RMC Sport

US Open: Djokovic n'arrive pas à déterminer le meilleur joueur de tous les temps

En quête d'un Grand Chelem calendaire, Novak Djokovic, qui s'est qualifié pour le 3e tour de l'US Open, se réjouit d'alimenter les conversations sur la trace qu'il laissera dans le tennis, sans trancher qui restera comme le plus fort de l'histoire entre lui, Roger Federer et Rafael Nadal.

Rejoindre Rod Laver dans l'histoire du tennis stimule Novak Djokovic dans sa quête du Grand Chelem calendaire, a-t-il affirmé jeudi, ajoutant être devenu le joueur qu'il est car il voulait contester la domination de Roger Federer et Rafael Nadal. "Faire partie de la conversation avec Rod Laver... c'est vraiment un honneur. J'essaie d'y puiser de la force et de l'énergie", a déclaré le Serbe, n°1 mondial, après s'être qualifié pour le 3e tour de l'US Open, en battant le Néerlandais Tallon Griekspoor 6-2, 6-3, 6-2.

"Avec la possibilité d'écrire l'histoire, l'excitation augmente"

Le voilà désormais à cinq victoires de réussir le Grand Chelem sur une même année, exploit qui n'a plus été réalisé depuis 52 ans, le légendaire Australien précité se trouvant dans ce club très fermé - à double titre puisqu'il l'avait fait aussi en 1962 - avec le pionnier Donald Budge (1938). "Avec la possibilité d'écrire l'histoire, l'excitation augmente, la pression aussi, mais l'expérience et la maîtrise de ce que je dois faire au quotidien pour atteindre cet objectif me permettent de rester dans le tournoi", a affirmé "Nole".

Djokovic a déjà remporté l'Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon et l'US Open au moins deux fois chacun. "C'est en m'imposant à Paris pour la première fois en 2016 que j'ai senti qu'un Grand Chelem calendaire était réalisable, que je pouvais le faire", a-t-il confié, inspiré par la façon dont Federer et Nadal s'en étaient approchés.

>> Suivez tous les résultats de l'US Open EN DIRECT

"Leur domination sur le circuit a fait de moi le joueur que je suis aujourd'hui", a-t-il assuré, en évoquant cette rivalité à trois avec le Suisse et l'Espagnol, qui a atteint tant de sommets depuis une quinzaine d'années, avec soixante titres Majeurs collectés, vingt chacun. S'il s'impose à Flushing Meadows, Djokovic pourra trôner seul au Panthéon du tennis, en portant seul le record à 21 sacres majeurs. De quoi faire de lui le "GOAT" (The Greatest of All Time), le meilleur joueur de tous les temps.

"Le GOAT? C'est difficile à dire"

Mais Djokovic, qui avait estimé être le meilleur cet été après sa victoire à Wimbledon, a été cette fois plus prudent. "C'est difficile à dire. Tous les trois, nous sommes si différents, nous avons des styles différents, nous avons pris des trajectoires différentes pour arriver là où nous sommes. Nous nous complétons. Je pense que la rivalité que nous formons est phénoménale pour notre sport. Donc plus il y a de débats autour de nous trois, quant à savoir qui est le GOAT, mieux c'est."

Après son succès à Londres en juillet dernier, il avait déclaré: "Je me considère comme le meilleur. Mais est-ce que je suis le plus grand de tous les temps, je laisse ce débat aux autres. Je l’ai dit, il est très difficile de comparer les différentes époques du tennis. Les raquettes sont différentes, la technologie n’est pas la même, les balles non plus, les courts… Les conditions de jeu sont simplement très différentes donc il est très difficile de comparer le tennis d’il y a 50 ans et celui d’aujourd’hui. Mais je suis extrêmement honoré de faire partie du débat."

NC avec AFP