RMC Sport

Mondial des clubs: le Bayern sacré grâce à Pavard, pas d'exploit pour les Tigres de Gignac

Grâce à un but de Benjamin Pavard, le Bayern Munich est venu à bout des Mexicains des Tigres ce jeudi en finale de la Coupe du monde des clubs (1-0) au Qatar. Cette victoire permet aux Bavarois d'accomplir un incroyable sextuplé, comme le grand Barça en 2009.

Le Bayern Munich va encore devoir agrandir son armoire à trophées. Opposé ce jeudi aux Mexicains des Tigres en finale de la Coupe du monde des clubs, les Bavarois l’ont emporté au Qatar grâce à un but de Benjamin Pavard (1-0). Il s’agit de leur deuxième victoire dans la compétition après 2013. Elle leur permet de succéder à Liverpool au palmarès et surtout de réaliser un incroyable sextuplé après avoir déjà remporté ces derniers mois la Coupe d’Allemagne, la Bundesliga, la Ligue des champions, la Supercoupe d'Allemagne et la Supercoupe d'Europe. Comme le Barça en 2009.

Privés de Thomas Müller, testé positif au coronavirus, les joueurs d’Hans-Dieter Flick ont longtemps été tenus en échec par les coéquipiers d’André-Pierre Gignac. Si Joshua Kimmich a trouvé la faille dès la 18e minute de jeu, son but a été refusé pour une position de hors-jeu de Robert Lewandowski. Puis Leroy Sané a trouvé la barre du portier argentin Nahuel Guzman (34e). Plus dangereux et plus juste techniquement que son adversaire, présent pour la première fois en finale de ce tournoi, le Bayern a fini par faire la différence à l’heure de jeu.

Pavard a délivré le Bayern

Sur une tentative de Lewandowski repoussée par Guzman, Benjamin Pavard a surgi pour marquer dans le but vide d’une demi-volée du droit (61e). Un but d’abord refusé, puis finalement accordé par l’arbitre grâce au VAR. Une délivrance pour le champion du monde, qui n’avait pas encore marqué cette saison avec son club. A noter que Lucas Hernandez et Kingsley Coman étaient également titulaires, alors que Corentin Tolisso est entré en seconde période. Gignac, devenu une idole au Mexique, rêvait lui de faire entrer les Tigres dans une nouvelle dimension.

Après leur avoir offert la Ligue des champions de la Concacaf (Confédération Amérique du nord et centrale), l’ancien Marseillais avait réussi ses débuts dans le Mondial des clubs avec un doublé en quart de finale puis un penalty en demi-finale, pour écarter les Brésiliens de Palmeiras (1-0). Bien pris par Hernandez et Niklas Süle, il a eu très peu de munitions en finale, même s’il aurait pu inscrire un sublime but sur un retourné acrobatique (81e). A la peine après l’ouverture du score de Pavard, les Mexicains ont continué à reculer et ont bien failli encaisser un deuxième but sur une frappe de Jamal Musiala venue échouer sur le montant gauche de Guzman (81e).

RR