RMC Sport

Ballon d’or: le 7e sacre pour Messi, le plus contesté

Déjà recordman du nombre de Ballons d’or, Lionel Messi en a ajouté un supplémentaire à sa collection: le septième mais sûrement le plus contesté. Il le conforte encore plus dans l'histoire du foot.

Lionel Messi est bien seul sur sa planète. Longtemps au coude à coude avec son éternel rival, Cristiano Ronaldo, l’Argentin vient de faire le break dans la course aux Ballons d’or avec un septième exemplaire (contre cinq pour le Portugais), ce lundi. Le déplacement fut plus court que les précédents pour venir le réceptionner au théâtre du Châtelet. Malgré la circulation parisienne, qu’il trouve insupportable, l’Argentin a effectué un trajet réduit pour ce premier sacre conquis ailleurs qu’à Barcelone.

S’il a rejoint le PSG l’été dernier, ce ne sont pas ses performances avec le club de la capitale qui ont fait basculer la tendance en sa faveur. Plutôt sa deuxième partie de saison catalane, lors de laquelle il a marqué 28 buts pour le Barça entre janvier et juin, s’offrant un dernier titre (une Coupe du Roi) dans son club de toujours. Un peu léger toutefois pour prétendre au graal.

Son été a davantage compté au moment de faire la différence dans l'esprit des journalistes appelés à voter. Le 11 juillet, "La Pulga" enfin levé son premier trophée avec l’Argentine en remportant la Copa America avec une victoire en finale face au rival honni, le Brésil (1-0), sur les terres de Neymar. Souvent mutique et placide, Messi a fendu l’armure ce jour-là en fondant en larmes après quatre échecs en finales (Coupe du monde 2014, Copa America 2007, 2015 et 2016). Une sorte de consécration même s’il vise le titre ultime en 2022: la Coupe du monde.

La Copa America a pesé

Lionel Messi profite de ce titre pour devancer Robert Lewandowski, pourtant plus prolifique mais moins titré qu’en 2020, où il aurait été le grand favori si l’édition n’avait pas été annulée. Le Polonais peut se sentir lésé après une nouvelle année stratosphérique (53 buts en 2021) suivant celle du sextuplé historique.

Cette consécration de Lionel Messi est donc la plus sujette à discussion. L’élimination en Ligue des champions dès les huitièmes de finale et la troisième place en Liga avec le Barça entachent son bilan. D’autant qu’il peine encore à briller avec le PSG (quatre buts en onze matchs), au point d’être critiqué pour son manque de repli défensif, qui était déjà sa marque de fabrique au FC Barcelone ces derniers temps. Son septième Ballon d’or diffère des cinq premiers, qui ont parfois fait grincer quelques dents (comme celui de 2010) mais jamais autant que celui-ci. A l'époque, l'Argentin faisait l'unanimité avec Cristiano Ronaldo. C'est beaucoup moins le cas mais cela ne l'empêche pas d'être toujours couronné.

En 2019, l’Argentin avait profité de l’éclatement des voix en direction des joueurs de Liverpool, champion d’Europe. Il n’avait ainsi devancé Virgil van Dijk que de sept petits points. En l’absence de favori très clair, Messi compte sur son image et ses exploits passés. Ce septième Ballon d’or, s’il est critiqué, le consacre d’une certaine manière comme le meilleur joueur de tous les temps.

NC