RMC Sport

Kanté, Pogba, Griezmann... ces Bleus qui reviennent en pleine forme avant l'Euro

A un mois du début de l’Euro (11 juin-11 juillet), certains cadres de l'équipe de France montent sérieusement en puissance, à l'image de N'Golo Kanté, débarrassé de ses pépins physiques et étincelant en Ligue des champions.

Niveau alignement des planètes, difficile de faire mieux. Pour certains, c’est même l’animal favori de Didier Deschamps qui repointe le bout de son nez au meilleur des moments. A un mois du début de l’Euro (11 juin-11 juillet), certains tauliers de l’équipe de France retrouvent peu à peu leur meilleur niveau. Loin des méformes, loin des blessures. C’est au moins le cas pour trois cadres du groupe tricolore : N’Golo Kanté, Paul Pogba et Antoine Griezmann. Le premier vient d’écœurer le Real Madrid en demi-finale retour de la Ligue des champions, en étant décisif sur les deux buts de son équipe, dans la lignée de ses dernières performances avec Chelsea. Poumon des Blues, liaison parfaite entre la défense et l’attaque, et infatigable travailleur, il a rayonné face aux Merengues (2-0), mercredi soir, donnant raison à Thomas Tuchel de le laisser au cœur du jeu. Là où il aimante les ballons et n’hésite pas à se projeter pour apporter le surnombre. Totalement sous le charme, les supporters de Chelsea ont même accompagné sa sortie du stade par une haie d’honneur enivrante.

Kanté débarrassé de ses blessures

Ce match quasi parfait est venu confirmer le retour au premier plan de l’ancien Caennais (30 ans), dans le final d’une saison ponctuée par quelques pépins physiques et des copies pas toujours abouties sous les ordres de Frank Lampard. Une excellente nouvelle pour son club, futur adversaire de Manchester City en finale de la Ligue des champions, et pour Deschamps, bien sûr. Les Bleus auront besoin d’un Kanté à 100% pour s’extraire d’un groupe F relevé qui les verra affronter tour à tour l’Allemagne (15/06), la Hongrie (19/06) et le Portugal (23/06). "Il est habitué au très haut niveau. Il ne s’économise pas. Avec un peu d’expérience, il apprend à se gérer. Ce n’est pas un robot, il a eu des périodes où il était un peu moins bien", relevait Deschamps en mars. Il doit aussi être rassuré par l’état de forme de Pogba, son autre pièce-maîtresse au milieu de terrain. Branché sur courant alternatif depuis son come-back à Manchester United il y a cinq ans, la "Pioche" (28 ans) ne marche pas encore sur l’Angleterre.

Pogba monte en puissance

Il lui faudrait plus de régularité, et parfois davantage de sobriété dans son jeu, pour faire taire les critiques à son sujet. Mais le niveau qui est le sien depuis deux mois incite à l’optimisme. "Quand on voit Paul jouer comme il l'a fait contre Milan cela montre à quel point on compte pour lui, à quel point il aime jouer et tout ce qu'il peut nous apporter", se réjouissait Ole Gunnar Solskjaer après un succès à San Siro en Ligue Europa (1-0), le 18 mars. Entré à la pause, après un mois passé à l’infirmerie, Pogba avait tout de suite fait la différence avec un but plein de sang-froid. Plus récemment, il a également brillé contre Tottenham (3-1) en Premier League ou à nouveau en Ligue Europa face à l’AS Rome (6-2) en demi-finale aller. Ses blessures ont renforcé sa faim. Et son talent reste le même. La preuve qu’enterrer l’ex-Turinois est rarement une bonne idée, lui qui n'est jamais aussi à l’aise que dans ces rencontres où il peut bénéficier d’une liberté de mouvement et exprimer sa créativité. A lui de confirmer dans les prochains jours pour aider Manchester United à triompher en Ligue Europa, tout en verrouillant la deuxième place en Premier League.

Il ne fallait pas enterrer Griezmann

Comme s’il était motivé à distance par les prestations de Pogba, dont il est très proche, Griezmann (30 ans) vit lui aussi l’une de ses meilleures périodes en club, au point de faire oublier en Espagne les débats sur sa supposée mésentente avec Lionel Messi. Son efficacité parle pour lui avec sept buts inscrits sur ses neuf derniers matchs toutes compétitions confondues (19 buts et 12 passes décisives au total en 2020-2021). Sa confiance est revenue en même temps que sa faculté à bonifier le jeu de son équipe. Mais aussi à accélérer le tempo quand il le faut, trouver un partenaire sur une inspiration et se rendre disponible à la récupération. Griezmann est en jambes depuis mars et ça se voit. "J'ai toujours été ravi de lui, de son travail. Il améliore sa finition et joue un rôle majeur, s’enthousiasmait Ronald Koeman, le mois dernier, après le doublé réussi par Griezmann sur le terrain de Villarreal (2-1) en championnat. Nous avons besoin de joueurs comme lui." Même constat pour l'équipe de France.

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport