RMC Sport

Coupe du monde 2022: une députée veut que Messi soit déclaré "persona non grata" au Mexique

Convaincue que Lionel Messi a piétiné le maillot de son pays après la défaite du Mexique contre l'Argentine à la Coupe du monde, une députée mexicaine réclame une mesure forte contre le joueur de l'Albiceleste et du PSG.

La scène date du 26 novembre dernier mais elle continue de faire parler. Avec même des répercussions très étonnantes. Après la victoire de l’Argentine face au Mexique (2-0) en phase de groupes de la Coupe du monde 2022, une vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux. On y voit les joueurs de l’Albiceleste fêter leur succès dans le vestiaire. Et lors de cette célébration, Lionel Messi semble repousser légèrement du pied un maillot du Mexique tombé au sol alors qu'il tente d'enlever une de ses chaussures.

>> Coupe du monde 2022: les infos EN DIRECT

De quoi susciter de vives réactions, notamment de la part du boxeur mexicain Saul "Canelo" Alvarez. Le champion des super-moyens a carrément menacé l’attaquant du PSG, avant de regretter ses propos et de lui présenter ses excuses. Cet épisode a également trouvé un écho… dans la sphère politique. Comme le rapporte le journal La Nacion, une députée mexicaine a déposé une proposition auprès du Congrès pour que Messi soit déclaré "persona non grata" sur le sol mexicain.

Elle dénonce "un manque de respect"

Une demande très sérieuse émanant de María Clemente García Moreno, une politicienne de 37 ans, qui est devenue l’année dernière l'une des premières personnes transgenres à entrer au parlement mexicain. Selon elle, Messi "a fait preuve non seulement d'un dédain évident, mais aussi d'un manque de respect" envers le Mexique. Elle estime que son comportement "peut être considéré comme un comportement constituant un affront à notre identité nationale, ainsi que contraire au principe fondamental du "fair-play" (…) défendu par la FIFA".

Elle affirme ainsi que Messi doit être déclaré "persona non grata" dans son pays "en raison de son mépris manifeste et de son manque de respect envers le Mexique lors de la Coupe du monde". Sa demande figure officiellement à l’ordre du jour du Congrès mexicain du 6 décembre. Une proposition qui n'a quasiment aucune chance d'aboutir et qui a valu à cette députée "des critiques et des moqueries" sur les réseaux sociaux et au sein du Congrès, selon le site El Universal, qui rappelle que Messi avait été défendu dès le début de la polémique par Andrés Guardado, le capitaine de la sélection mexicaine.

"J'ai eu la chance et le privilège de l'affronter pendant de nombreuses années en Espagne et je connais la personne qu'est Leo, avait-il déclaré. Je peux comprendre la réaction d'être offensé en voyant le maillot mexicain par terre et tout ce qui est devenu viral. Mais pour moi, ça semble vraiment idiot ce dont on parle parce que ça n'a pas beaucoup d'importance. Pour moi, je le répète, Leo a eu beaucoup de petits gestes non seulement avec moi, avec de nombreux collègues qui savent comment il est et au-delà de ce qui a été dit, c'est seulement pour générer de la polémique."

RR