RMC Sport

Ligue 1 : l’équipe-type de la 35e journée

João Moutinho

João Moutinho - AFP

Deux Parisiens, deux Marseillais, un Lyonnais et un Monégasque… le Big Four de Ligue 1 est bien représenté dans notre équipe-type de la 35e journée de Ligue 1, dans laquelle figure, aussi, deux Bastiais.

Nicolas Douchez (PSG)

Face à Metz, il avait eu le malheur d’encaisser un but alors que son équipe avait dominé les Lorrains. Ce dimanche à Nantes, Nicolas Douchez, de nouveau remplaçant au pied levé de Salvatore Sirigu, n’a jamais flanché face aux Canaris. Si les têtes de Gakpé et d’Audel ont directement fini dans ses gants, l’ancien Rennais s’est employé pour écarter celle de Bedoya. 

Djibril Sidibé (Lille)

Dans son couloir droit, il n’a laissé que peu d’espoirs ou d’initiatives au jeu lensois. Ça, c’est pour sa prestation défensive. Offensivement, Djibril Sidibé a multiplié les appels, les courses et les intentions dangereuses. Son abattage a été récompensé, à la sortie d’un solo qui résume bien son match : acharné, déterminé et extrêmement motivé.

Rod Fanni (OM)

Sa mauvaise relance à Nantes il y a deux semaines lui avait valu d’être puni la semaine dernière face à Lorient (3-5). Mais comme la défense marseillaise avait pris l’eau de toute part, Marcelo Bielsa avait décidé de le relancer en charnière à Metz (0-2). Face à une opposition limitée, Rod Fanni a rendu une copie propre et rassurante, aussi bien pour lui que pour son entraîneur.

Romain Genevois (Nice)

L’exemple même… de l’art du rebond. Impliqué dans l’ouverture du score caennaise, puis tout proche de concéder un penalty, le défenseur niçois a ensuite repris ses esprits et s’est mis au diapason de la rencontre. Grâce à son réveil et à sa montée en régime, Nice, bien chahuté par Caen samedi, n’a pas perdu (1-1).

Julian Palmieri (Bastia) 

Dans son couloir gauche, Julian Palmieri a été l’un des responsables de l’hermétisme de la défense bastiaise face à Saint-Etienne (1-0). Le latéral a fait preuve d’autorité dans les duels et si Hamouma, son adversaire direct, s’est montré dangereux, c’est sur coup de pied arrêté. Dans le jeu, l’ailier droit stéphanois n’a jamais trouvé la solution. 

Guillaume Gilet (Bastia) 

Positionné juste devant la défense, le Belge a livré un grand match face à Saint-Etienne. Arrivé d’Anderlecht en début de saison, il s’est imposé comme un élément indispensable du dispositif corse. Pour preuve, il est le joueur qui compte le temps de jeu le plus élevé du Sporting. Sa participation à tous les matches de son équipe (une seule fois remplaçant) prouve son importance. 

Blaise Matuidi (PSG)

Dimanche, il y a eu un avant Nantes-PSG et un après Nantes-PSG suite à sa sortie sur blessure. Tant que Blaise Matuidi était sur la pelouse, Paris a fait mal, très mal aux Canaris et l’infatigable milieu de terrain a été récompensé de son impressionnant abattage par un but. Mais une fois sorti, son équipe a eu plus de mal à se projeter vers l’avant.

Clément Grenier (Lyon)

Lyon n’avait plus marqué sur coup franc direct depuis plus d’un an. Clément Grenier s’est chargé de mettre fin à cette disette d’une frappe fracassante. Et comme c’était lui qui s’était exécuté le 11 janvier 2014, face à Sochaux, rien de plus normal que ce soit encore le stratège lyonnais qui s’y colle face à Evian (2-0). Un but magnifique, qui récompense un match plein de la part de l’international français.

Joao Moutinho (Monaco)

Si Monaco n’a pas trop tremblé face à Toulouse dimanche (4-1), c’est en grande partie grâce à son stratège portugais. Joao Moutinho s’est occupé de tout ou presque face aux Violets. D’accroitre la marque en inscrivant le troisième but de son équipe et en offrant le quatrième à Valère Germain d’une jolie inspiration.

Sofiane Boufal (Lille)

A chacune de ses sorties, il confirme un peu plus son statut de révélation du championnat cette saison. Sofiane Boufal a marqué le derby du Nord de son empreinte et de sa classe. Sa vitesse et ses dribbles ont été des poisons constants pour des Lensois aux abois. En prime, il est l’auteur du but égalisateur des siens.

André-Pierre Gignac (OM)

Il a beau être en fin de contrat et ne pas encore savoir ce qu’il fera en juin prochain, cela ne l’empêche pas de se donner à fond pour l’OM. Comme il l’a dit lui-même aux supporters phocéens face à Metz, André-Pierre Gignac « ne lâche personne ». La preuve ? Son doublé plein de rage face à l’avant-dernier du championnat pour ses 19e et 20e buts de la saison. Une prestation efficace qui permet aux siens de continuer à rêver de la troisième place.