RMC Sport

OM: Villas-Boas favorable à l’arrêt de la Ligue 1 à cause du coronavirus

L’OM affrontera Montpellier ce samedi (17h30) lors de la 29e journée de Ligue 1. Avant le déplacement de son équipe dans l’Hérault, André-Villas Boas a prôné l’interruption temporaire du championnat de France afin de faire face à l’épidémie de coronavirus.

Pendant que la Serie A et la Liga sont officiellement suspendues afin de faire face au coronavirus, la Ligue 1 a opté pour un huis clos généralisé.

Une mesure insuffisante selon André Villas-Boas. Présent face aux médias avant le match de l’OM à Montpellier lors de la 29e journée de la saison, l’entraîneur portugais a milité pour l’arrêt du championnat.

Villas-Boas: "Tout suspendre le plus vite possible"

Agacé par la gestion de l’épidémie au Portugal ou encore par le regroupement des supporters parisiens aux abords du Parc des Princes en Ligue des champions, André Villas-Boas a rappelé que la priorité restait la santé des populations. Pour lui, le football passe clairement au second plan face à une telle crise sanitaire et se dit prêt à ne pas être payé pendant l’interruption de la Ligue 1. 

"On doit faire confiance à l'Etat après ses mesures. On doit aussi veiller à ce qui va être décidé. C'est le huis clos et on va le respecter, a d’abord lancé le technicien avant d’aller encore plus loin. Mon opinion est qu'il faut tout suspendre le plus vite possible. En Chine on a tout suspendu alors qu'en Europe on prend plus de liberté avec les règles. Je suis prêt à suspendre mon salaire. Je fais confiance à l'Etat et j'espère que l'on restera à la maison s'il y a une quarantaine. Je trouve terrible que le Portugal n'ait pas pris de mesure, c'est une honte pour moi."

Vers une décision européenne?

En attendant de savoir si la propagation du coronavirus va pousser la LFP à prendre des mesures encore plus radicales que le huis clos, le football européen va se réunir mardi prochain pour décider de l’avenir des compétitions continentales. La position de l’UEFA pourrait même influencer celle de la Ligue en France.

André Villas-Boas espère une prise de décision rapide et surtout de la cohérence dans les décisions. L’entraîneur marseillais a également regretté la gestion de l’épidémie chez lui, au Portugal, où les autorités n’ont pas encore pris de mesures fortes pour lutter contre le coronavirus. Pour AVB, on ne tergiverse pas avec la santé des gens. Le football, lui, reste secondaire.

Jean-Guy Lebreton avec Florent Germain