RMC Sport

Pastore: "C’était la meilleure option pour Messi de rejoindre le PSG"

EXCLU RMC SPORT. Invité de "Rothen s’enflamme" ce mardi sur RMC, Javier Pastore prédit de belles choses à Lionel Messi au PSG. Le sextuple Ballon d’or apportera autant sur le terrain que dans la transmission auprès de ses partenaires, selon "El Flaco".

Javier Pastore n’a pas manqué les premiers pas de Lionel Messi au Parc des Princes. C’était le 14 août dernier et l’ancien chouchou de la porte d’Auteuil (2011-2018) était présent pour assister à la présentation de son compatriote et ancien coéquipier en sélection. Un évènement auquel il n’aurait jamais pensé assister (et qui a causé son départ de l’AS Rome).

"J’ai été un peu surpris (de sa signature au PSG, ndlr) parce que je pensais sincèrement qu’il allait rester à Barcelone, confie "El Flaco" dans "Rothen s’enflamme" sur RMC, ce mardi. Quand la nouvelle est sortie qu’il ne pouvait pas rester, je savais déjà que l’unique équipe qui pouvait le prendre, c’était le PSG. Pas seulement pour l’argent, mais aussi pour la ville, la qualité de vie et beaucoup de choses. C’était la meilleure option pour lui de rejoindre le PSG. Maintenant, on est supporter non seulement du PSG, mais aussi de Messi. C’est un club où j’ai joué et ça me fait plaisir que le meilleur joueur du monde y joue aussi."

>> Les podcasts de Rothen s'enflamme

"A 35 ans, il continue de faire la différence"

Pour Pastore, le sextuple Ballon d’or va indéniablement apporter quelque chose au collectif, peu importe son âge (35 ans). "Ce sont des joueurs qui transmettent quelque chose même en les regardant, poursuit-il. Il n’y en a pas beaucoup comme ça. C’est un joueur extraordinaire. Il peut faire une action pour gagner un match, on l’a vu lors du dernier match de Champions League (contre Manchester City), il a fait une accélération, une passe et a marqué comme si c’était facile de jouer au foot. Il peut faire la différence tout seul. Même s’il a 35 ans, on continue de voir qu’il peut faire la différence."

Cela se confirmera, selon lui, dans la vie de tous les jours, la préparation et les à-côtés des matchs. "J’avais 19 ans quand j’ai commencé en équipe nationale (29 sélections, 2 buts) et je le voyais déjà aux entraînements, à la musculation, se souvient l’ancien milieu de Palerme. Tu sais que c’est le meilleur joueur du monde et tu le vois s’entraîner deux heures avant, à la salle de musculation, il fait ses trucs. Quand tu vois ça, ça veut dire que les jeunes ou nous - les joueurs normaux - avons besoin de faire ça beaucoup plus pour être à côté de lui. C’est une chose que les joueurs comme Leo transmettent."

Rothen s'enflamme