RMC Sport

Tour de France: "touchée", la mère de Pogacar dénonce les soupçons de dopage

La domination de Tadej Pogacar, large leader du Tour de France à la veille de l'arrivée sur les Champs-Elysées, suscite des doutes. Pour la mère du Slovène, c'est injuste.

Aurait-il dû faire semblant ? Laisser ses rivaux dans sa roue, pas trop loin ? Gagner petitement, sans coup d’éclat ? Tadej Pogacar arrive à Paris avec une large avance au classement général du Tour de France (5’45 sur Jonas Vingegaard et 5’51 sur Richard Carapaz avant le contre-la-montre de ce samedi), rapidement acquise et consolidée. A 22 ans, le Slovène va déjà ajouter à son palmarès un deuxième sacre sur l’épreuve, après celui arraché à la veille des Champs-Elysées en 2020.

Mais sa domination, très nette, sur des concurrents qui pourraient sans doute être plus dangereux (Primoz Roglic vite contraint à l’abandon, Egan Bernal et Remco Evenepoel absents cette année par exemple), est accompagnée par un climat de suspicion. Le prodige des montagnes slovènes traine à son tour, comme d’autres avant lui, le boulet des années de plomb… Et sa famille en souffre.

"Très touchée", la mère du maillot jaune a déploré ce samedi au micro de RMC Sport, à Saint-Emilion, ces doutes sur les performances de Tadej Pogacar. "Je me demande pourquoi il est autant critiqué. Avec mon mari, nous avons toujours essayé d'élever des enfants honnêtes et sincères, a expliqué Marjeta Pogacar. Je l'ai déjà dit : s'il devait commencer à se doper, il s'arrêterait. Je sais que Tadej, s'il prenait une substance interdite, ne serait pas content de gagner. C'est contre ses valeurs et sa morale."

Le frère de Pogacar invite à "regarder la course objectivement"

Tilen Pogacar, le frère aîné du maillot jaune, a lui invité à "regarder la course objectivement". "Il n'a battu aucun record ou quoi que ce soit. Il faisait froid et il pleuvait. Tadej est bon dans ces conditions, là où les autres souffrent. C'est surtout ça qui a joué, parce que ses performances sont normales", a-t-il assuré.

Ce Tour de France, marqué par la confirmation du niveau de Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), a été perturbé mercredi soir par les perquisitions à l’hôtel d’une autre équipe, Bahrain Victorious, sans qu’aucune garde à vue n’ait été annoncée pour le moment. Un an après que le clan Quintana ait été visé, sans grande conséquence à l'heure actuelle. Vainqueur à Libourne vendredi, pour la deuxième fois depuis le départ, le Slovène Matej Mohoric (Bahrain Victorious) a dénoncé à sa manière les doutes sur les performances des coureurs. En faisant le geste de se taire, au moment de passer la ligne.

LP avec ASo