RMC Sport

Mercato: Pogba, Coutinho, Eriksen, Neymar… ça chauffe partout

Plutôt calme jusque-là, le mercato estival s’est totalement emballé ces dernières heures, avec la fermeture du marché anglais qui approche. De gros dossiers pourraient rapidement se résoudre, parmi lesquels l’éventuel départ de Paul Pogba au Real Madrid.

La pluie fait son retour en France mais l’Europe brûle à coups de millions d’euros, négociés sur une flopée de coups de fil entre cadors du continent. Le mercato estival vous ennuyait avec son petit train-train monotone ? Les derniers jours sont dantesques. De gros dossiers sont sur la table, certains liés à d’autres dans un immense jeu de dominos.

Pogba, la crainte d’être bloqué

Annoncé comme l’une des stars de ce mercato estival, Paul Pogba n’a toujours pas quitté Manchester United. "Il n’y a pas de doute", assurait ce week-end son entraîneur Ole Gunnar Solskjaer à propos de l’avenir – forcément mancunien selon lui – du milieu de terrain français. Au Real Madrid, l’attend pourtant Zinedine Zidane, qui a fait du champion du monde sa priorité dans ce secteur en souffrance depuis des mois… et encore plus durant la préparation très moyenne du club.

Deux problèmes se posent pour Les Red Devils. Le premier, pas propre à ce transfert potentiel, concerne l’indemnité de départ d’un joueur majeur de l’effectif. United réclame 150 millions d’euros et se montre inflexible. Car le deuxième souci pour le club mancunien, c’est de remplacer Paul Pogba. A deux jours de la fermeture du mercato en Premier League (8 août, 18h heure française). C’est une course contre la montre des deux côtés.

Manchester United fait face à un dilemme: garder un joueur important mais qui ne veut pas rester ou le remplacer de toute urgence en prenant un risque. Le pensionnaire de Premier League, qui sort d’une saison ratée (sixième du classement) malgré un quart de finale un peu miraculeux en Ligue des champions, a déjà fait parler la planche à billets en faisant venir Harry Maguire (88 millions d’euros) et négocie activement l’arrivée de Bruno Fernandes depuis des semaines, voire celle de Sergej Milinkovic-Savic. Bref, un bras de fer.

L’épineux cas Eriksen, entre United et le Real

D’autant que le départ de Paul Pogba, forcément conditionné à son remplacement côté mancunien, semble lié au destin de Christian Eriksen. Le magicien de Tottenham, finaliste malheureux de la dernière C1, pourrait permettre à United de régler en partie ses problèmes à la création de jeu offensif, en apportant du liant à un secteur qui, pour l’instant, ne fait pas la différence en Angleterre.

Le Danois a pour lui de connaître par cœur le championnat, dans lequel il évolue depuis 2013. Plan B du Real Madrid selon la presse espagnole, le joueur de 27 ans semble finalement devenu une priorité récente de Manchester United, qui a besoin d’avancer. Quitte à y mettre le prix… avec l’enveloppe espérée pour Paul Pogba. Les Spurs et Daniel Levy sont terribles en affaires, la négociation semble vaine pour tenter de faire baisser le prix.

Le joueur a lui-même confié cet été qu’il aimerait "essayer quelque chose de nouveau". Récent papa, Christian Eriksen pourrait choisir la stabilité géographique, en rejoignant un club de prestige… au projet sportif plus que flou. Selon Sky Sports, United est bien sur le dossier. Mais le temps est compté. Difficile de boucler un transfert d’une telle importance en deux jours. A moins d’une arrivée massive d’argent, qui permettrait de ne pas avoir trop de scrupules. Pogba et Eriksen, deux dossiers à conclure en même temps donc même si, rappelons-le, le mercato espagnol ne ferme que le 2 septembre, autorisant une vente du Français après jeudi.

Dybala, non à Manchester, oui au PSG?

