derrière, le groupe des favoris a définitivement abdiqué.

Le coureur français ne sera donc jamais repris et a même réussi à augmenter son avance, jusqu'à une demi-minute de marge. Les poursuivants se sont contentés de se disputer l'argent et le bronze, avec van Baarle et Valgren médaillés, alors que Stuyven a manqué le podium d'un souffle, validant l'échec retentissant de la Belgique dans ses Mondiaux. 32 secondes plus tôt, Alaphilippe avait pris le temps de célébrer sa victoire avant de franchir la ligne devant un public décontenancé.

Jules Aublanc Journaliste RMC Sport