RMC Sport

OL-Lille: Galtier reconnait un manque de légitimité face à la concurrence

Leader de Ligue 1 avant de défier Lyon dimanche lors de la 34e journée, Lille espère remporter son premier titre en championnat depuis 2010. Une performance aux allures d’exploit tant l’équipe entraînée par Christophe Galtier ne dispose pas des mêmes atouts à faire valoir que ses rivaux.

Lille se rend au Groupama Stadium pour y défier l’OL ce dimanche lors du choc de la 34e journée de Ligue 1. Leader avant d’affronter les Gones, le groupe dirigé par Christophe Galtier pourrait se retrouver au pied du podium à la fin du week-end. Et ainsi craquer au début du sprint final du championnat.

"La légitimité sur le fait de se battre pour le titre, on en a moins que les autres. Et c’est normal, a lancé le technicien du club nordiste ce vendredi face à la presse. Ce n’est pas spécialement par rapport aux moyens financiers, même si les clubs contre lesquels on se bat ont plus de moyens que nous. Surtout ils ont plus de vécu et d’expérience pour arriver dans le sprint final."

Galtier: "On sera peut-être quatrième dimanche soir"

A cinq journées de la fin de la saison, l’aventure du LOSC peut encore basculer dans le merveilleux et dans le (un peu) moins bon avec une quatrième place. Leader avec 70 points, Lille pourrait même être mis sous pression par ses premiers poursuivants: le PSG et Monaco. Le Paris de Mauricio Pochettino se déplace à Metz samedi alors que Monaco se rend à Angers quelques heures avant le choc entre Lillois et Lyonnais.

"La réalité c’est qu’il y a très peu d’écart et, d’une journée à l’autre, on peut être premier ou quatrième. On sera peut-être quatrième dimanche soir à 23h, a encore expliqué Christophe Galtier. Le match d’après on recevra Nice et il faudra le jouer pour gagner. Ensuite on verra les autres matchs. Il n’y a pas à avoir de pression car ce qui nous arrive ce sont de belles choses. Je le rappelle mais le LOSC sera européen la saison prochaine. Seize autres équipes aimeraient être dans notre situation."

JGL avec Jean Bommel