Passons côté italien, avec un néo-banni que la Juve tente désespérément de caser: Paulo Dybala, dont l’hypothèse d’un exil mancunien semble cette fois totalement tombée à l’eau. Le meneur de jeu argentin, déjà remplaçant la saison dernière sous Massimiliano Allegri, n’entre pas dans les plans (très arrêtés) de Maurizio Sarri. Il lui faut trouver une porte de sortie.

Au départ inclus, contraint et forcé, dans un étonnant échange avec Romelu Lukaku, le joueur a repris la main pour refuser. Lassé des exigences salariales irréalistes de l’Argentin, auquel il aurait été proposé 12 millions d’euros de salaire annuel, Manchester United a dit stop. C’est maintenant le PSG qui semble entrer dans la danse, à l’affût de la "bonne affaire".

Là encore, le dossier est complexe. Evoquée dès le 19 juillet par RMC Sport, l’option plaît à Paris: un milieu offensif profil numéro 10 de 25 ans, avec du caractère et de l’expérience au plus haut niveau, la panoplie idéale. Surtout sur fond de possible départ de Neymar. Le prix de Paulo Dybala, estimé à trois chiffres il y a encore un an, a fortement baissé. Il se murmure que Paris aurait formulé une offre de 60 millions d’euros.

Lukaku dans l’attente d’un exil italien

Celui qui devait rejoindre la Juve en échange de Paulo Dybala semble s’en être éloigné. En attendant que son avenir soit tranché, Romelu Lukaku s’entraîne… dans les installations d’Anderlecht, aux côtés de son coéquipier en sélection belge Vincent Kompany. Avec l’autorisation de Manchester United, qui se serait résolu à le laisser partir et tenterait toujours de boucler Mario Mandzukic.

Mais si la porte turinoise se referme, celle menant à l’Inter Milan semble toujours grande ouverte. Antonio Conte veut l’attaquant belge. Il le voulait déjà quand il entraînait Chelsea et était fou de rage après avoir vu le joueur filer à United. Le club italien ne compte plus sur son banni Mauro Icardi et a besoin d’une machine à buts. Les Red Devils réclameraient près de 86 millions d’euros. Mais encore une fois, United ne lâchera pas un joueur sans avoir trouvé son remplaçant.

Quelle porte de sortie pour Coutinho?

Il y a un peu moins d’urgence sur le dossier puisque l’Espagne ferme son mercato le 2 septembre (comme l’Allemagne et la France). Mais le Barça veut résoudre le problème Philippe Coutinho. Et les prétendants pouvant assurer le coût du transfert et le salaire du Brésilien ne sont pas si nombreux. En Angleterre, il pourrait y avoir des options. Mais personne ne semble véritablement en pointe pour le joueur, qui de son côté espérait rester en Catalogne.

Poussé vers la sortie après un bail décevant, accueilli froidement par les supporters au Camp Nou lors de la reprise ce week-end, l’ancien meneur de jeu de Liverpool fait l’objet de rumeurs évoquant un intérêt d’Arsenal et Tottenham, pour un prêt. Etrange car le club ne s’est jamais mis sur le dossier. Et les Gunners n’ont de toute façon en tête qu’une seule idée: recruter en défense. En attendant, le Barça doit faire du tri sur son banc XXL et… faire du cash.

Neymar… parti pour rester?

Car le champion d’Espagne aurait toujours en tête le rêve de faire revenir Neymar. Très froid à l’idée de faire table rase du passé et de son départ houleux pour le PSG, Josep Maria Bartomeu comprend les désirs du public. Et doit absolument rehausser son bilan sportif, terni par la claque de la saison dernière et cette élimination honteuse à Anfield en demi-finales de Ligue des champions.

Le PSG ne cédera pas. Surtout pas au Barça, devenu son ennemi juré. Mais espère résoudre ce qui est devenu un problème. Le Brésilien veut partir, Paris peut envisager l’idée. Mais pas à n’importe quel prix. Et les clubs pouvant s’offrir le joueur de 27 ans, son salaire et ses incertitudes physiques sont peu nombreux. Sauf que United a d'autres priorités, que le Real préférerait attendre Kylian Mbappé et qu'une cohabitation avec Cristiano Ronaldo à la Juve ne serait pas aisée.

A.Bo