RMC Sport

Euro: l’Ecossais McGinn blague sur les bouteilles de Coca de Ronaldo

John McGinn, milieu de terrain de l’Ecosse, s’est amusé du geste de Cristiano Ronaldo qui a retiré les bouteilles de Coca-Cola avant une conférence de presse cette semaine pour promouvoir les bienfaits de l’eau.

Cristiano Ronaldo n’est pas loin d’avoir signé le geste du débat de l’Euro. En retirant des bouteilles de Coca-Cola avant sa conférence de presse, lundi, la star portugaise a inspiré d’autres joueurs. Après la victoire de la France face à l’Allemagne (1-0), Paul Pogna a retiré une bouteille de bière, sans alcool, placée sur le pupitre devant lui. D’autres joueurs ont aussi imité le Portugais, dans un style plus moqueur. C’est le cas du milieu de terrain John McGinn, milieu de terrain écossais.

>> Euro: les infos en direct

Au moment de se présenter devant les journalistes, ce jeudi à la veille du match entre l’Angleterre et l’Ecosse, le joueur a interrogé ses interlocuteurs: "Pas de Coca?". Une petite phrase qui a bien amusé la presse. Mercredi après la victoire de l’Italie face à la Suisse (3-0), Manuel Locatelli, homme du match après ses deux buts, a aussi retiré les deux bouteilles de Coca-Cola placées devant lui, pour poser de l’eau.

Ronaldo a donc lancé le mouvement à la veille du match Portugal-Hongrie (3-0). Avant de s’exprimer, le joueur de la Juventus a donc ostensiblement sorti deux bouteilles du soda – partenaire officiel de l’Euro - du cadre des caméras avant de lancer à son auditoire: "Buvez de l’eau!" Son geste a fait chuter le cours de l’action du géant américain. Lundi, à la veille de la conférence de presse, le titre avait clôturé à 56,18 dollars.

La valorisation boursière de Coca a chuté de 4 milliards de dollars pendant quelques heures

Dès l’ouverture de la Bourse de New York le lendemain, alors que la scène commençait à être largement partagée sur les réseaux sociaux, le titre avait flanché pour atteindre au plus bas de la séance 55,22 dollars (4,37 euros). Presque un dollar de moins. Cette baisse ponctuelle –le cours est remonté dans la deuxième partie de la séance et à nouveau ce mercredi- a ainsi fait plonger pendant quelques heures, la valorisation boursière du géant américain de près de 4 milliards de dollars (3,35 milliards d'euros).

L’UEFA a assuré qu’elle ne sanctionnerait pas les gestes pour les joueurs. Mais s’ils s’y mettent tous, la réflexion de la confédération européenne pourrait évoluer. Coca-Caola, dont le montant exact du partenariat n’a pas été communiqué, pourrait aussi commencer à s’en agacer.

NC