RMC Sport

Affaire Le Graët: à Guingamp, des habitants plutôt gênés face au procès fait à Le Graët

Ce mercredi, Noël Le Graët a été mis en retrait de son poste de président de la Fédération française de football par le Comex. Le dirigeant de 81 ans, ciblé par un audit diligenté par le ministère des Sport, peut garder le soutien des habitants de Guingamp, son fief.

Dans les rues de Guingamp, où Noël Le Graët a été maire pendant près de 15 ans, les habitants apparaissent plutôt mal à l'aise après la mise en retrait mercredi du président de la Fédération française de football (FFF).

>> Affaire Le Graët: les infos EN DIRECT

Le maire, Philippe Le Goff (PS) a fait savoir par SMS à l'AFP "qu'il y a déjà bien trop de commentaires" sur le sujet. "Je vais laisser cela aux autres, au vu de l'amitié que j'ai pour Noël Le Graët", a-t-il écrit. Chef d'entreprise issu d'une famille modeste, le président de la FFF a été maire de Guingamp de 1995 à 2008.

Parallèlement, il a poussé à la professionnalisation de l'En Avant de Guingamp (EAG), un club dont il a été président de 1971 à 1991, date à laquelle il a pris la présidence de la Ligue de football professionnel (LFP) jusqu'à son accession en 2011 à la présidence de la FFF.

A l'En Avant, les interlocuteurs contactés n'ont pas réagi. Et, à l'Akademi, le centre de formation du club en périphérie de Guingamp où s'entraînaient mercredi soir de jeunes sportifs, aucune parmi la quinzaine de personnes dans les tribunes -souvent des parents- n'a souhaité s'exprimer.

"C'est quelqu'un de déterminé qui ne lâche jamais l'affaire

Pour Anne Duclos, conseillère municipale sous la mandature de Noël Le Graët, le président de la FFF "a apporté une aura à Guingamp" et inscrit la ville de 7.000 habitants sur la carte de l'Europe. "Quand on voyage et qu'on dit 'on est de Guingamp', les gens connaissent", relève-t-elle.

"C'est quelqu'un de déterminé qui ne lâche jamais l'affaire (...) C'est un personnage", dit-elle de l'ancien élu. "Il a poussé la ville et le club en même temps", ajoute-t-elle.

Angelina, la cinquantaine, rencontrée dans un café, refuse de donner son nom. Pour elle, "parler des Guingampais uniquement à travers le foot, c'est assez dérangeant (...) En tant que maire, il a beaucoup fait pour le foot mais il y a des choses tout autour qui ont un peu manqué: la culture, d'autre sports qui n'ont pas été assez soutenus", énumère-t-elle.

Pour Pierre Hervo, 35 ans et en recherche d'emploi, Noël Le Graët a "été très fort pour la ville". Mais, à la FFF, il a fait son temps et il est temps qu'il laisse la place". Quant à Véronique Le Roy, 59 ans, elle considère que "ce qui se passe n'est pas juste. Il a fait beaucoup pour la ville. C'est un grand monsieur qui est resté proche de ses concitoyens, c'est une homme généreux", assure cette retraitée, jadis aidée par l'ancien maire.

AFP