RMC Sport

Tennis: "Être numéro 1 mondial ne peut plus être un objectif", Nadal se concentre sur sa santé pour son retour à Cincinnati

De retour sur les courts pour le Masters 1000 de Cincinnati, Rafael Nadal veut se rassurer physiquement avant de penser à la place de numéro un mondial, qu'il pourrait récupérer dans les prochaines semaines.

Rafael Nadal est de retour. Plus d'un mois après son forfait en demi-finale de Wimbledon en raison d'une blessure aux abdominaux, l'Espagnol effectue son retour au Masters 1000 de Cincinnati, où il débutera mercredi. Un lieu qui porte chance au vainqueur de 22 Grands Chelem. "C'est ici que je suis devenu numéro 1 mondial pour la première fois, en 2008, un super souvenir. Et bien sûr le titre en 2013...", a-t-il rappelé dans un entretien pour L'Équipe.

Une reprise en douceur

Afin d'éviter quelconque rechute, Nadal reprend petit à petit et espère retrouver la confiance aux États-Unis, à deux semaines du début de l'US Open (29 août-11 septembre). "Je m'entraîne plutôt correctement. J'espère être prêt. Une petite déchirure abdominale, c'est dangereux. C'est une zone qui est dangereuse parce que tu la mets beaucoup à contribution sur chaque service, donc je dois prendre des précautions, bien faire les choses. C'est ce que j'essaie de faire. J'y suis allé par étapes, confie le taureau de Manacor. J'ai commencé en faisant dix services. Ça fait dix jours que je sers. Tranquillement d'abord. J'ai disputé mon premier set d'entraînement avant-hier (vendredi), ici. J'ai besoin de quelques jours supplémentaires pour analyser comment ça va en termes de sensation au niveau abdominal."

La place de numéro un mondial, pas un objectif

Pour le dernier Masters 1000 avant l'US Open, Rafael Nadal veut simplement prendre du plaisir et jouer au tennis, afin de retrouver les meilleures sensations possibles. "Tu ne peux pas t'attendre à jouer à un niveau exceptionnel dès le début. Une fois que tu sais ça, une fois que tu l'as accepté, tu dois être suffisamment humble pour t'accrocher avec tes outils du moment et gagner le premier match. Quand tu gagnes un match ou deux, les choses commencent à changer."

Dans quelques semaines, l'Espagnol pourrait même retrouver la place de numéro un mondial. Pourtant, il n'en fait pas une obsession. "Comme je l'ai dit en début de saison, être numéro un mondial ne peut plus être un objectif. Je ne joue pas pour ça. Si ça se produit parce que je joue très bien sur chaque tournoi auquel je participe, génial, bien sûr. C'est une opportunité que je n'aurais sans doute jamais pu imaginer se reproduire. Mais je ne jouerai pas plus que ce que je pense que mon corps peut supporter", a martélé le dernier vainqueur de Roland Garros.

AS