RMC Sport

Mercato: quel club pour Cristiano Ronaldo après Manchester United ?

Candidat au départ lors du mercato estival, Cristiano Ronaldo a atteint un point de non-retour à Manchester United en ce début de saison. L’attaquant portugais cherche un club pour rebondir en janvier mais le nombre de ses courtisans crédibles semble limité.

Revenu par la grande porte et la tête haute à Manchester United en 2021, Cristiano Ronaldo risque probablement de quitter les Red Devils par celle de derrière. Après avoir dézingué le club anglais et acté sa rupture avec Erik ten Hag lors d’un entretien télévisé, le Portugais semble destiné à un départ rapide.

Parti rejoindre sa sélection en vue de la Coupe du monde 2022 au Qatar, l’attaquant de 37 ans, a peut-être joué son dernier match sous le maillot mancunien. Encore faut-il trouver une équipe intéressée et capable de lui offrir un défi à la hauteur de ses ambitions. Et de ce côté-là, les choses se compliquent.

>> Toutes les infos sur le divorce entre Cristiano Ronaldo et Manchester United

Chelsea, la piste la plus chaude pour janvier mais…

Chelsea s’est brièvement positionné sur CR7 pendant l’été 2022. Todd Boehly, nouveau propriétaire des Blues, aurait bien imaginé frapper un grand coup en recrutant le quintuple lauréat du Ballon d’or. Mais Thomas Tuchel, alors entraîneur de l’équipe londonienne, a mis son veto et a préféré recruté Pierre-Emerick Aubameyang.

Sauf que voilà, l’Allemand ne se trouve plus sur le banc de Chelsea et son successeur Graham Potter ne jouit pas d’autant de pouvoirs. En clair, si Todd Boehly veut recruter la star de Manchester United, le technicien anglais ne pourra pas s’y opposer.

Pourtant, rien n’indique que l’actuel huitième de Premier League tente sa chance pour le buteur lusitanien.

Selon le journaliste Ben Jacobs, Chelsea n’a pas encore acté le fait de se positionner sur CR7 en janvier. Les Blues ont d’autres pistes nommées Christopher Nkunku et Rafael Leao et pourraient donc finalement lâcher l’option Cristiano Ronaldo.

Le PSG et les autres cadors ne devraient pas bouger

Un temps cité parmi les destinations possibles pour le Portugais, le Paris Saint-Germain ne devrait pas bouger lors du mercato hivernal. Avec un trio offensif composé de Neymar, Lionel Messi et Kylian Mbappé, le club francilien ne serait tout simplement pas intéressé par le recrutement de Cristiano Ronaldo dans l’immédiat. Pas plus que les autres cadors du football européen.

Manchester City possède déjà son buteur avec Erling Haaland. Idem pour le Real Madrid avec Karim Benzema. Après avoir refusé d’en faire le successeur de Robert Lewandowski cet été, le Bayern ne bougerait pas non plus et Eric-Maxim Choupo-Moting garderait donc la confiance de Julian Nagelsmann.

Naples tourne très bien sans lui

Longtemps présenté comme l’un des principaux prétendants de CR7 avec Chelsea, Naples a réalisé un fabuleux début de saison. Qualifié sans trembler en Ligue des champions, le groupe dirigé par Luciano Spalletti reste invaincu en Serie A.

Surtout, le club napolitain a impressionné dans le secteur offensif avec 37 buts en 15 rencontres de championnat. Parfois annoncé sur le départ, Victor Osimhen a affiché une forme étincelante avec déjà 10 réalisations en 14 matchs toutes compétitions confondues. De quoi faire naître l’idée que Cristiano Ronaldo n’est peut-être pas si indispensable dans cette équipe.

>> Le meilleur de la Ligue des chamions, c'est sur RMC Sport

La MLS plus tard dans l’année?

Lié avec Manchester United jusqu’en juin 2023, Cristiano Ronaldo a peu (aucune?) de chances de voir Manchester United lui offrir une prolongation. Au-delà de son comportement, le Portugais reste le joueur le mieux payé de l’effectif des Red Devils. Mais si aucun club ne se positionne clairement en janvier pour l’international aux 191 sélections avec la Seleçao das Quinas, sa direction ne s’opposera peut-être pas à une résiliation à l’amiable entre les différentes parties.

Alors libre de signer où bon lui semble, Cristiano Ronaldo pourrait donc se laisser séduire par la MLS. L’idée d’une aventure aux Etats-Unis a déjà été évoquée par le passé sans aboutir. Mais contrairement aux principaux championnats, la saison de football outre-Atlantique ne débutera qu’à la fin du mois de février en 2023. Et si après une belle pause post-Mondial 2022, Cristiano Ronaldo devenait la nouvelle égérie du soccer aux Etats-Unis. Pour sa 25e édition, la MLS s’offrirait un fantastique cadeau. Les deux franchises de Los Angeles se trouveraient en pole pour l’accueillir si la star portugaise venait à quitter l’Europe cet hiver.

Le retour à la maison Sporting

Parti du Sporting Portugal en 2003, Cristiano Ronaldo pourrait bien avoir l’occasion d’y revenir vingt ans plus tard. Après son exil à Manchester, à Madrid ou à Turin, le Portugais bouclerait ainsi la boucle avec un retour dans son club formateur à Lisbonne. Fin octobre, l’entraîneur Ruben Amorim ne semblait pas particulièrement optimiste pour l’avenir de l’enfant chéri du club.

La faute à un manque de liquidités pour payer son salaire. Mais en cas de gros effort salarial, voire de prêt en provenance de Manchester United, la donne ne semble plus forcément impossible. Compliquée mais pas impossible. Autre bémol, le Sporting a fini troisième de son groupe en Ligue des champions et se contentera des barrages de la Ligue Europa en février prochain.

Ronaldo trop cher pour une piste exotique?

Enfin, certaines destinations plus surprenantes pourraient servir de terre d’accueil à Cristiano Ronaldo on trouve des clubs moins huppés. Si Mauro Icardi a retrouvé le rythme à Galatasaray avec quatre buts et trois passes décisives en six rencontres, la direction stambouliote rêverait d’attirer CR7 pendant le mercato hivernal. Et ce malgré les mots du président Metin Ozturk qui a récemment assuré que le joueur ne figure "dans l’agenda du club cette année". Rien n’est précisé pour 2023…

Selon la presse locale, l’actuel deuxième de la D turque voudrait proposer un contrat au capitaine du Portugal. En plus du salaire imposant, Galatasaray aurait à faire une cour intense à l’attaquant pour le convaincre de signer à Istanbul où il devra se contenter des compétitions nationales.

Jean-Guy Lebreton