RMC Sport

Messi, Lewandowski, Ronaldo... un Ballon d’or en cinq polémiques

Le cru 2021 du Ballon d’or a donné lieu à quelques polémiques, lundi, en raison des votes jugés injustes ou de déclarations éclatantes, comme celle de Cristiano Ronaldo à l’égard de France Football.

Messi contesté

Un favori incontestable facilite parfois les choses. Il n’y en avait pas pour l’édition 2021 du Ballon d’or et le choix s’est finalement porté vers Lionel Messi, recordman de trophées individuels (7). L’Argentin a autant profité de son premier titre avec sa sélection (Copa America) que de la trace qu’il laisse dans l’histoire du football. D’un point de vue statistique, il est pourtant loin de Robert Lewandowski, son dauphin (62 buts avec son club et la sélection pour le Polonais, 41 pour l’Argentin). Le joueur du PSG a d’ailleurs eu une réaction classe en direction du deuxième. Cela n’empêche pas la presse allemande de crier au scandale.

>> Ballon d'or 2021: toutes les infos

Un lot de consolation pour Lewandowski

Grand favori en 2020 après le sextuplé réalisé avec le Bayern et des statistiques déjà stratosphériques (48 buts en club et sélections), Robert Lewandowski a été le grand perdant de l’annulation de l’édition en raison du covid, selon les explications des organisateurs. Malgré un palmarès moins clinquant cette année (deux titres, comme Messi), le Polonais était encore un prétendant naturel au titre. Devancé de 33 points, il n’est pas reparti les mains vides puisque les organisateurs ont créé un nouveau trophée, celui du "buteur de l’année". Un lot de consolation pour beaucoup.

Le violent coup de gueule de Ronaldo contre France Football

La soirée battait son plein au Théâtre du Châtelet quand Cristiano Ronaldo a dégainé un message incendiaire sur son compte Instagram. La cible de sa colère? Pascal Ferré, rédacteur en chef de France Football, pour ses déclarations dans le New York Times sur le Portugais: "Ronaldo n’a qu’une seule ambition, c’est de prendre sa retraite avec plus de Ballons d’or que Messi. Je le sais parce qu’il me l’a dit."

"Pascal Ferré a menti, il a utilisé mon nom pour se promouvoir et promouvoir la publication pour laquelle il travaille, a balancé le quintuple Ballon d’or. Il est inadmissible que le responsable de la remise d'un prix aussi prestigieux puisse mentir ainsi, dans un manque de respect absolu pour quelqu'un qui a toujours respecté France Football et le Ballon d'Or. Et il a encore menti aujourd'hui, justifiant mon absence au gala par une prétendue quarantaine qui n'a aucune raison d'exister."

Mendy devancé par Donnarumma, la pilule ne passe pas

Comme le Ballon d’or, la remise du Trophée Yachine du meilleur gardien à Gianluigi Donnarumma (vainqueur de l’Euro, dont il a été élu meilleur joueur) ne fait pas l’unanimité. Pour beaucoup, le Sénégalais Edouard Mendy méritait davantage de recevoir ce trophée au regard de sa saison magnifique avec Chelsea, conclue par une Ligue des champions, une supercoupe d’Europe, le titre du gardien FIFA de l’année et celui de meilleur gardien de la Ligue des champions où il a signé un record de clean-sheets (9). Un message du compte Actu Foot Afrique dénonçant ce choix du fait que Mendy est africain a été retweeté plusieurs milliers de fois, notamment par certains anciens partenaires de Mendy à Rennes, Hamari Traoré ou James Léo-Siliki.

Un petit tacle de Benzema aux votants?

Présenté comme un candidat au Ballon d’or, Karim Benzema a finalement échoué au pied du podium. Après sa quatrième place – le meilleur classement de sa carrière-, l’attaquant du Real Madrid a publié un message à ses fans pour les réseaux sociaux. "Merci à tous ceux qui me soutiennent, je joue au football pour vous", a-t-il écrit. Il a relayé d’autres messages sur son compte comme cette citation "Je joue pour les gens qui connaissent le football". Un petit message adressé aux votants, dont les choix ne sont pas toujours compréhensibles? Lui seul le sait.

NC